Volkswagen Passat (1973-1993)

1973 Volkswagen Passat LS

 

Publié par Philippe Baron le 13 mai 2015.

 

Dès 1945, Volkswagen entreprend son escalade vers les sommets de l’industrie allemande avec son unique modèle, la Coccinelle. Dans les années 1970, la Coccinelle continue à faire de la résistance, mais toute une gamme moderne est venue s’articuler autour d’elle. La première représentante de cette nouvelle génération de Volkswagen est un haut de gamme, qui, en mai 1973, est dévoilé sous le nom de Passat.

 

 

En 1934, le gouvernement allemand invita Ferdinand Porsche à développer son projet de voiture populaire amorcée trois ans plus tôt chez Zündapp et NSU. L’usine Volkswagen fut inaugurée à Wolfsburg le 26 mai 1938, mais le fantastique essor de la firme n’intervint qu’après la guerre, grâce au succès universel de la Coccinelle, réputée pour sa solidité et sa facilité d’entretien. Pendant de longues années, Volkswagen se contenta de faire évoluer son modèle sur le plan technique avec des améliorations de détails apparues ici et là. Sur la K70, étudiée par la firme NSU rachetée par Volkswagen en 1969, le sigle VW apparaissait pour la première fois en 1970 sur une traction avant. Véritable révolution pour Volkswagen qui remplaçait la propulsion par la traction et le moteur à plat quatre cylindres opposés deux par deux avec refroidissement par air pulsé par un moteur en ligne refroidi par eau. Cela n’empêcha pas la Coccinelle et ses dérivés de continuer leur longue marche. Mais, en 1973, une nouvelle étape était franchie avec la Passat.

 

Volkswagen Passat L

 

Volkswagen sortit véritablement de son conservatisme grâce à l’acquisition d’Audi/Auto Union en 1964, qui donna naissance au groupe Volkswagen, une organisation de type konzern. La firme d’Ingolstadt avait l’expérience qui manquait à Volkswagen dans le domaine des roues avant motrices et des moteurs à refroidissement liquide. L’influence d’Audi ouvrira la voie à une nouvelle génération de Volkswagen, les Passat (1973), Golf (1974) et Polo (1975).

 

Volkswagen Passat L Variant
Volkswagen Passat LS Variant

 

Créée à partir de l’Audi 80 apparue en septembre 1972, la Volkswagen Passat (nom allemand qui signifie « alizé ») bénéficie d’une carrosserie retouchée par Giorgetto Giugiaro pour les trois versions de la voiture, berline 2 et 4 portes, et break (Variant). Le modèle LS reçoit deux phares ronds, la version L de base des optiques rectangulaires, les modèles TS, quatre projecteurs à lampes à halogène. Les équipements et l’habillage intérieur varient selon les versions, la L plus étoffée que le premier modèle, avec allume-cigares, sièges couchettes, accoudoirs, éclairage de la boîte à gants, rhéostat de tableau, compteur journalier, enjoliveurs de glaces et baguettes latérales, etc. La TS bénéficie d’un volant sport, d’un compte-tours, d’une console avec voltmètre, manomètre de pression d’huile, montre, glace arrière chauffante, rétroviseur jour et nuit, deux feux de recul et des lames de pare-chocs recouvertes d’une bande de caoutchouc.

 

 

Le moteur est le quatre-cylindres en ligne de l’Audi 80, incliné vers la droite. Il est placé en porte-à-faux en avant de l’essieu. La cylindrée ressort à 1 296 cm3 soit 7 CV fiscaux pour les versions simplifiées et à 1 470 cm3 pour les LS et TS, soit 8 CV. Quatre puissances pour ces moteurs, mais trois solutions seront retenues pour la France : 60 ch à 5 800 tr/mn pour la Passat normale, 75 ch au même régime pour la LS et 85 ch pour la TS équipée d’un carburateur double corps. A noter que ces groupes disposent d’un arbre à cames en tête entraîné par courroie crantée. La suspension fait appel à un montage MacPherson pour l’avant, à l’arrière d’un essieu rigide avec ressorts hélicoïdaux. La direction est à crémaillère et les freins mixtes disques-tambours avec double circuit en diagonale.

 

 

Le hayon arrière est disponible sur la Passat à partir de janvier 1975. Toute la gamme reçoit un restylage en septembre 1977 avec la partie avant redessinée et une nouvelle planche de bord. Conçue pour les familles de la classe moyenne, la première Passat trouve immédiatement son public et pas moins de 2,5 millions d'unités vendues entre 1973 et 1980 pour cette première génération B1.

 

Volkswagen Passat B2

 

La deuxième génération de Volkswagen Passat est présentée en novembre 1980 et lancée en 1981. En plus de la Passat à hayon et du break Variant, VW présente à Francfort en septembre 1981 une berline classique tricorps élaborée à partir de la Passat, qui, jusqu'au restylage de 1985, sera vendue sous le nom de Volkswagen Santana eu Europe, puis renommée Passat Touring.

