Volkswagen Golf II (1983-1992)

 

Publié par Philippe Baron le 4 janvier 2015.

 

Lancée en 1974, aux heures les plus sombres pour Volkswagen, la Golf a généré toutes les VW modernes, et surtout, est à l’origine du phénomène GTI. Entièrement renouvelée lors du Salon de Francfort, en septembre 1983, la Golf II est plus grande et plus aérodynamique, tout en ressemblant beaucoup à son aînée. Embourgeoisée, elle offre plus d’habitabilité et de confort et une motorisation évoluée « vers le haut ». La voici donc bien préparée pour un nouveau succès qui ne faiblira pas au hit-parade des ventes.

 

 

La Golf deuxième génération n’arrive en France qu’en 1984, VAG France ayant attendu la mise en fabrication de la carrosserie 4 portes, quelques mois après la 2 portes, toujours chère aux Allemands. Dessinée à Wolfsburg et non plus en Italie, la Golf est par rapport à l’ancienne génération plus longue de 28 cm (3.98 m) et plus large de 10 cm (1.66 m). Elle est proposée en de nombreuses versions : C, CL, GL, Formule E. La Golf GLX/Carat est la version luxueuse, très bien équipée, avec la direction assistée, les lève-glaces électriques, le verrouillage central des portes, l’ordinateur de bord et bénéficie d’un nouveau moteur plus puissant, dérivé de la GTI. A noter que la version cabriolet n’a pas été renouvelée comme l’ensemble de la gamme. Construit depuis 1979 par Karmann à Osnabrück, il conserve le châssis de l’ancienne Golf.

 

 

VW propose un large choix de motorisations pour ses modèles Golf d’entrée de gamme, qui par la suite prendront des noms comme Travelling ou Boston. Le moteur 1 272 cm3 55 ch avec carburateur double corps équipe la 1300 et le 1 595 cm3 75 ch avec carburateur double corps et coupure de l’alimentation en décélération pour la 1600. La Golf Diesel 1600 est équipée d’un 1 588 cm3 de 54 ch, tandis que la Turbo-Diesel reçoit le même moteur avec turbo-compresseur et une puissance de 70 ch. La Golf GLX possède une version du 1 781 cm3 poussé à 90 ch et la Golf GTI conserve son remarquable moteur à injection d’octobre 1982. Ce 1 781 cm3, équipé d’une boîte 5 vitesses avec échelonnement sportif, donne 112 ch et une vitesse maximale de 191 km/h. Le freinage est renforcé, notamment par des disques à l’arrière. A partir de janvier 1985, la Golf GTI disposera d'une calandre 4 optiques de série, de baguettes de protection de bas de caisse, de jantes en tôles 14 pouces et d'une nouvelle sellerie.

 

 

L'été 1985 est marqué par l'arrivée d'une version encore plus sportive que la GTI. Il s'agit de la Golf GTI 16S (1 800 cm3 développant 139 ch). Cette GTI 16S est entièrement construite par la firme Volkswagen contrairement à la Golf 1.6 Oettinger qui était le fruit du préparateur du même nom. La culasse du moteur est totalement différente. Au niveau de la distribution, l'entraînement s'effectue par une courroie et une chaîne. La « GTI 16S » dispose de suspensions abaissées (1 cm de moins que la 8S) d'un allumage électronique intégral et d'un pot d'échappement avec une double sortie. 

 

Volkswagen Golf GTI 16V

 

En août 1986, VW présente la Golf Syncro à quatre roues motrices. Un coupleur visqueux ‘visco-drive’ fait office de différentiel inter pont, assurant automatiquement la répartition du couple entre les essieux avant et arrière, en fonction de l’adhérence. La Golf Syncro est équipé du moteur 1800 apparu initialement sur la Golf Carat.

 

 

Pour 1987, la Golf GTI 8S reçoit un système d'allumage et d'injection électronique Digifant, ce système permet de réduire la consommation de carburant. En juillet 1987, tous les modèles reçoivent quelques modifications esthétiques notamment une nouvelle calandre 4 barrettes pour la Golf et le sigle VW agrandi. En décembre 1987 : une version « plus économique » de la Golf GTI arrive sur le marché français. Cette nouvelle version nommée Golf Cup, disponible qu’en 3 portes, limitée en équipement (pas de fermeture centralisée, pas de vitres électriques ni de direction assistée), se distingue par le logo « Cup », un pied central entre les vitres latérales de couleur noire avec 3 bandes rouge, bleue et verte et des enjoliveurs spécifiques (décorations tricolores : rouge, bleu, vert). 

 

1987 Volkswagen Golf GT Syncro

 

En juin 1989, Volkswagen commercialise la Golf Rallye (5 000 exemplaires). Au niveau mécanique, cette Golf dispose d'une transmission intégrale Syncro et d'un compresseur G 60 qui lui monte sa puissance à 160 ch. Cette « Super Golf » se distingue par des ailes avant et arrière gonflées, les pare-chocs plus enveloppant sont de la couleur carrosserie, les rétros sont électriques, la calandre dispose d'optiques rectangulaires, et les jantes sont des 15 pouces. Elle dispose du système de freinage ABS et de la direction assistée. En juillet 1989, les Golf GTI 8 et 16S sont désormais équipées de boucliers avant et arrière avec antibrouillards intégrés de série, de baguettes latérales plus fines, et de bas de caisses noirs plus enveloppants et en août 1989, la Golf Turbo-Diesel passe de 70 ch à 80 ch dans une version dotée d’un intercooler, tandis que pour les écologistes, la Turbo D de 60 ch est avec catalyseur.

 

Volkswagen Golf Rallye G60

 

À cette même époque en Allemagne, le public découvre la Golf Limited. Cette Golf (5 portes) disposant d'un compresseur G60 monté sur une base de 16 S (1 800 cm3 développant 210 ch) et d'une transmission Syncro est une véritable bête de course. Elle se distingue par sa couleur gris anthracite métallisé (LP9V), des petits pare-chocs, une calandre 2 phares entourée d'un liseré bleu, un toit ouvrant en tôle, un intérieur tout cuir avec les sièges chauffants et des jantes BBS RM 15". Elle ne sera disponible qu'en Allemagne et sera produite en quantité très limitée (71 exemplaires dont un pour des essais). Sa vitesse maxi atteint 231 km/h. Ce sera la Golf la plus rapide avant l'arrivée de la Golf IV R32.

 

1988 Volkswagen Golf GTI G60

 

En janvier 1990, est commercialisée la Golf Country (1 800 cm3 développant 98 ch et une vitesse max de 155 km/h), qui est une Golf Syncro à injection et non à carburateur sur laquelle a été greffé un double châssis pour le gain de hauteur de caisse. Cette version tout-terrain avec garde au sol élevée se distingue entre-autres par son pare-buffles et sa protection inférieure avant et ne sera commercialisée que de 1990 à 1991. En février 1990, VW, qui avait l’année précédente produit la Golf Rallye G 60 pour servir de base d’homologation pour courir, propose la GTI G 60, simplifiée et plus abordable, puisque le 160 ch a simplement été implanté dans la caisse d’une GTI 2 roues motrices classique. Au cours de l'année 1990, la deuxième version limitée de la Golf GTI 16S débarque également sur le marché français. Il s'agit de la Golf Edition One.

 

 

Fin 1991, la Golf III, qui remportera l’année suivante le trophée européen de la voiture de l’année, vient remplacer la Golf 2 après une production de 6 301 000 unités. A noter que lors de toute la commercialisation de la Golf 2, le cabriolet a continué d’être encore livré avec la carrosserie de la première Golf.