Volkswagen Golf GTI (1976-1983)

 

Publié par Philippe Baron le 8 février 2014.

 

En 1976, deux ans après la sortie de la Golf bien sage, Volkswagen dévergonde sa petite voiture sympathique en musclant généreusement son moteur. Cette version portant le sigle GTI, non seulement sera l’initiatrice et la référence du phénomène GTI, mais dominera la concurrence d’une manière insolente en réalisant des performances de haut niveau pour l’époque et s’élèvera au rang de mythe à travers les années.



 

La Volkswagen Golf GTI fait sa première apparition au Salon de Francfort en juin 1976 mais ne sera commercialisée qu’en automne. Esthétiquement, elle reste très proche de la berline de base caractérisée par une ligne compacte et carrée due à Giorgetto Giugiaro. Ses dimensions sont les mêmes avec une longueur de 3.70 m et une largeur de 1.63 m. Elle n’est livrée qu’en trois portes. Un liseré rouge entoure la calandre et le spoiler avant est en plastique noir ainsi que les extensions d’aile. A l’intérieur, la sportivité est affichée avec les sièges-baquets Recaro et le petit volant sport à trois branches. Notons aussi, le levier de vitesses surmonté d’une balle de golf en guise de pommeau.


 

GTI Grand Tourisme Injection. C’est évidemment l’injection qui fait la différence avec la Golf de base. Le 1600 qui développe 75 ch à 5 600 tr/mn affiche sur la GTI 110 ch avec un couple maximal qui passe de 11.9 mkg à 3 200 tr/mn à 14 mkg à 5 000 tr/mn. Pour la GTI, le carburateur est abandonné pour un système d’injection continue Bosch K-Jetronic. Le diamètre des soupapes d’alimentation a été augmenté de 38 à 40 mm, le rapport de compression accru de 8.2 à 9.5 :1. La direction est identique à la berline de base avec un arbre à cames en tête commandé par courroie mais les angles des cames ont été sensiblement modifiés. Le collecteur d’échappement, de diamètre plus important, aboutit dans un double tube et deux silencieux. La capacité du radiateur est augmentée et un radiateur d’huile est adjoint au circuit de lubrification. Les suspensions, McPherson à l’avant et roues tirées à l’arrière, ont été maintenues mais les ressorts ont été durcis ainsi que les amortisseurs. Chaque essieu est équipé d’une barre antiroulis.


 

Les jantes de la GTI sont élargies de 5 à 5 ½ pour recevoir des pneus 175/70 HR 13. En conséquence, les voies ont été augmentées de 14 mm et les passages de roues échancrés. Pour le freinage, la GTI adopte des disques ventilés à l’avant, tandis qu’à l’arrière, les classiques tambours ont été maintenus. La boite de vitesse de 4 rapports passera à 5 rapports en 1980. La GTI reste légère avec un poids n’accusant que 810 kg.


 

En 1981, Volkswagen France se tourne vers Oettinger, un ingénieur spécialiste de la mécanique maison, pour concevoir une version 16 soupapes. Dans les ateliers d’Oettinger, près de Francfort, sont montés les moteurs puis dans une petite chaîne de l’usine Volkswagen de Villers-Cotterêts, les 16S reçoivent une barre de renfort transversal pour les suspensions, une calandre à quatre projecteurs qui portera le sigle 16S, un spoiler, etc. Cette version, uniquement réservée pour la France, est proposée en blanc ou en noir métallisé. Sous le capot, se trouve une culasse Oettinger à 4 soupapes par cylindre et double arbre à cames en tête. Le moteur 1600 ainsi dopé développe 136 ch à 6 500 tr/mn. La vitesse maximale frôle les 200 km/h contre 182 km/h pour la GTI. Le coût de ces transformations se retrouve dans le prix de vente. La GTI était commercialisée à 31 260 F contre 75 000 F pour la 16 S.


 

En 1982, alors que le 25 février, la 5 millionième Golf est produite sur les lignes d’assemblages de Wolfsburg, la Golf GTI est dorénavant animée par un 1 800 cm3, une évolution du 1 600, obtenu par l’augmentation de l’alésage de 1,5 mm et l’augmentation de la course de 6,4 mm. La culasse est entièrement nouvelle avec de nouvelles chambres de combustion incorporées alors qu’elles se trouvaient dans les pistons auparavant. La puissance est maintenant de 112 ch à 5 800 tr/mn et le couple de 14 mkg à 5000 tr/mn sur la GTI 1600 passe à 15 mkg à 3500 tr/mn. La vitesse maximale est de 190 km/h et 10 secondes pour le 0 à 100 km/h. La consommation de la Golf GTI 1800 en surprenait plus d’un par sa sobriété, tournant en moyenne entre 7 à 9 litres selon la conduite du conducteur.


 

A partir du Salon de Paris de 1982, la VW Golf GTI est disponible en version quatre portes et en 1983, le modèle « Rabitt » est lancé. Avec ses 112 ch, il côtoie la GTI de base et la GTI Plus, personnalisée par des jantes aluminium extrêmement plates, des P6 de 185/60 HR 14, des vitres teintées et une calandre dotée de quatre phares. La première génération de Golf passera le relais à la deuxième génération en mars 1984 avec une carrosserie entièrement redessinée.


 

Lorsqu'en 1976 sortait la Golf GTI, Volkswagen était loin de se douter qu'il venait de donner naissance à un nouveau style d'automobile. La Golf GTI remportait d'entrée un énorme succès. Ses concurrents mettront un certain temps à réagir et bientôt, les plus grands constructeurs se lanceront dans la bataille des GTI. Pour la Golf, la GTI a aussi servi de «locomotive» aux autres versions de la gamme, car, avec ses 461 690 exemplaires vendus pour cette première génération, la GTI ne représentait que 10 % des ventes de la gamme entière de la Golf.