Vauxhall Cresta PA – Velox (1957-1962)

Née vers la fin des années 1950, la Vauxhall Cresta PA fut l’une des premières voitures européennes à s’inscrire dans un mouvement culturel grâce à son style d’inspiration américaine. Le rocker Don Lang fit repeindre la sienne en rose en référence à la Cadillac du même ton d’Elvis Presley. Quant à la Reine d’Angleterre Elisabeth II, son choix se porta sur la Cresta Estate, la très pratique version break. (Article & Photos)

Vauxhall Prince Henry & 30/98 (1910-1927)

La Vauxhall 30/98 possède le moteur des "Prince Henry" mais porté à 4.5 litres et 90 ch. En version compétition, elle garantit les 160 km/h.  La 30/98 est surnommée la « super excellence », une voiture de tourisme rapide, la publicité de l’époque est assez éloquente : ‘C’est la meilleure voiture de sport. Elle durera des années. Son entretien est presque nul’ (Article & Photos)

Vauxhall Victor, VX 4/90, Ventora (1957-1978)

Dès la fin des années 1950, Vauxhall, filiale britannique de General Motors, se bat pour conserver ses spécificités, engagée dans un combat fratricide avec Opel, le Germanique lui aussi sous la tutelle du même géant américain. Parmi ses modèles les plus emblématiques, figurent la Victor et ses dérivés qui vont, dès 1957, occuper une place de choix pas moins de 21 ans au catalogue. (Article & Photos)

Venturi 400 GT (1994-1996)

En 1994, la firme nantaise Venturi  créée par l’ingénieur Claude Poiraud et le designer Gerard Godfroy en 1984, est reprise par l’écossais Hubert O’Neil qui se concentre principalement sur la compétition automobile. Cette année-là, est présentée la 400 GT, la plus puissante des GT produites en Europe avec son V6 double turbo de 408 ch. Elle est aussi la première GT commercialisée avec de série quatre freins et plaquettes en carbone. (Article & Photos)

Vespa 400 (1957-1961)

Phénoménale succès des années 1950, le scooter Vespa représente un style de vie à l’italienne qui sera repris dans tous les pays du monde et qui perdure encore de nos jours. En 1957, Piaggio, le constructeur italien qui fabrique ces cyclomoteurs, est témoin des réussites commerciales des microcars allemandes et très vite, décide d’en créer une, la 400 en raison de sa cylindrée. (Article & Photos)

Victoria 250 (1957-1958)

Au Salon de l’Automobile de Paris 1954, Harald Friedrich présentait une voiturette à allure sportive du nom de Spatz. Idéal pour les journées ensoleillées, ce roadster à carrosserie en plastique l’était beaucoup moins une fois la capote rabattue en raison de l’absence de portières qui rendait l’accès à bord difficile. La copie fut revue dès juin 1957 dans les usines de motos Victoria à Nuremberg. (Article & Photos)

Voisin C 25 Aerodyne (1934-1937)

Gabriel Voisin se détourna de l’aviation en 1918 pour la construction d’automobiles. Dès 1926, ses voitures étaient livrées entièrement carrossées, contrairement aux constructeurs de l’époque qui fournissaient des châssis nus aux carrossiers. Inventif et perfectionniste, il ne produisit essentiellement que des véhicules haut de gamme dont le modèle C25 Aérodyne en 1934. (Article & Photos)

Volkswagen 181 (1969-1983)

Adoptée par les hippies en Californie au début des années 70, la Volkswagen 181 reprenait cependant l’image militaire de la Kübelwagen. Surnommée « The Thing » aux USA, la VW 181 démilitarisée est rustique mais économique et joue la carte de la polyvalence : vrai cabriolet familial, petit utilitaire passe-partout et tout-terrain aussi performant que bien des 4x4. (Article & Photos)

Volkswagen Coccinelle (1938-1978)

Née à une époque troublée, la Coccinelle était la voiture populaire commandée par le dictateur Adolf Hitler. Outil de propagande pour le régime national-socialiste, elle fut rapidement transformée pendant la seconde Guerre mondiale en engin militaire. Les hostilités terminées, un major britannique lui donna une seconde chance. Espérait-il qu’elle devienne un jour la voiture la plus vendue au monde ? (Article & Photos)

