Volvo P 1800 (1960-1972)

1961 Volvo P 1800 Jensen - Photos : Classix.se

 

Publié par Philippe Baron le 11 mars 2015.

 

Présentée dans les plus grands salons automobiles en 1960, la Volvo P1800 reçoit un prix en Californie pour son design particulièrement séduisant. Excellente sportive, mais également formidable routière, la Volvo P1800 consolide la réputation de la marque : robustesse et fiabilité. Pour preuve, le 17 septembre 2013, Irv Gordon, âgé de 26 ans lors de l’acquisition de sa P1800 S neuve en 1966, a parcouru avec elle plus de 3 millions de miles (4 828 032 kilomètres), ce qui constitue en soit le record mondial du plus haut kilométrage automobile. 

 

Photos : de Belder

 

Après le flop du curieux roadster P1900 en 1957, Volvo ne se décourage pas pour développer un coupé sportif digne des valeurs de la marque, qui pourra démontrer les qualités d’endurance de sa mécanique. Planifiée en Suède, la P1800 profitera de l’international pour bâtir son succès. L’anecdote du design ne manque pas à cet égard d’ironie et de saveur. En effet, Gunnar Engellau, le patron de Volvo, qui comme tous les grands constructeurs de l’époque, ne jurait que par les carrossiers italiens confia l'étude du nouveau coupé au bureau d’études de Pietro Frua. Ce dernier laissa à ses jeunes stylistes le soin d’imaginer les formes de la future voiture. Les esquisses proposées de façon anonyme, furent ensuite présentées aux dirigeants de Volvo qui finalement vont retenir le projet d’un jeune stagiaire, Pelle Pettersson, qui n’était autre que le fils de Helmer Pettersson, le chef ingénieur Volvo derrière les projets des PV 544 et P 1900 !

 

1961 Volvo P1800 Jensen - Photos : Classix.se

 

En 1958, trois prototypes de Frua sont réalisés sur la plateforme raccourcie et allégée de la berline 122 S Amazon. Helmer Pettersson se rend alors à bord d’un de ces prototypes à Osnabrück en Allemagne chez le carrossier Karmann dont les ingénieurs avaient déjà préparé quelques schémas basés sur l’ébauche en bois réalisée chez Frua. Les négociations sont déjà à un stade bien avancé pour une mise sur le marché dès la fin 1958 quand Volkswagen, le plus grand client de Karmann, demande l’arrêt de ce projet pour ne pas entrer en concurrence avec ses propres voitures. Toujours conscient des standards de qualité que la marque s’oblige à tenir, Volvo prospecte chez d’autres carrossiers allemands en vain et commence à douter de l’avenir de la P1800. Le constructeur ne peut lui-même se lancer dans la production avec son usine de Göteborg qui tourne déjà à plein régime et la future unité de Torslanda qui n’est encore qu’aux fondations.

 

Photos : Marc Vorgers

 

Finalement, Volvo se rapproche de Jensen pour assurer la sous-traitance de son modèle car les chaînes du constructeur britannique tournent alors en sous capacité. Un contrat est signé et Jensen fait appel aux aciéries Pressed Steel pour la production des éléments de la carrosserie monocoque. Le parcours de production d’une P1800 est alors assez "volklorique" avec les carrosseries embouties chez Pressed Steel en Ecosse qui descendent ensuite chez Jensen à West Bromwich dans les Midlands de l’ouest près de Birmingham pour y recevoir les éléments mécaniques venus de Suède avant de repartir à Göteborg pour un contrôle final avant livraison ! Ce parcours atypique durera trois ans avant que Volvo ne reprenne les rênes dans son propre pays d’où le S signifiant Suède sur les Volvo P1800 dès 1963. P signifie quant à lui Personvagn (voiture personnelle) et 1800 pour 1,8 litre de cylindrée.

 

 

La présentation officielle de la P1800 a lieu au Salon de Bruxelles le 16 janvier 1960 puis à New York en avril et au Grand Palais de Paris lors du Salon de l’Automobile d’octobre 1960. Suite aux problèmes évoqués précédemment, les premiers véhicules ne seront livrés qu’au milieu de l’année 1961. Comme son nom l’indique, la P1800 possède un moteur de 1.8 l développant  90 ch, alimenté par un double carburateur SU HS6. Ce moteur est en fait un demi-V8 issu de la gamme poids lourds du constructeur, dont la souplesse et la robustesse constituent les principaux atouts. A ce moteur est accolée la nouvelle boîte de vitesse M40 Volvo, puis la M41 à overdrive électrique Laycock-de-Normanville en option dès 1963. Cet overdrive donne une cinquième effective à la P1800 mais limite la vitesse de pointe à 180 km/h alors que sans overdrive, les voitures ont un différentiel un peu plus bas qui a pour effet d’autoriser une vitesse de pointe près de 195 km/h. 

 

Photos : Classix.se

 

La puissance du moteur passe à 96 ch par augmentation du taux de compression en 1963 et 103 ch en 1966 suite à la modification du collecteur d’échappement. En 1969, la P1800 inaugure le nouveau moteur B20B de 2 litres en conservant toutefois son nom de P1800. La puissance est maintenant de 105 ch. L’injection indirecte Bosch D-Jetronic fait son apparition en 1970 et la puissance passe à 120 ch. Avec la transmission Borg-Warner en option en 1971, la puissance passe à 124 ch. En 1972, le coupé est rejoint par le break de chasse 1800 ES. L’arrivée de nouvelles normes antipollution aux Etats-Unis, où deux tiers des ventes étaient réalisées, mettent un terme à la brillante carrière de la P1800 en juin 1972 avec 47 482 exemplaires produits dont 6 000 chez Jensen. 

 

1966 Volvo P1800 - Photo : Anne-Marie

 

 

 

Au petit écran, la P1800 est associée à la série britannique ‘Le Saint’ diffusée dès 1962. La voiture accompagne le héros, interprété par Roger Moore, pendant 116 épisodes. Belle promotion pour la Volvo, d’autant plus que le futur James Bond 007 utilisa lui-même trois P1800 pour son usage personnel. Corgi Toys profita de la notoriété de la série pour réaliser une version miniature de la voiture du ‘Saint’ avec la figurine de Roger Moore à l’intérieur. Quelques 1.2  millions d’exemplaires furent vendus.

Photo : Marc Vorgers