 

Volkswagen Santana

 

Côté motorisation, la Passat B2 débute sa gamme avec des 4-cylindres essence 1300 (60ch), 1600 (75 ch), 1800 (90 ch) à partir de 1983 et diesel 1600 (54 ch). Contrairement à la Passat B1 le haut de gamme reçoit les moteurs Audi/ VW  5 cylindres de 2000 (115 ch) pour l’essence et 1,6 pour la version turbo-diesel. En plus des transmissions manuelles à quatre et cinq rapports et automatique à trois vitesses, la Passat est également disponible avec la transmission 4+E de Volkswagen. Egalement appelé « Formel E », ce dispositif se distingue par un dernier rapport particulièrement élevé ce qui, combiné avec un mécanisme de roue libre, permet d'abaisser la consommation d'essence. Le système quatre roues motrices pour la version Syncro introduite en octobre 1984 est uniquement proposé avec le moteur 5 cylindres le plus puissant. Ce concept technique est repris de l'Audi 80 Quattro et non de la Volkswagen Golf Syncro. Le soubassement de la Syncro nécessite un tunnel de transmission, un réservoir d'essence déplacé et la suppression du logement de la roue de secours pour laisser de la place au complexe essieu arrière.

 

1984 Volkswagen Passat Variant Syncro
1985 Volkswagen Passat Sedan

 

En 1985, la gamme est rajeunie avec de nouveaux pare-chocs plus gros, une nouvelle calandre et de nouveaux feux arrière sur les versions à hayon. La face avant est désormais la même sur les berlines à hayon que sur les versions break. Un nouveau moteur, 2 226 cm3 injection de 136 ch, complète l’offre motorisation. La production de la Passat B2 se termine en juin 1988 avec 3 345 248 unités vendues en Allemagne sur une production mondiale d’environ 4,5 millions d'unités.

 

1984 Volkswagen Passat GT
Volkswagen Passat B3

 

Dévoilée officiellement au Salon de Genève en mars 1988, la Passat troisième génération nommée B3 accroît sa longueur pour un habitacle plus spacieux et se singularise par une absence de calandre. Pour justifier d’autant plus son statut haut de gamme VW, elle étrenne pendant l’été 1991 un exclusif 6-cylindres en V, conçu et développé à Wolfsburg.

 

 

De catégorie moyenne supérieure, mesurant 4.57 m, la Passat reprend un certain nombre d’éléments de l’Audi 80 et constitue une transition entre les gammes VW, à caractère populaire, et le standing d’Audi. Sa principale qualité est son aérodynamique de pointe, un Cx d’une valeur de 0.30, et son exceptionnelle habitabilité. Elle dispose également d’un coffre gigantesque, qui est agrémenté, sauf pour les bas de gamme CL, d’une banquette arrière rabattable en deux parties inégales. Le break offre quant à lui un espace de chargement encore plus volumineux.

 

 

Son manque de calandre inattendu dissimule en fait une astuce sur le plan technique. Le refroidissement est dévolu à une écope située sous le bouclier avant, qui canalise l’air nécessaire, tandis que l’aspiration du moteur s’effectue par le biais de l’emblème Volkswagen.

 

 

Sous le capot, le moteur est placé en position transversale, ce qui a pour conséquence de raccourcir le compartiment moteur au profit de l’habitacle. A sa présentation en 1988, VW lance pour sa Passat un nouveau 2 litres à 16 soupapes de 115 ch et une nouvelle boîte 5 rapports. En transmission automatique, la Passat utilise une boîte 4 rapports, étudiée en collaboration avec Renault. En 1990, la gamme s’enrichit d’une version 1600 75 ch, d’une diesel 1900 68 ch et de la GT G 60 Syncro. La Syncro adopte la technique de transmission intégrale mise au point par Volkswagen, avec régulation variable antipatinage par visco coupleur et désaccouplement automatique. En liaison avec le moteur d’un 1.8 litre de 160 ch, couple maximum de 225 Nm à 3 600 tr/mn, 215 km/h, ce concept de propulsion offre des conditions optimales de motricité, d’accélérations, même dans les conditions de conduite les plus difficiles.

 

 

En 1991, apparaît un 6-cylindres en V de 2 792 cm3 au dessin étonnant, un V très fermé, qui procure une puissance importante de 174 ch, une vitesse de pointe de 224 km/h, et surtout une souplesse démoniaque. En termes de plaisir de conduite, il propulse la Passat à la hauteur des BMW et Mercedes 6-cylindres. En 1994, la Passat B3, après une production d’1.6 million d’exemplaires, laisse place à la Passat B4 qui retrouve une grille de calandre.

 

Photos : Jason Brink