Volkswagen Combi (1950-1979)

Symbole d’une jeunesse en quête de liberté et d’aventures, le VW Combi s’est imposé comme le véhicule préféré des routards des années 1960 pour les emmener aux quatre coins du monde. D’une solidité proverbiale, le Combi est aujourd’hui une légende roulante, considéré comme l’ancêtre des camping-cars. (Article & Photos)

Volkswagen Golf (1974-1983)

Pour assurer la relève de sa Coccinelle, dont le succès ne s’est pas démenti le long d’une carrière fleuve de plus de 30 ans et de plus de 21 millions d’exemplaires, Volkswagen propose en 1974 une voiture à la technologie et au style radicalement opposés : la Golf. Avec sa silhouette aussi simple que géniale, la Golf va s’affirmer d’emblée comme la référence de sa catégorie sans jamais faiblir au fil de ses successives générations. (Article & Photos)

Volkswagen Golf II (1983-1992)

Lancée en 1974, la Golf a généré toutes les VW modernes, et surtout, est à l’origine du phénomène GTI. Entièrement renouvelée en septembre 1983, la Golf II est plus grande, tout en ressemblant beaucoup à son aînée. Embourgeoisée, elle offre plus d’habitabilité, de confort et une motorisation évoluée vers le haut. Son succès ne faiblira pas au hit-parade des ventes. (Article & Photos)

Volkswagen Golf VI (2008-2012)

En octobre 2008, Volkswagen renouvelle pour la sixième fois son best-seller : la Golf. Le constructeur allemand s’est encore efforcé à la rendre identifiable malgré les générations qui défilent, en l’améliorant par petites touches pour ne pas trop brusquer ses partisans et en séduire de nouveaux. Autrement dit, le client ne perd pas ses repères et ne peut constater que du « mieux » dans tous les domaines. (Article & Photos)

Volkswagen Golf GTI (1976-1983)

En 1976, deux ans après la sortie de la Golf bien sage, Volkswagen dévergonde sa petite voiture sympathique en musclant généreusement son moteur. Cette version portant le sigle GTI, sera non seulement l’initiatrice et la référence du phénomène GTI, mais dominera la concurrence d’une manière insolente en réalisant des performances de haut niveau pour l’époque et s’élèvera au rang de mythe à travers les années. (Article & Photos)

Volkswagen Jetta (1979-1992)

Vers la fin des années 1970, Volkswagen continue de sortir des nouveautés à cadence accélérée. Après la Golf décapotable au printemps 1979, arrive à l’automne à Francfort la Jetta. Cette dernière créée à partir de la Golf, comme la Derby à partir de la Polo, signe pour la marque un grand succès commercial puisqu’en 1985 la Jetta est le véhicule européen le plus vendu aux États-Unis. (Article & Photos)

Volkswagen K70 (1969-1975)

 

Première traction avant de Volkswagen, la K70 devait se substituer à la 411 après le rachat de NSU en 1969. Finalement, Volkswagen emprunta à cette dernière entreprise un de ses modèles qui devait sortir en 1969 au lieu de partir d'une feuille blanche pour la création de sa nouvelle berline. Ainsi naquit la VW K70 dessinée par Claus Luthe et mue par un 1 605 cm3 puis un 1 803 cm3 en 1973. Produite uniquement en berline à 211 127 exemplaires, elle est remplacée par la Volkswagen Passat.

Volkswagen Karmann-Ghia Type 14 & Type 34 (1955-1974)

En 1952, l’incroyable succès international de la Coccinelle incite la firme de Wolfsburg à envisager un dérivé à allure sportive, destiné à séduire en priorité la clientèle nord-américaine. A la demande de Volkswagen, la Carrozzeria Ghia de Turin est chargée de l’étude stylistique, tandis que le carrossier allemand Karmann est sollicité pour l’industrialisation future de ce projet. (Article & Photos)

Volkswagen Passat (1973-1980)

