Tatra 603 (1957-1975)

 

Publié par Philippe Baron le 15 juillet 2012.

 

A partir de 1951, sur ordre du gouvernement, il fut ordonné à Tatra de ne fabriquer que des véhicules industriels. Mais les officiels tchécoslovaques manquèrent de voitures officielles. Il fut alors décidé de produire à peu d'exemplaires une berline de prestige, capable de transporter les apparatchiks et de promouvoir le nouveau régime en place. L’équipe d’ingénieurs dirigée par Julius Mackerle se met au travail et le premier prototype roule en septembre 1955. La présentation a lieu un plus tard à la Foire de Brno. 

 

 

Produite à partir du printemps 1957 dans l’usine de Příbor, la 603 étonne par son style très personnel et avant-gardiste et surtout par ses trois phares avant abrités par une glace. L’aérodynamique est toujours excellente puisque le Cx s’établit à 0.36. Sous le capot arrière, on trouve un V8 2.5 développant 95 ch. La carrosserie autoportante est quant à elle fixée sur un plancher plat, tandis que la suspension est assurée par des amortisseurs hydrauliques. Les performances ne sont pas oubliées avec 160 km/h en vitesse de pointe. En 1959, la cylindrée diminue légèrement (2 472 cm³) par réduction de l’alésage. La voiture perd entre-temps son pare-brise en deux parties, tandis que la vitre de protection des phares est désormais partagée en trois.

 

À l’occasion de la Foire de Brno 1962, la 603 s’offre un petit restylage et devient 603/2. Les phares, très rapprochés, sont désormais au nombre de quatre, le tableau de bord est repensé et les feux sont plus imposants. En 1963, le V8 passe à 105 ch. Dès 1962, la direction cherche à remplacer la 603, et construit un prototype 603A, testé en 1964 puis abandonné. Il sera racheté par un employé de l’usine. L’usine Tatra de Bratislava en imagina même une version ambulance avant de présenter en 1966 son propre projet de remplacement, la 603X, qui restera unique. En 1966 et 1967, la 603 reçoit quelques modifications dans l’habitacle, voit ses clignotants blancs devenir orange et son pare-brise plus grand.

 

La 603/3 fait son apparition en septembre 1968. Les freins sont à disque, les phares moins rapprochés ainsi que les pare-chocs modifiés. Ayant duré 7 ans, c’est la version de la 603 la plus répandue, mais aussi la plus aboutie. Jusqu’à l’arrivée de la 613, la Tatra 603 fut la coqueluche des taxis, de l’administration et de la police. La dernière et 20 422e Tatra 603 sort des chaînes le 25 octobre 1975, laissant la place à la 613.

 

 

Si quelques modèles furent exportés en RDA et à Cuba, la carrière Européenne de la 603 fut un échec : trois immatriculations en RFA, deux en Belgique, une en Suisse et une aux Pays-Bas. Tatra avait pourtant fait le tour des grands salons de l’ouest : Francfort en 1957 et 1960, Paris et Genève en 1958, Bruxelles en 1960… Mais la 603 fit bien mieux sur les rallyes européens, elle participa avec un certain succès au Rallye Wartburg, au Spa-Sofia-Liège, à l’Alpenfahrt, au Tour de Belgique et au Marathon de la Route (où deux 603 terminèrent 3 et 4emes en 1965). Pour cela, Tatra avait développé une version 603 B5 (huit exemplaires produits entre 1966 et 1967) développant 150 ch et emmenant la limousine à 195 km/h !

 

Marathon de la Route 1966

La production de voitures de tourisme par le constructeur n'était pas prévue au programme de l'organisation industrielle tchécoslovaque qui avait cantonné Tatra à la production de camions, laissant Skoda seul sur le marché mais certains dirigeants ont été séduits par le prototype et souhaitaient une voiture de très haut rang équivalente à la GAZ Chaïka russe. La 603 et son prototype furent avant tout le banc d'essai d'un nouveau moteur conçu pour les camions de la marque. La 603 était équipée d'un système de chauffage indépendant fonctionnant à l'essence qui permettait de chauffer la voiture le moteur éteint ; ce système placé sous la banquette avant a dû malgré son efficacité être jugé insuffisant car le modèle suivant (613) sera équipé de deux de ces chauffages.

 

 

La voiture a fait un passage remarqué dans le film français Fallait pas !... de et avec Gérard Jugnot en 1996 où elle est utilisée par le personnage pour fuir les gourous d'une secte sur les routes enneigées, laissant ainsi apprécier sa tenue de route particulière, la voiture est brûlée lors du film. C'est à ce jour l'une des apparitions les plus notables de la voiture au cinéma, tous pays confondus.

 

Brochure Tatra 603 (1957)