Zaz 965/966/968 (1960-1994)

Zaz 965/966/968 (1960-1994) Zaz 968

Publié par Philippe Baron le 30 juillet 2012.

 

Au milieu des années cinquante, les dirigeants du parti communiste soviétique veulent offrir à leur peuple bien oppressé, une voiture populaire qu'il n’aura pas les moyens de s’offrir. Malgré des cadences de productions faibles, dues à son assembleur jusque–là spécialisé dans le matériel agricole, elle s’exportera, cette Zaz, dans les autres pays socialistes et certains de l’Occident pour rapporter des devises.

 

Moskvich 402

 

À la fin des années 50, la Moskvitch 402 est la plus petite voiture produite en grande série en URSS, mais son prix la rend hors de portée de la quasi-totalité des citoyens soviétiques. Ainsi, le bureau d’études du constructeur russe Moskvitch prépare dès 1956 une petite voiture, qui pourrait être vendue à un prix bien inférieur. En 1957, le prototype MZMA 444 passe aux essais, avec comme moteur un bicylindre de 650 cm³ développant 17,5 ch. Jugé trop petit, il sera remplacé par un autre bicylindre, de même cylindrée, mais développant 18 ch, sur les prototypes testés en 1958 et 1959. Un prospectus présentant le projet sera distribué lors de l’Exposition Internationale de Bruxelles, en 1958.

 

Zaz 965

 

L’année suivante, il est décidé que la production aura lieu dans l’usine Kommunar de Zaparojie, en Ukraine, qui fabriquait des moissonneuses-batteuses. La voiture prend alors le nom de « Zaparojets », et sera présentée à l’Exposition des Réalisations Économiques de Moscou, en février 1959. La première voiture sort de l’usine le 18 juin 1959, mais ce n’est encore qu’un prototype. L'inspiration de la carrosserie vient sans en douter de la Fiat 600, elle est motorisée par un V4 746 cm³ de 23 ch, développé par l’ingénieur Ajzenberg, la ZAZ 965 (pour Zaporosky Avtomobilny Zavod ; usine d’automobiles de Zaparojie) atteint 80 km/h et dispose d’une boîte 4 vitesses, dont les trois derniers sont synchronisés. Il faudra néanmoins attendre le 22 novembre 1960 pour voir le premier modèle de série quitter les chaînes, à un rythme assez faible puisque seulement 1500 unités sont produites jusqu’à la fin de l’année 1960. Longue de 3,33m, large de 1,39m, la ZAZ est bien plus petite que les autres productions du pays, la moins chère, puisqu’elle est vendue 1800 roubles. Elle s’exporte immédiatement pour rapporter des devises. Le premier secrétaire du parti communiste Nikita Khrouchtchev déclara qu’elle serait « un bon cadeau pour les travailleurs, à condition qu’elle soit bon marché ».

 

Zaz 966
Zaz 965

La première européenne a lieu en février 1961, à l’occasion du salon de Bruxelles, puis au salon de Londres en 1961 et 1962. Au Royaume-Uni, un importateur est désigné : il fera imprimer un prospectus, mais aucune voiture ne trouvera preneur. En octobre 1962, la 965 devient 965 A. Elle se distingue de sa devancière par ses clignotants situés sous les phares (et non plus sur les ailes), par une baguette chromée qui court le long de la carrosserie, et par un nouveau 887 cm³ de 27 ch sous le capot, permettant à la voiture d’atteindre désormais 90 km/h. On notera également l’apparition d’une 965 B en 1963, destinée aux handicapés. En 1965, la ZAZ est importée au Benelux et en Autriche, sous le nom de Yalta. 300 exemplaires seront vendus dans la seule Belgique. La nouvelle 966 étant déjà prête, la production de la ZAZ 965 cesse en mai 1969.

 

Zaz 968
Zaz 966

Très tôt, la direction de ZAZ pense à la succession de son modèle 965. Le premier prototype roule en 1961, et la présentation officielle de la ZAZ 966 V a lieu en 1965. Très inspirée par la NSU Prinz 4, la 966, produite dès 1966, mesure 3,73m de long pour 1,54m de large, et n’a donc a priori plus rien à voir avec son aînée. Mais le moteur de 887 cm³ reste le même. Surnommée « longues oreilles » en référence aux large prises d’air situées au-dessus des roues arrière, la ZAZ atteint 110 km/h.Elle est présentée en 1968 au Salon de Bruxelles sous le nom de Yalta 1000, avec sous le capot arrière un 4-cylindres en ligne 956 cm³, alors monté sur les premières Renault 8. En octobre de la même année, elle sera également présentée au Salon de Paris, cette fois avec un nouveau V4 1196 cm³, développant 40 ch. Elle devient alors ZAZ 966 B. Si l’importation en France n’aura pas lieu, quelques exemplaires seront vendus au Benelux (Zaz 1200) et en Autriche (Eliette). La 968 cède sa place en septembre 1970 à la ZAZ 968.

 

Zaz 968 A 1974

En 1970, l’URSS est toujours le pays de l’Est où la densité automobile est la plus faible : 6.8 automobiles pour 1000 habitants contre 55.6 pour la Tchécoslovaquie et 66.7 pour la RDA. La 968 apparaît cette année-là. Elle propose un nouveau moteur de 48 ch, lui permettant d’atteindre 120 km/h et une baguette chromée remplaçant la fausse calandre sur la face avant. En 1974, la 968 A se veut plus moderne en termes de sécurité : colonne de direction déformable, antivol, points d’ancrage de ceintures de sécurité… L’année suivante, l’habitacle est modernisé, la coque renforcée, on note l’apparition d’un double circuit de freinage et d’un nouveau carburateur.En 1979, la 968 M remplace la 968 A. À l’arrière, les prises d’air ont été remplacées par de simples grilles, les feux sont désormais rectangulaires, le tableau de bord est nouveau, les pare-chocs sont noirs et à l’avant, le trait de chrome laisse place à une baguette noire, encadrée par deux clignotants. La petite ZAZ atteint désormais 130 km/h, et ses accélérations ont été améliorées de 50%. Cette version ne connaîtra pas de changements majeurs dans sa carrière et sera produite jusqu’en mai 1994.

 

Zaz 968 A 1974

Entre 1960 et 1994, ce ne sont pas moins de 3 millions de ZAZ à moteur arrière qui sont sorties de l’usine de Zaparojie, avec des pics à 150 000 voitures par an dans les années 80. Un certain nombre de Zaz ont été diffusées également en Italie, l’un des rares pays occidentaux à s’être ouvert aux pays de l’Est., essentiellement dans les zones où les mairies étaient gérées par le Parti Communiste. Zaz a été acquise en 1998 par Daewoo. Suite à la reprise du constructeur coréen par General Motors et à sa transformation en Chevrolet, l’usine ukrainienne fabrique aujourd’hui d’anciens modèles Daewoo, badgés Zaz pour le marché local.


Source : Wikipédia, Gazoline.