Dès 1945, Volkswagen entreprend son escalade vers les sommets de l’industrie allemande avec son unique modèle, la Coccinelle. Dans les années 1970, la Coccinelle continue à faire de la résistance, mais toute une gamme moderne est venue s’articuler autour d’elle. La première représentante de cette nouvelle génération de Volkswagen est un haut de gamme, qui, en mai 1973, est dévoilé sous le nom de Passat. (Article & Photos)

Volkswagen Passat B6 (2005-2010)

Lancée en mars 2005, la Volkswagen Passat VI est la conséquence bienheureuse de la politique de différenciation stylistique désirée par Bernd Pischetsrieder, successeur de Ferdinand Piëch, dont la stratégie de partage de plate-formes avait fini par nuire à l’identité de chacune des marques du groupe Volkswagen. La Passat VI sera également la première à se décliner en un séduisant coupé 4 portes, la CC. (Article& Photos)

Volkswagen Scirocco (1974-1992)

Au début des années 1970, Volkswagen se tourne vers la modernité pour renouveler sa gamme vieillissante, abandonne le tout-à-l’arrière pour la traction avant et profite d’un marché automobile en plein essor pour proposer un éventail de véhicules différents. Après la Passat de 1970, un nouveau vent chaud amène en mars 1974 la Scirocco devançant de quelques mois la Golf dont elle partage les organes mécaniques. (Article & Photos)

Volkswagen Sharan (1995-2010)

En 1991, pour concurrencer Renault, leader incontesté du monospace avec l'Espace et prendre une part significative sur ce segment de marché, Volkswagen et Ford ne lésinent pas sur les moyens en investissant 14 milliards de francs pour un projet commun au Portugal. De cette alliance naîtront les Ford Galaxy, Volkswagen Sharan et Seat Alhambra en 1995 au sein de l'imposant dispositif industriel AutoEuropa.(Article & Photos)

Volkswagen Touran (2003-2014)

Lancé au printemps 2003, le Touran est le premier monospace compact de Volkswagen. La marque allemande attaque tardivement ce segment extrêmement  porteur sept ans après le lancement du Renault Scénic, quatre ans après la commercialisation du Citroën Picasso et de l'Opel Zafira. Volkswagen s'efforce de concentrer dans le Touran tout ce qu'attend la clientèle familiale de ce type de véhicule. (Article & Photos)

Volkswagen Typ 3 (1500 – 1600) (1961-1973)

En 1960, Volkswagen est le premier constructeur allemand. Il est aussi le premier exportateur allemand. Près de 50 % des voitures allemandes exportées portent l’emblème de Wolfsburg. Pourtant, VW est considéré par beaucoup de spécialistes comme un colosse aux pieds d’argile, du fait de sa monoculture reposant sur la Coccinelle, qui représente quasiment la totalité de la production. En 1961, VW ne prend pas trop de risques en proposant la plus bourgeoise Typ 3 1500. (Article & Photos)

Volkswagen Typ 4 (1968-1974)

 

Commercialisée en berline deux et quatre portes, ainsi qu'en break deux portes, la Typ 4 a évolué à travers deux générations, la 411 (1968-1972) et 412 (1972-1974). Conçue sous la direction d’Heinrich Nordhoff, la 411 doit son style à  Pininfarina qui, à l'époque, avait un contrat de conseil avec Volkswagen. Ces modèles à propulsion arrière proposent des moteurs VW 1.6 ou 1.8 l refroidis par air, placés à l'arrière. Volkswagen a fabriqué 367 728 exemplaires de Typ 4.

 

Volvo Amazon P 220 (1962-1969)

Lorsque la gamme Volvo Amazon apparaît en 1956, il faut attendre 1962 pour découvrir le break d’une véritable réussite esthétique. L'élégance est ici manifeste, tout autant que les qualités de finition, le confort et les performances. Pour la première fois, un break affirme sa volonté de faire aussi bien que la plus luxueuse des berlines. Un cas qui fera école. (Article & Photos)

Volvo 140 (1966-1974)

Chez Volvo, la volonté affirmée de construire des autos faites pour durer longtemps explique la longévité de ses modèles robustes et confortables. Avec une belle constance, l’initiateur de la ceinture de sécurité a fait de la sécurité passive une priorité récurrente. La nouvelle gamme 140, présentée à la presse en 1966, n’échappe pas à la règle en étant truffée d’innovations qui deviendront ensuite la norme chez tous les concurrents. (Article & Photos)

