Renault 14 (1976-1983)

 

Publié par Philippe Baron le 25 décembre 2014.

 

Dans les années soixante-dix, Renault est largement en tête de la production française. La Régie vit désormais sur une gamme riche et variée et se singularise par une vitalité étonnante en lançant des nouveautés assez fréquemment. Le 25 mai 1976, sur la place des Invalides à Paris, la marque au Losange présente en grandes pompes à la presse avant son lancement en juin, la Renault 14, une berline moyenne d’allure moderne de 4.02 m avec une carrosserie pratique dotée d’un hayon et qui s’inscrit dans la catégorie des 1300 cm3 et des 7 chevaux fiscaux.

 

Pour son groupe motopropulseur, partagé avec la Peugeot 104 et la Citroën Visa, la Renault 14, qui est une traction avant, s’éloigne de la tradition de la Régie avec le moteur incliné à 72° vers l'arrière et la boîte de vitesses placée sous le bloc formant carter. Ce moteur en alliage léger, à arbre à cames en tête tout aluminium est d’ailleurs d’origine Peugeot, étudié dans le cadre d'un programme commun avec Renault au sein de la Française de Mécanique créée à cet effet. Ce quatre-cylindres en ligne de 1 218 cm3 propose une puissance de 57 ch DIN à 6 000 tr/mn avec un couple de 9.4 mkg à 3 000 tr/mn. Il est alimenté par un carburateur horizontal simple corps. La vitesse maximale est annoncée à 143 km/h. La suspension à quatre roues indépendantes est également nouvelle avec une Mc Pherson à l’avant et barres de torsion à l’arrière. Les freins sont à disques à l’avant et tambours à l’arrière. Le servofrein est en série sur la version supérieure, la TL, mieux équipée. La version L, trop dépouillée, sera d’ailleurs supprimée pour le millésime 1978.


La R14 est jugée bien conçue. Ses principaux arguments sont son habitacle clair, son confort, son espace, sa convivialité intérieure et sa modularité obtenue par son coffre à hayon, disposant aussi d’un bon volume. Comme le proclame la première publicité de 1976 : « Si la voiture est une Renault 14, c’est la 7 CV du bonheur. ». Pourtant, les ventes peinent à décoller, principalement du fait que Renault ne présente que deux niveaux de finition très proche L et TL qui ne diffèrent que par de petits détails et accessoires. Cela ne séduit pas la clientèle Renault qui est habituée à des gammes plus larges et plus variées en matière d’équipement et de motorisations. Alors, après ce slogan, légèrement cul-cul, « la 7 CV du bonheur », Renault fait appel à l’agence Publicis pour monter une campagne publicitaire radicalement différente, plus ‘juteuse’, dans l'espoir de relancer les ventes. Le résultat est plus qu’inattendu : « Renault 14, la poire ». Fière de son innovation aérodynamique, Renault cherchait à exploiter cette image. Si le fruit est très apprécié, « être une poire » l’est beaucoup moins. Ayant peur de devenir la risée du monde, les potentiels clients se détournent de la voiture. Les chiffres sont éloquents. La production en 1977, qui était de 190 561 exemplaires, tombe à 144 357 exemplaires en 1978.


 

Pour redorer son blason, la Renault 14 agrandit sa gamme en septembre 1978 avec la 14 GTL, à finition améliorée et 59 ch, et la 14 TS de 70 ch, reconnaissable à son stripping peint sur les côtés du capot et à sa calandre entourée d’un jonc chromé. En série, elle est dotée de vitres électriques et d'une fermeture centralisée. Les deux versions ont un carburateur double corps. En juillet 1979, la TS troque le 1 218 cm3 pour un nouveau moteur de 1 360 cm3 de même puissance, mais disposant d’un meilleur couple. Ce moteur est produit par la filiale de Douvrin, commune à Renault et Peugeot. La vitesse maximale de la TS est de 157 km/h contre les 144 km/h de la GTL.


 

Finalement, l'échec de la Renault 14 est relatif. Certes, les ventes n'ont pas été à la hauteur des ambitions de Renault, mais lorsque la production de la Renault 14 s’arrête en 1983, 999 250 exemplaires auront été fabriqués, soit à peine 750 unités sous le million. Remplacée par le couple Renault 9 et Renault 11 dès 1981, la R14 restera tout de même une voiture sympathique qui a lancé les bases de la berline compacte à deux volumes.