Riley Elf // Wolseley Hornet (1961-1969)

Riley Elf Mark II

Publié par Philippe Baron le 9 janvier 2018.

 

Deux ans après le succès de la Mini, BMC décide de l’embourgeoiser. Plutôt que de confier cette version haut de gamme à ses constructeurs, Morris et Austin, la corporation britannique choisit d’utiliser deux de ses autres marques, Riley et Wolseley, pour véhiculer l’image de cette Mini dont la luxueuse finition est destinée principalement à la clientèle féminine.

 

Riley Elf Mark II
Wolseley Hornet MK III

Le lancement des ces deux Mini sophistiquées se tient au Salon de Londres 1961. Ces sœurs jumelles se nomment Riley Elf et Wolseley Hornet. Alec Issigonis, le créateur de la Mini, n’appréciant guère l’idée de ces deux mutantes, en avait confié le projet à Dick Burzi, le styliste des Austin d’après-guerre. Les deux dérivées partagent le même empattement avec la Mini mais gagnent en longueur, 25 cm de plus au bénéfice du coffre avec 70 dm3 supplémentaires. L’accent est évidemment mis sur la présentation avec une carrosserie deux-tons et leurs pneus flancs blancs en option, baguette de ceinture de caisse et entourages de fenêtres chromés. Pour l’habitacle, chauffage, plafonnier, lave-glace, levier de vitesses chromé et la corde à tirer de la Mini de série est remplacée par des poignées de portes intérieures. Pour un confort de conduite, le capot et l’auvent côté moteur sont habillés d’un insonorisant ainsi que les passages de roue. L’Elf se distingue par une planche de bord longue et en bois vernis avec deux boites à gants et la Hornet par le combiné à trois cadrans de la Cooper sur une façade en bois.

 

Wolseley Hornet MK III

Le poids supplémentaire occasionné par ces équipements représente 8.5 % du poids total, soit 50 kg de plus que la Mini de série. En conséquence, les performances s’en ressentent avec le 0 à 100 km/h qui passe de 26.5 s pour la Mini à 32.3 s pour les Elf et Hornet. En effet, ces deux nouvelles versions ont conservé le même 848 cm3 de 34 ch. Il faut alors attendre 1963 et les versions MK II pour un peu plus de puissance avec un moteur 998 cm3 et 38 ch avec un couple de 7.1 mkg à 2 700 tr/min. Les MkIII de 1966 n’apporteront rien de nouveau dans la configuration mécanique mise à part la boite automatique qui fera son apparition en octobre 1967.

 

Wolseley Hornet MK III
1962 Riley Elf - Photo : Paul Horn
Photo : jsa_511
Photo : Riley The Elf

 

Malgré cet exercice de style réussi, un coffre plus spacieux, un équipement plus complet et plus soigné et un moteur plus puissant, les Riley Elf et les Wolseley Hornet resteront une production marginale par rapport aux Austin et Morris Mini. En sept années, 59 367 exemplaires ont trouvé acquéreurs, 30 912 pour la Riley et 28 455 pour la Wolseley. Pendant la même période, la Mini de série a été produite à 1 871 077 exemplaires, Hornet et Elf ne représentant que 3.1 % des ventes. La sanction sera sévère pour les deux marques qui cesseront d’exister lors de la fusion du groupe BMC (devenu en décembre 1966 BMH lors de l’absorption de Jaguar) et British Leyland.

 

Riley Elf - Photo Courtesy Krone.at
1967 Riley Elf Mk III - Photos : Boo
1968 Riley Elf - Photos : Brian Smart