Volvo 164 (1968-1975)

Au milieu des années 1960, Volvo poursuit sa progression sur les marchés extérieurs en multipliant ses modèles. L’élargissement de la gamme s’opère prudemment sur le plan des investissements mais pour pousser son offre vers le haut, le constructeur suédois présente à l’automne 1968 la 164, une version à moteur six-cylindres dérivée de la 140. (Article & Photos)

Volvo 240/260 (1974-1993)

A l’automne 1974, Volvo introduit la série 200 qui prend le relais de la série 140. L’allure générale de ce véhicule familial respecte les valeurs de robustesse et de praticité établies par le constructeur scandinave. Plus encore, la firme suédoise continue de se démarquer avec sa politique de sécurité passive. La nouvelle Volvo hérite d’une multitude d’éléments de sécurité novateurs, issus d’un concept-car présenté deux ans plus tôt. (Article & Photos)

Volvo 480 (1986-1995)

La Volvo 480 fut présentée pour la première fois au public lors du Salon de Genève de mars 1986 et remarquée par sa ligne anguleuse et profilée, tranchant radicalement avec les formes cubiques des Volvo de l’époque. De plus, la Volvo 480 est le premier modèle à traction avant de la marque. Ironiquement, cette voiture étudiée en grande partie pour les Etats-Unis, n’y sera jamais commercialisée. (Article & Photos)

Volvo 760 GLE (1982-1990)

Lorsque Volvo présenta la 760 GLE en 1982, il dévoila une élégante voiture au style foncièrement nouveau, peu conventionnel, donnant le choix entre trois motorisations dont un 6-cylindres en ligne turbodiesel D24. Equipée de ce moteur, la Volvo 760 était de loin la berline Diesel la plus rapide du monde à l’époque. La Volvo 760 aura marqué un tournant pour Volvo Car Corporation, en constituant le socle de la pérennité de l’entreprise.(Article & Photos)

Volvo 780 Coupé Bertone (1985-1991)

En mars 1985, le constructeur Volvo renouvelle sa collaboration avec le carrossier Bertone pour un coupé confidentiel qui ne se refuse rien en matière de confort, de luxe et d’équipements dernier cri. Ce stratégique mélange de classe italienne et d'ingénierie suédoise permet au constructeur scandinave d’élargir son offre et de susciter l’intérêt de la clientèle pour sa gamme de voitures moins exclusive. (Article & Photos)

Volvo Amazon - Série 120 (1956-1970)

En 1956, Volvo lance l’Amazon, patronyme qui ne pourra cependant être utilisé qu’en Suède car déjà déposé par Kreidler, constructeur allemand de deux-roues. Sous le nom de Série 120, l’Amazon connait un tel succès que le constructeur suédois construira une usine en Belgique et au Canada pour répondre aux demandes des marchés européens et nord-américains. (Article & Photos)

Volvo C30 (2006-2012)

En octobre 2006, avec la C30, Volvo s’introduit sur un nouveau segment du marché avec une carrosserie compact bicorps de qualité, destinée à concurrencer l’Audi A3 et la BMW Série 1, mais à un tarif plus amical. Au design élégant et original, Il s’agit d’un modèle premium à tendance plutôt sportive, qui n’a pas la prétention d’être une familiale fonctionnelle. (Article & Photos)

Volvo C70 (2006-2013)

En 1989, Volvo acquiert le site suédois d’Uddevalla pour y fabriquer, dès 1996, les cabriolets C70 de première génération. En 2003, cette usine devient une coentreprise avec le styliste Pininfarina pour la production des Ford Focus CC et Alfa Romeo Spider, mais aussi pour la mise au point de la nouvelle C70, qui sera le premier coupé-cabriolet de la marque scandinave. Sa commercialisation débute au printemps 2006. (Article & Photos)

Volvo P 1800 (1960-1972)

