Saab Sonett Super Sport (1956)/ Saab Sonett II, V4 & III (1966-1974)

1956 Saab Sonett

 

Publié par Philippe Baron le 6 août 2015.

 

Au cours des années 1950, Rolf Mellde, l’un des cerveaux de Saab, se voit confier un petit budget pour créer une deux-places sportive dans le plus grand secret. Mellde met au point un prototype en fibre de verre qu’il baptise Sonett, un terme dérivé d’une expression suédoise signifiant : « Qu’elle est belle ! » 

 

 

La première Sonett (ou Saab 94), exposée à Stockholm le 16 mars 1956, embarque un petit moteur 2 temps à 3 cylindres de 748 cm³ de cylindrée développant 57,5 chevaux DIN (43 kW). Ce petit roadster à traction avant est capable d’atteindre 160 km/h. Supportée par un châssis en aluminium, la carrosserie est faite à la main. En utilisant l'original comme modèle, Saab réalise cinq autres exemplaires en polyester renforcé de fibre de verre. Mais l’aventure s’arrête au nombre de 6 pour cause de non-conformité aux normes sportives pour ne reprendre que dix ans plus tard.

 

 

La Sonett II est née de l’imagination d’un styliste suédois, Björn Karlström, qui l’a conçue en 1964. Baptisé MFI-13, le premier prototype est construit l’année suivante. Dévoilée au Salon de Genève 1966, la voiture (devenue Saab 97) a pour objectif de valoriser l’image de Saab aux Etats-Unis tout en élargissant la gamme du constructeur. Ce coupé possède une carrosserie réalisée en fibre de verre. Original par ses formes, et très innovant, il va connaître une carrière marginale.

 

Saab Sonett II

 

Sous le capot prend place le trois cylindres de la Saab Monte Carlo, un 841 cm3, qui, avec l’appoint de trois carburateurs Solex de 40 mm, développe 60 ch à 5 200 tr/mn. Ne pesant que 740 kilos, la voiture ne dissimule pas ses ambitions sportives avec de vives accélérations, roule à 160 km/h et parcourt le 0 à 100 km/h en 12,5 secondes. La production démarre en 1966, année au cours de laquelle 28 exemplaires seulement seront construits. 

 

 

En 1967, le moteur deux temps cède la place au V4 Ford, vu sous le capot de la Taunus, de 1,5 litre et 65 ch (au total, 258 versions deux temps ont été produites). Devenu Sonett V4, le coupé est toujours reconnaissable à son capot bombé, toujours très typé sport avec son habitacle étriqué. Il ne connaîtra qu’un succès d’estime auprès d’une clientèle spécialisée.

 

Photo : chester1chester

 

La Sonett V4 est entièrement redessinée en 1970 dans un style nettement plus harmonieux, par un designer italien, Sergio Coggiola. Baptisée Sonett III, cette ultime évolution verra le V4 porté à 1,7 litre en 1971 (pour des raisons liées aux normes américaines). La puissance reste identique. Les ventes décollent enfin et plus de 8 000 voitures seront ainsi produites jusqu’en 1974. Au total, les Sonett II, V4 et III ont été construites à 10 219 exemplaires.