Talbot-Lago T14 LS, America (1955-1958)

1956 Talbot Lago T14 LS - Photos : Houtkamp Collection

 

Publié par Philippe Baron le 24 mars 2016.

 

En mai 1955, Talbot-Lago, en proie à de grandes difficultés financières, présente sa nouvelle berlinette, la T14 LS qui sera commercialisée lors du Salon de Paris en octobre. Ce nouveau modèle remplace l’unique modèle de la marque, la T26 Grand Sport de 1953 qui n’a séduit que 15 clients en deux ans. La T14 LS est en fait une version réduite de la T26 dessinée par Carlo Delaisse, le styliste attitré des carrossiers Letourneur & Marchand et Chapron. 

 

 

La dimension du châssis tubulaire surbaissé est ramenée à 2.50 m d’empattement et le poids est descendu à 1 000 kg avec un gain de 600 kg. Le gros 6-cylindres de 4.5 l est remplacé par le nouveau T14, un  4-cylindres en ligne de 2 500 cm3 développant 120 ch. Les deux arbres à cames latéraux spécifiques à Talbot sont conservés mais la lourde boîte présélective Wilson est remplacée par la Pont-à-Mousson, moins onéreuse, déjà montée sur la Facel Vega V8 et la Ford Comète Monte-Carlo. Malgré son élégance et son allure racée, la GT ne convainc que 54 acheteurs. Il faut dire que son prix est exorbitant : 2 150 000 anciens francs alors que la révolutionnaire Citroën DS 19 ne ‘coûte’ que 930 000 F.

 

1955 Talbot-Lago T14LS - Photos : Neil Fraser, RM Auctions

 

Anthony Lago, pour éviter la catastrophe, doit revoir sa stratégie et joue sa dernière carte en visant à présent le marché américain qui semble bien réussir aux Jaguar, MG, Mercedes, Austin-Healey et même BMW. A ce titre, le Major Lago laisse tomber son fragile moteur maison pour acheter à BMW un 8 cylindres en V pour son coupé, appelé désormais Talbot-Lago America. Il s’agit du V8 2.5 l en alliage léger de 138 ch qui équipe les BMW 502 et 507. La cylindrée de 2 580 cm3 est ramenée à 2 476 cm3 pour rester dans le créneau des 14 chevaux fiscaux. Les performances sont à la hauteur avec une vitesse maximale de 200 km/h. 

 

1956 Talbot Lago T14 LS - Photo : Gooding & Company
Talbot-Lago T14LS

 

Cependant avec un prix de vente de 2 900 000 F soit le prix de trois Triumph TR3 ou deux Jaguar XK140, la Talbot America ne trouvera que 12 acheteurs en huit mois. Après l’échec d’une tentative de rapprochement avec Maserati, en décembre 1958, Anthony Lago se voit contraint de céder sa firme à Henri-Théodore Pigozzi, le patron de Simca, qui récupère ainsi les usines de Suresnes ainsi que les terrains attenants d’une valeur immobilière colossale. Simca adaptera le  moteur V8 de 95 ch de la Simca Chambord ne promettant que 160 km/h sur les cinq derniers exemplaires restant en stock. La dernière grande marque française de prestige d’avant-guerre est alors mise en sommeil, puis tombe dans l’escarcelle de PSA pour ne sortir qu'en 1978 mais sous le nom unique de Talbot.

 

Talbot-Lago America
Talbot-Lago America
Talbot-Lago America - Photos : Houtkamp Collection