Renault Espace (1984-1991)

 

Publié par Philippe Baron le 18 février 2012.

 

En 1979, Philippe Guédon, PDG de Matra Automobiles, est soucieux de trouver des successeurs à la Bagheera mais surtout à la Rancho. Une idée l’intéresse en particulier, transposer le concept du « van » américain au marché européen. En effet, à la suite d’un voyage aux États-Unis il est convaincu que l’avenir de l’automobile passera par l’apparition de véhicules récréatifs familiaux et ludiques, une automobile modulaire capable de transporter confortablement sa famille et ses bagages. Le succès de la Rancho le conforte dans son opinion. Matra, dont l’avenir est incertain, passe peu à peu de son image de constructeur de véhicules sportifs à celle de constructeur de véhicules décalés.

 

Dimensions : Longueur : 4,25 m - Largeur : 1,777 m - Hauteur : 1,66 m - Empattement : 2,58 m - Poids : 1 195 kg

 

C’est ainsi que naît le monospace, croisement improbable entre une berline et une camionnette aménagée. Antoine Volanis (styliste de la future Matra Murena et des Matra des années 1970) imagine un véhicule profilé comme un TGV et doté d’une généreuse surface vitrée. D’abord refusé par Peugeot, en juin 1983, Renault et Matra signent un accord de coopération prévoyant « l’étude et la fabrication par Matra, à partir d’organes mécaniques Renault, de véhicules commercialisés par le réseau européen de Renault ». En janvier 1984 les modèles de présérie sortent des chaînes Matra de Romorantin. Les modèles de série sont fabriqués à partir de mars 1984.

 

 

La voiture est présentée à la presse en avril 1984 pour une commercialisation en juillet. Le concept novateur laisse la clientèle perplexe. Seulement neuf exemplaires seront vendus le premier mois de commercialisation, en juillet 1984 mais en 1985 les ventes vont enfin s’envoler.

 

1984 Renault Espace 2000 TSE - Photos : Caradisiac

 

L’Espace possède même un côté sportif non avoué et peu compatible avec sa vocation familiale, capable d’accrocher un 200 compteur soit 185 km/h réels. La position de conduite haute permet de dominer la circulation. Quant à la vision périphérique, elle s’avère tout simplement exceptionnelle, ce qui facilite les manœuvres en ville. Comme le disait Renault à l’époque : ‘on n’a jamais été si bien sur terre que dans l’Espace’.

 

 

A son lancement, la motorisation de l’Espace est un 4-cylindres essence 1 995 cm³ de 110 ch à carburateur mais en décembre 1984, arrivent les variantes turbo diesel,  Turbo D et Turbo DX dotées d’un 4-cylindres 2 068 cm³ de 88 ch. 

 

 

191 674 exemplaires de la Renault Espace I ont été produits entre 1984 et 1991. Les ventes sont passées de 2 703 en 1984 à 46 257 en 1990. La production est passée de 23 par jour à plus de 210, en comptant les exemplaires produits par l’usine Alpine de Dieppe venant en renfort à partir de juin 1987. Les Renault Espace construites à Romorantin ont une plaque ovale avec le numéro de série commençant par T ; celles montées à Dieppe commençant par K.