Rolls-Royce Phantom III (1935-1939)

1938 Rolls-Royce Phantom III Park Ward - Photo : Bonhams

 

Publié par Philippe Baron le 18 février 2013.

 

Après la crise économique de 1929, le marché du luxe reprend lentement. En octobre 1935, à l’Olympia Motor Exhibition de Londres, Rolls-Royce présente la très attendue Phantom III, conçue en partie par Henry Royce avant sa mort le 22 avril 1933. Pour cette raison, elle est considérée comme le dernier modèle purement Rolls-Royce, toutes les pièces et tous les éléments ont été étudiés par Henry Royce et fabriqués par Rolls-Royce à l’exception des pneus, des bougies et quelques accessoires.

 

1937 Rolls-Royce Phantom III Special Henley Coupe - Photo : Gooding & Company

 

La Rolls-Royce Phantom III succède à la Phantom II de 1929 et marque une rupture avec le moteur 6 cylindres qui assurait vaillamment ses fonctions sous son capot. Les temps changent et la clientèle est maintenant beaucoup plus sensible, question de prestige, à la puissance de leur voiture. En Europe, Mercedes-Benz, Isotta-Fraschini et Bugatti offrent des 8 cylindres, Hispano-Suiza et Daimler, des 12 cylindres comme la plupart des grands constructeurs américains, Pierce-Arrow, Packard, Lincoln, Franklin, Auburn et Cadillac, qui propose même un 16 cylindres dans son catalogue comme Marmon. Aussi, dès 1931, Henry Royce commence à étudier un nouveau moteur 12 cylindres en alliage léger en utilisant son expérience en motorisation aéronautique. Le carter du vilebrequin et les culasses sont coulés en Hiduminium, alliage d’aluminium mis au point par Rolls-Royce pour ses moteurs d’avion. En effet, Rolls-Royce est aussi le constructeur de moteurs aéronautiques qui a largement contribué à la victoire de 1918, en fournissant l’aviation britannique.

 

1938 Rolls-Royce Phantom III Touring Limousine Coachwork by Rippon Brothers - Photo : Bonhams

 

Henry Royce ne verra malheureusement pas le développement de la Phantom III. Il décède en 1933, à l’âge de 70 ans. L’ingénieur A.G. Elliott poursuit alors le projet. La Phantom III est une automobile complètement nouvelle. Son châssis est en tôle emboutie. Il est particulièrement rigide, renforcé par des entretoises en forme de X. Son système de graissage est commandé par pédale. Il accuse un poids de 1 836 kg. La Phantom III est la première Rolls-Royce à roues avant indépendantes dont la suspension reprend le principe « knee action » breveté par Olley de la General Motors à triangle inégaux et ressorts semi-elliptiques contenus dans un bain d’huile et de quadrilatères, ce qui explique la position décalée de la calandre en avant de l’essieu. A l’arrière, la Phantom III dispose de ressorts semi-elliptiques et d’amortisseurs réglables. Les freins, à tambours aux 4 roues, sont assistés par un servo commandé directement par la boîte de vitesses. La transmission arrière s’effectue par un embrayage monodisque à sec et une boîte manuelle à 4 rapports. Les rapports supérieurs seront synchronisés à partir de 1938.

 

1937 Rolls-Royce Phantom III Henley Roadster - Photo : RM Auctions

 

Le moteur de la Phantom III n’est pas dérivé mais inspiré d’un moteur d’avion. Ce 12-cylindres en V à 60° affiche une cylindrée de 7 338 cm3. Le bloc moteur repose sur un vilebrequin à six manetons tournant sur sept paliers, avec des cylindres face à face, comme sur les moteurs d’avion. L’arbre à cames unique est logé au creux du V et les soupapes en tête sont actionnées par des poussoirs hydrauliques à compensation de jeu automatique, qui seront remplacés par des poussoirs mécaniques en 1938. L’alimentation est assurée par un double carburateur inversé Stromberg. Si Rolls-Royce, comme à son habitude, ne divulgue pas la puissance, on peut affirmer sans se tromper qu’elle est supérieure à 160 ch. La vitesse maximale est de 140 km/h et la consommation moyenne de 28 litres aux 100 km.

 

1937 Rolls-Royce Phantom III Limousine by Barker - Photo : RM Auctions

 

Pour la Phantom III, Rolls-Royce ne fabrique que des châssis nus qui sont alors livrés chez un carrossier de renom choisi par le client. Les plus importants sont Park Ward, Mulliner, Hooper et Thrupp & Maberly. La Phantom III, qui apparaît dans le James Bond « Goldfinger’ de 1964, est carrossée par Barker.

 

1938 Rolls-Royce Phantom III Mulliner Touring Limousine - Photo : RM Auctions

 

727 Phantom III furent construites entre 1935 et 1939. Mais la production ne reprendra pas après la guerre, Rolls-Royce ayant décidé d'optimiser la synergie entre les marques Rolls-Royce et Bentley. Il faudra attendre … 1998 et l’introduction de la Silver Seraph pour retrouver un V12 au sein de la gamme Rolls-Royce.

 

1938 Rolls-Royce Phantom III Cabriolet Coachwork by Mazzara & Meyer - Crédit Photos : Bonhams
1937 Rolls-Royce Phantom III Saloon Mulliner - Crédit Photos : Gooding & Company
Rolls-Royce proposa à partir de 1934 une mascotte à genou "Kneeling Lady" au lieu de la traditionnelle "Flying Lady" pour être en harmonie avec des carrosseries plus surbaissées.
1937 Rolls-Royce Phantom III Sedanca de Ville par Park Ward Ltd - Elle fut exposée au Salon de Londres d'Earl's Court 1937 - Crédit Photos : Bonhams
Coupé de Ville avec compartiment chauffeur séparé, expression ultime de la voiture de maître.
Un tendelet de toile se tire entre le haut du toit et le haut du pare-brise pour protéger le chauffeur en cas d'intempéries.
Cette Rolls-Royce Phantom III de 1939 fut recarrossée par Henri-Labourdette de Paris en 1947

1937 Rolls-Royce Phantom lll Sports Limousine Hooper & Co. - Photos : Gooding & Company

1937 Rolls-Royce Phantom III Cabriolet Voll & Ruhrback - Photo : Gooding & Company
1937 Rolls-Royce Phantom III Sedanca de Ville Park Ward - Photo : Gooding & Company