Saab 900 Cabriolet (1985-1994)

 

Publié par Philippe Baron le 4 mars 2016.

 

Curieusement, l’initiative du cabriolet Saab 900 n’est pas venue de Suède mais de l’autre côté de l’Atlantique. C’est là qu’il a été imaginé et conçu. Le patron de Saab Scania USA, Robert J. Sinclair,  qui est à l’origine de ce projet a pour phrase favorite : "On ne fabrique pas des automobiles, on fabrique des jouets très très chers ! Ce singulier personnage, qui a commencé chez Saab US comme simple représentant, grâce à son charisme prodigieux et son franc-parler ravageur, a su se montrer très persuasif surtout devant les dirigeants de Saab très réticents à l’idée d’un modèle cabriolet au sein de la nouvelle gamme 900.

 

 

Devant tant d’obstination, la direction suédoise a fini par céder, étant entendu que ce futur cabriolet visait essentiellement le marché américain. Ils donnèrent donc leur aval pour que les études du prototype de "convertible" soient menées conjointement avec une entreprise américaine, l'ASC = American Sunroof Company, spécialisée dans ce genre de conversion, et le bureau d'études du style de Björn Envall, concepteur de la 900 berline, en Suède. Finalement, c’est le projet américain qui sera retenu. Prenant une berline 3 portes, il la transforme en un élégant cabriolet. 

 

 

Le châssis  comporte plus de 300 pièces spécifiques par rapport au modèle de base. Des longerons en tôles d'acier épais (2,5 mm) ont été ajoutés et la voiture est dotée d'un pare-brise plus incliné qui repose sur des montants renforcés, véritables éléments structurels du châssis. Les ceintures et la capote prennent appuis sur les piliers centraux. Une attention particulière est portée à la capote. Pour des raisons de sécurité, celle-ci, mue hydro-électriquement, ne peut être manœuvrée qu'à l'arrêt, moteur tournant et frein à main engagé.

 

 

Côté motorisation, le cabriolet Saab adopte un 2 litres turbocompressé à quatre soupapes par cylindre, qui grâce à un nouvel échangeur, développe 30 chevaux de plus à 175 ch Din, pour une vitesse de pointe estimée à 200 km/h. Le prototype du cabriolet 900 est alors présenté au Salon de Francfort à l'automne 1983 et l'engouement est immédiat en Europe et particulièrement les revendeurs d'outre-Atlantique. Peu de temps après Francfort, le prototype est présenté d’abord en Californie à l'Auto Expo de Los Angeles puis à travers tous les Etats-Unis. Ce véhicule novateur démontre la capacité d'innovation et de conception technologique de la firme scandinave. Après ces tests de présentation, passés avec succès, et l’afflux de commandes venant de partout,  la décision de produire en série le cabriolet est alors confirmée. 

 

 

Les premiers exemplaires du cabriolet sont produits en 1985 en Finlande sur le site d’Uusikaupunki avant d’être expédiés de l’autre côté de l’Atlantique. La commercialisation en Europe ne débute qu’à l’automne 1986. Sur la majorité des marchés, la notoriété grandissante du cabriolet Saab est telle qu'aucune campagne publicitaire n'est alors nécessaire pour assurer la promotion du véhicule. En 1987, malgré un accroissement de production à vingt cabriolets par jour, les délais de livraison de la voiture restent très longs, allant à un certain moment jusqu’à trois ans !

 

 

En 1987, comme tous les modèles de la gamme 900, le cabriolet perd son "flat nose" du début. S’ajoutent à ce lifting, calandre et proue redessinées, ainsi que de nouveaux pare-chocs. Cette ligne perdurera jusqu’à la deuxième série Saab en 1994. A partir de 1991, le cabriolet Saab 900 est désormais disponible motorisé par la motorisation turbo développant 145 ch sur la version S et le moteur turbo 16 soupapes développant 185 ch sur la version T 16 S. Dans une stratégie marketing finement étudiée, le constructeur suédois va décliner au fil des années des séries très limitées de prestige, renforçant par là-même son image de marque élitiste au sein du marché automobile mondial. 

 

 

À la fin des années 1980, Saab, qui est en proie à de graves difficultés financières, cède aux avances de la General Motors. La division automobile de Saab est restructurée en une société indépendante dénommée "Saab Automobile AB" et les firmes Saab-Scania et GM prennent chacune une participation de 50 % dans la nouvelle société. En 1992, le 40 000ème cabriolet 900 sort des chaînes de production en Suède. Mais, un an plus tard, en 1993, conséquence de l'association avec General Motors, la production des berlines Saab 900 "Classic" s'arrête pour être très vite remplacée par une gamme de véhicules portant la même numérotation (900), mais de philosophie différente, soit américaine. Au contraire de celle de la berline, la production du cabriolet "Classic" se poursuit une année supplémentaire. La raison principale de ce sursis est un retard certain pris dans la conception d'un nouveau modèle cabriolet basé sur la nouvelle Saab 900 "New Generation". La production du cabriolet « classique » cesse en 1994, soit un an après la berline. 48 894 exemplaires auront été construits.