Tracta D2 9CV (1929-1934)

1933 Tracta D2 9CV Faux Cabriolet Coachwork by by Ringlet, Liège - Photos : Bonhams

 

Publié par Philippe Baron le 30 mai 2013.

 

"Les multiples talents de Jean-Albert Grégoire, né à Paris en 1899, se sont manifestés dans ses activités d'ingénieur, écrivain, athlète accompli, pilote de courses, inventeur et constructeur d'automobiles. Il a été pionnier de la technique de la traction avant, avec un système de joint homocinétique breveté, éprouvé dans ses Tracta de route et de course, pendant les années 1920." — The Beaulieu Encyclopedia of the Automobile.

 

 

Avant la Seconde Guerre Mondiale, la traction avant représente encore un véritable challenge technique pour les ingénieurs automobiles. Un des premiers à mettre au point un système fiable est Jean-Albert Grégoire, qui débute son activité au Garage des Chantiers à Versailles, soutenu par les finances de Pierre Fenaille, entrepreneur dans le domaine de l'industrie pétrolière. 

 

 

D'abord construites pour un usage course — une traction avant Tracta remporte sa catégorie au Mans 1927 — les premières voitures de JA Grégoire sont animées par un quatre cylindres Scap. Elles offrent une suspension avant et arrière indépendante par fourreaux coulissants et la transmission s'effectue aux roues avant. Grégoire change assez vite de local pour s'installer dans une petite usine rue de Colombes, à Asnières, tout en ajoutant à sa gamme des versions équipées de moteurs plus gros, Continental et Hotchkiss.

 

Cette très rare Tracta D2 à conduite à droite comporte sa carrosserie faux-cabriolet quatre places d'origine, réalisée dans les ateliers du Belge Ringlet, à Liège. Elle est animée par un quatre cylindres à soupapes en tête de 1 500 cm3 de 40 ch.

 

Grégoire s'éloigne alors des modèles orientés vers la compétition, et se concentre sur la production de voitures de tourisme qui attirent l'attention de carrossiers de premier plan comme Henri Chapron, Letourneur & Marchand, Duval, Mignon & Billebault. Il apparaît toutefois que cette activité n'ait pas été profitable pour Grégoire, ce qui l'a amené à cesser la production de Tracta en 1934. 110 Tracta D2 9 CV ont été fabriquées. Grégoire va poursuivre sa carrière comme ingénieur-conseil indépendant, une de ses premières missions concernant le châssis aluminium de l'Amilcar Compound.