Talbot London 75 (1931-1935)

1933 Talbot London 75 Sports Saloon - Photo : Bonhams

 

Publié par Philippe Baron le 7 octobre 2014.

 

En 1903, une nouvelle firme s’installe à North Kensington, Londres, pour importer des Clément françaises sous le nom de Clément-Talbot Ltd. Le groupe formé du comte de Shrewsbury et de Talbot rebaptise les voitures du nom de Talbot avant la fin de l’année. En 1913, paraît la 15/20 ch 2.6 litres qui, comme la 25/50 4.5 litres de 1910, brillera en compétition. En 1919, Clément-Talbot est racheté par Darracq qui absorbe également Sunbeam et qui se concentre sur la 10/23 jusqu’en 1925.

 

1926 Talbot 14/45 Roadster - Photos : Bonhams

 

Né à Genève en 1891, l’ingénieur mécanicien de formation, Georges Roesch se forma chez Delaunay-Belleville et Renault avant d’émigrer en Angleterre en 1914 et d’entrer chez Clément-Talbot en 1918. En 1925, il fut chargé par Louis Coatalen, directeur technique du groupe STD, de relancer la marque Talbot de Londres en grande difficulté, selon ses propres choix techniques. En 1927, il présente une nouvelle 6-cylindres à soupapes en tête, la 14/45, dont le châssis pratiquement inchangé sera celui des 75, 90, 105 et 110 ultérieures. Son petit moteur 1.7 litre sera développé pendant près de dix ans jusqu’à la reprise de la marque par le groupe Rootes en 1935. 

 

 

La 14/45 possède un châssis qui se veut très rigide. Il adopte les longerons hauts, le croisillon central et profite du bon équilibrage des organes mobiles pour boulonner le moteur directement sur les longerons. Ce dispositif assure à la Talbot une précision de direction rare à l’époque avec un châssis qui ne demande qu’à accepter des puissances supérieures. Le succès de la nouvelle Talbot est immédiat avec une production qui dépasse 50 châssis par semaine.

 

 

Le nouveau moteur 6-cylindres apparaît en 1928 avec un vilebrequin à sept paliers et une cylindrée de 2.3 litres donnant une puissance de 76 ch à 4 500 tr/mn et 93 ch en version haute compression au benzol pur. La pompe à eau est entraînée directement par le moteur. La nouvelle 75 de 1931 reçoit une boîte présélective Wilson 4 vitesses, des volets de radiateur thermostatiques, un système de graissage centralisé, des freins sous gaines et des amortisseurs hydrauliques.

 

1935 Talbot London 75 Open Tourer by Windovers - Photos : Retrolegends.nl

 

Pour la compétition, Georges Roesch extrapole la 90 avec environ 90 ch à 5 000 tr/mn. Cela lui permet d’étudier un moteur de 2.9 litres qui équipera la version tourisme 95 avec 100 ch et sa version sportive dite 105 jusqu’à 140 ch. Ces Talbot sont rapides avec 140 km/h pour la 95 et plus de 170 km/h pour la 105. La dernière version sera la 110 en 1935 avec une cylindrée de 3.5 litres et 123 ch pour la ‘tourisme’ et  160 ch pour la ‘compétition’. Après la cession du groupe STD au groupe Rootes en 1935, seules subsisteront les 3.5 litres de tourisme qui seront produites au compte-gouttes jusqu’en 1939.