Volkswagen Scirocco (1974-1992)

 

Publié par Philippe Baron le 6 décembre 2015.

 

Au début des années 1970, Volkswagen se tourne vers la modernité pour renouveler sa gamme vieillissante, abandonne le tout-à-l’arrière pour la traction avant et profite d’un marché automobile en plein essor pour proposer un éventail de véhicules différents. Après la Passat de 1970, un nouveau vent chaud amène en mars 1974 la Scirocco devançant de quelques mois la Golf dont elle partage les organes mécaniques.

 

 

Enthousiasmée par le design novateur de la Passat, Volkswagen refait appel au bureau d’études ‘ItalDesign’ dirigé par Giorgetto Giugiaro pour concevoir la remplaçante de la Coccinelle : La Golf. Travaillant sur ce projet, le designer entre-autre de la Fiat Dino en profite pour proposer différents modèles dérivés du sujet demandé, dont un coupé. Ce dernier, se révélant très attrayant, suscite l’intérêt du groupe Volkswagen. Les ingénieurs passent les maquettes en soufflerie et arrondissent les angles, le hayon s’équipant d’une sorte de queue de canard à la manière d’un mini-béquet résultant à un Cx de 0.364.

 

 

Cependant, la firme, qui se relève de difficultés financières importantes traversées pendant les années soixante, joue la prudence. VW préfère ne pas prendre trop de risques en lançant sur le marché trop de modèles en même temps. Finalement, c’est Giorgetto Giugiaro qui va sauver le destin de la Scirocco en contactant Wilhelm Karmann. Un accord est conclu pour que les usines Karmann à Osnabrück fabriquent la Scirocco et que VW en assure la commercialisation et le service après-vente.

 

 

A cette époque, VW voulait être ‘dans le vent’ en donnant à ses modèles des noms de courant océanique, de flux d’air rapide ou de vents : la Golf pour Gulf Stream, la Jetta pour Jet Stream, la Passat signifie en allemand vent alizé des régions tropicales et Scirocco (écrit à l’italienne en hommage au designer) vent brûlant du Sahara.

 

 

Dévoilé pour la première fois au public à l’occasion du salon de Genève en mars 1974, le coupé Scirocco se présente comme le successeur du coupé Karmann Ghia. Le style est nouveau. Le Coupé se distingue par une calandre fine à quatre optiques circulaires pour les versions haut de gamme, rectangulaires pour la version L de base. Sa ligne de carrosserie, fuyante et basse, est taillée pour revendiquer un caractère sportif. La Scirocco est élaborée à partir de la base de la Golf  mais paradoxalement, elle se paye le luxe d’être présentée six mois auparavant. Elle est longue de 3.87 m, large de 1.62 m, haute de 1.31 m, avec un empattement de 2.40 m et pèse environ 830 kg à vide.

 

 

Trois motorisations mises au point par Ludwig Kraus, chargé de l’étude, sont proposées d’emblée. L’architecture moderne du moteur EA 827 a été développée par Franz Hauck. Le 4-cylindres quatre-temps est implanté transversalement à l’avant et incliné de 20° avec arbre en tête entrainé par le vilebrequin par l’intermédiaire d’une courroie. Une véritable gamme se décline autour de plusieurs mécaniques avec un 1 093 cm³ de 50 ch DIN pour la version de base  très dépouillée sans cendrier ni éclairage de coffre, un 1 471 cm3 de 70 ch pour la version S ou 85 ch pour la version TS. Le fameux moteur de 1 588 cm3 de 110 ch, qui fera la gloire de la Golf GTI, arrive pour le millésime 1976 pour la GTI et en 1977 pour la GLI. 

 

 

Grace à son esthétique réussie et son package technique de qualité, la Scirocco aura une carrière plus qu’honorable avec une production de 504 153 unités pour la première génération de 1974 à 1981. Le modèle est renouvelé en mars 1981 lors du Salon de Genève. La Scirocco Série 2 reste un coupé 2+2, une traction avant avec un 4-cylindres en ligne en position transversale, culasse alu, 1 ACT, boîte 4  ou 4 + E ou 5 rapports (automatique en option), roues de 13’’, 4 roues indépendantes, disques à l’avant et tambours à l’arrière.

 

 

La gamme moteur débute avec les versions carburateurs 1 272 cm3 60 ch, 1 457 cm3 70 ch et 1 588 cm3 85 ch, et la version injection 1 588 cm3 de 110 ch. La vitesse maximale selon les modèles passe de 156 à 190 km/h. En 1982, le 1 588 cm3 est remplacé par le 1 781 cm3 de 112 ch et 191 km/h sur la GTi. En août 1983, les versions carburateurs 1 272 cm3 et 1 588 cm3 sont remplacés les 1 595 cm3 75 ch 167 km/h et 1 781 cm3 90 ch 178 km/h. En juin 1985, arrive la version 16 V de 139 ch et une vitesse de pointe de 208 km/h.

 

 

En 1989, en raison de l’arrivée de la Corrado, la Scirocco est retirée du marché français. Cependant, sa carrière continue et la dernière Série 2 tombera des chaînes de production de chez Karmann en septembre 1992. La seconde génération marque un bon score de 291 497 unités vendues malgré sa cohabitation avec la nouvelle Corrado.