Porsche 911 (1963-2012)

1964 Porsche 911 2.0 Coupe (901)

 

Publié par Philippe Baron le 26 janvier 2016.

 

Depuis sa présentation en septembre 1963 au Salon de Francfort, la Porsche 911 représente la voiture de sport par excellence. Véritable icône à la silhouette inimitable, objet de culte, phénomène unique dans l’histoire automobile par sa longévité, la 911 semble éternelle. Mélangeant tradition et innovation, la 911 n’a pas cessé d’améliorer au fil de ses générations son niveau de performances et de prestations. 

 

1965 Porsche 911 2.0 Coupe - Photos : Karissa Hosek, RM Auctions

 

Au début des années 1960, Porsche est encore une entreprise semi-artisanale avec une production annuelle de 7 500 voitures et 1 250 salariés. L’activité de la firme de Stuttgart repose sur la mythique 356 qui se vend toujours bien mais qui arrive au bout de son développement. Ferry Porsche, créateur de l’entreprise  qui porte le nom de son ingénieur de père, sait que l’avenir de la firme dépend du remplacement de la 356, modèle vieillissant né dans les premières années de l’après-guerre.

 

 

Les prototypes du projet T7 sont élaborés avec soin et en famille. Ainsi, le design retenu par Ferry Porsche est celui de son fils aîné, Ferdinand Alexander, dit Butzi. Le nouveau moteur est un six cylindres à plat de 1 991 cm3, déposé en porte-à-faux arrière, développé et supervisé sous la  responsabilité du tout jeune ingénieur Ferdinand Piëch, le fils de Louise Piëch, fille de Ferdinand Porsche. 

 

Ferdinand Alexander Porsche, dit Butzi, sur le modelage de la ligne du projet T7

 

La 901 est dévoilée au Salon de Francfort à l’automne 1963. Peugeot, propriétaire du logo à un zéro central, oblige Porsche à renommer sans résistance la voiture qui devient la 911. Les premières voitures sont livrées en fin d’année 1964 et le succès est immédiat. Elle est équipée d'un 2 litres Flat 6 (soit un 6-cylindres à plat) monté sous le capot arrière. Son architecture alliée à un refroidissement par air lui confère une sonorité qui lui est propre et qui contribuera largement à son image. Après quelques évolutions notables, visant surtout à augmenter la puissance, le couple et améliorer la carburation, Porsche revisite en profondeur son Flat pour l'optimiser et lui donner plus de chevaux. Ainsi, c'est toute la gamme qui va gagner 10 ch supplémentaires.

 

 

La boîte mécanique de 901 à 5 rapports est dotée d'un carter en magnésium. En option, l'acheteur peut opter pour la boîte semi-automatique Sportomatic (Type 905).  La pédale d'embrayage est supprimée au profit de capteurs dans la commande de vitesse, ainsi, à chaque passage la boîte embraye automatiquement. Son poids contenu aux alentours de la tonne, une boîte bien étagée et un Flat 6 de 140 ch permettent les 215 km/h, 0 à100 km/h en 9 secondes et le kilomètre départ arrêté en 30,2 secondes.

 

1966 Porsche 911 S 2.0 Coupe

 

L'architecture très particulière de la Porsche 911, avec son moteur en porte-à-faux arrière, a une incidence évidente sur son comportement routier. Le comportement des premiers modèles étaient très délicat et des poids en plomb (50 kg) furent montés dans les buttoirs de pare-chocs avant. À la suite de l'augmentation de l'empattement des Porsche 911 en 1967, les bras arrière gagnent 5,7 cm en longueur et les barres de torsion sont plus épaisses. La suspension avant reçoit des jambes de force hydropneumatiques. Il faudra attendre 1971 pour que les Porsche 911 2.2 E soient enfin équipées d'une barre antiroulis à l'avant.

 

1967 Porsche 911 L 2.0 Coupe

 

En 1965, la 356 tire sa révérence et Porsche présente la version Targa pour rouler cheveux au vent et une nouvelle déclinaison de la 911, la 912, considérée comme l’entrée de gamme de la 911, avec son 4 cylindres à plat de 1 600 cm3 et 90 ch qui était le dernier moteur de la 356 SC. La 912 sera vendue à plus de 30 000 exemplaires jusqu’en 1969. Elle sera remplacée par la 911 T en 1970 mais on la retrouvera à nouveau en1976 sous l’appellation 912E sur le marché Nord-américain uniquement. 