Excellente sportive, formidable routière, la Volvo P1800 dévoilée en 1960 consolide la réputation de la marque de robustesse et fiabilité. Pour preuve, le 17 septembre 2013, Irv Gordon établissait le record mondial du plus haut kilométrage automobile avec sa P1800 S acquise neuve en 1966 en ayant parcouru 3 millions de miles soit près de 5 millions de kilomètres. (Article & Photos)

Volvo P 1800 ES (1971-1973)

Au cours de sa longue carrière, la Volvo P 1800 a connu plusieurs évolutions, dont ce modèle, la P 1800 ES en août 1971, mi- coupé, mi- break, reprenant l’avant de Frua mais avec la partie arrière complètement redessinée en break de chasse sous la direction de Jan Wilsgaard, patron du style Volvo, transformant ainsi le coupé en un élégant break sportif. (Article & Photos)

Volvo P1900 (1956-1957)

Insolite cabriolet, la Volvo P1900 est une tentative du constructeur suédois dans les années 1950 pour pénétrer le marché américain qui raffolait des petits roadsters sportifs provenant d’Europe. Mais la P1900 ne connaitra qu’une carrière éphémère, jugée trop loin des standards de qualité de la marque et ne sera produite qu’à une poignée d’exemplaires. Aujourd’hui de par sa rareté, elle est un objet très recherché et convoité. (Article & Photos)

Volvo PV60 (1946-1950)

En août 1939, Volvo, en constante expansion en Suède et dans les pays nordiques durant les années 1930, annonce un tout nouveau modèle pour le 5 février 1940 pour remplacer la PV56. La firme scandinave compte présenter un véhicule plus grand et plus spacieux, inspiré des modèles américains en vogue à ce moment-là. En septembre 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate et stoppe le projet de la PV60 qui ne prendra forme qu’en 1946. (Article & Photos)

Volvo PV444/ PV544 (1947-1965)

En 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, Volvo pense déjà à l’après-conflit, en concevant une petite voiture économique qu’il pourra offrir au peuple suédois. Présentée en septembre 1944, faute de matières premières et pénurie d’essence, la PV444 n’entrera en production qu’en 1947. Elle connaîtra un très grand succès qui établira la réputation de la marque pour sa fiabilité. (Article & Photos)

Volvo S60 (2000-2009)

Apparue en 2000, La Volvo S60, véritable réussite esthétique, est la réplique à une échelle légèrement réduite de la grande berline S80. Elle en reprend les épaulements accentués, la ligne de caisse en pente douce et les grands blocs de feux arrière. Sa particularité, elle la doit à son pavillon très arrondi et à son habitacle avancé qui contribuent à lui donner un faux air de coupé et qui ne sont pas étrangers à son charme. (Article & Photos)

Volvo Série 300 (1976-1991)

En 1975, le suédois Volvo absorbe complétement le département voitures de tourisme du hollandais DAF, ce qui lui permet de disposer de modèles entrant dans une classe intermédiaire qui lui fait défaut. Le scandinave ne tarde pas à proposer un nouveau modèle dès 1976 avec la 343, qui, cette fois, n’est pas une ancienne version hollandaise revêtue d’une calandre suédoise comme la 66, mais d’un modèle entièrement nouveau. (Article & Photos)

Volvo XC90 (2002-2014)

Volvo est, dès 1997, l’une des premières marques à croire au break de loisir 4x4 avec son V70 XC.  Le marché américain des SUV pousse ensuite la firme scandinave à enfoncer davantage le clou avec le XC90. Présenté au Salon de Detroit en février 2002,  l’imposant SUV suédois offre des prestations routières de premier ordre, grâce à une transmission intégrale gérée électroniquement et à divers systèmes de contrôle de stabilité. (Article & Photos)

VW-Porsche 914 (1969-1976)

Au milieu des années 1960, Volkswagen, pour remplacer son coupé Karmann Ghia, se rapproche de Porsche, qui ne peut assumer seul les coûts d’un nouveau modèle après les dépenses importantes consacrées au développement de la 911. Ainsi, la 914 est la sportive commune destinée à être commercialisée en tant que Volkswagen dans sa version à quatre cylindres et sous le nom de Porsche dans sa variante à moteur boxer six cylindres. (Article & Photos)