 

1965 Porsche 912 Coupe

 

En 1967, la 911 est remplacée par la 911 L pour Luxus. La 911 S vient élargir la série avec un moteur plus puissant, un 2.0 l de 160 ch, lui permettant d’atteindre 225 km/h. La gamme est complétée par la 911 T pour Touring, d’une puissance de 110 ch. En 1969, tous les modèles 911 voient leur cylindrée augmentée de 2.0 l à 2.2 l, puis à 2.4 l en 1973. Le modèle le plus puissant, la 911 S, qui atteint alors 190 ch, devient la voiture la plus rapide produite en Allemagne.

 

1966 Porsche 911 2.0 Targa

 

Porsche lance en 1972 la 911 2.7 Carrera RS (nommée comme la 356 d'après la course Carrera Panamericana, et RS pour « Renn Sport »), une 911 dotée d'un plus gros moteur et allégée. Suite à une nouvelle réglementation sportive, elle est produite à 500 exemplaires afin d'obtenir une homologation pour un modèle de compétition, mais en réponse au nombre important des ventes, la production est étendue à 1 000 exemplaires, puis finalement 1 590. Elle est dotée d'un moteur boxer six cylindres de 2.7 l de 210 ch. Elle participe à de très nombreuses compétitions et reste un modèle de 911 emblématique, considérée comme la voiture sportive par excellence. Au total, la Porsche 911 première génération a été produite à 86 256 exemplaires.

 

1972 Porsche 911 Carrera RS 2.7 Sport - Photos : Bernard Canonne, RM Auctions

 

En 1973, la deuxième génération de 911 (911) est équipée de pare-chocs proéminents pour satisfaire les normes de sécurité alors en vigueur en Amérique du Nord. Les modèles 2.7 affichent 150 ch tandis que les 2.7 S ont une puissance portée à 175 ch. À partir de 1978, Porsche commercialise la 3.0 SC. Celle-ci dispose d’un six cylindres à plat de 2 994 cm3 équipé de l’injection électronique Bosch K-Jetronic qui, entre 1978 et 1983, passera de 180 à 204 ch, en passant par 188 pour l’année 1980. Pour satisfaire les normes anti-pollution, une pompe à air peut être installée.

 

 

A cette époque, la direction voulait mettre un terme à la 911 pour privilégier les autres modèles de la marque mais la 911 va connaitre un renouveau, forcé par l'attachement des clients pour ce modèle mythique. Une version cabriolet fera alors son apparition en 1983. D’abord équipée du 3.0 l, elle accueillera le 3.2 l l’année suivante tout comme le coupé. Ce moteur affiche 231 ch, bien que les versions catalysées subissent une baisse de puissance en affichant 217 ch en Europe et 207 ch aux États-Unis. Après cinq ans et 57 972 exemplaires fabriqués en coupés, targa et cabriolet, la SC, qui devait être la dernière 911, a ressuscité la marque. Produite à près de 80 000 exemplaires de 1984 à 1989 en coupés, targa, cabriolet et speedster, la Carrera 3.2 laisse sa place à la 911 type 964.

 

1984 Porsche 911 Carrera 3.2 Cabriolet (911)

 

La Porsche 911 troisième génération (964) est  dévoilée au public en 1989. Généralement considérée comme la Porsche 911 charnière, elle conserve le style des anciennes 911 avec une évolution stylistique en légère rondeur, l’apparition d’ailerons arrière escamotables, de pare-chocs moulés ronds et intégrés à la ligne en remplacement des massives poutres à soufflets. Elle conserve son flat 6 de 3,6 L placé en porte-à-faux arrière refroidi par air mais celui-ci passe à 250 chevaux. Pour son 25ème anniversaire, une refonte technique profonde  est entreprise, touchant 85% des pièces. C'est aussi la première fois que Porsche sort une voiture de série à quatre roues motrices. Il est vrai que la 959 possédait les quatre roues motrices mais il s'agissait d'une série très limitée. Au total, cette troisième génération aura été produite à 62 172 exemplaires.

 

1989 Porsche 911 Carrera 4 Coupe - Photos : Ryan Merrill, Auctions America

 

La Porsche 911 (993) est la quatrième génération de Porsche 911. L’évolution de la silhouette se manifeste par des hanches qui se sont arrondies, des ailes plus enveloppantes et les phares s’allongent dans la courbe de l’aile. C'est la dernière version de la série 911 à posséder le moteur boxer dans sa configuration d'origine, c'est-à-dire avec un refroidissement à air. Il sera par ailleurs désormais associé à une boîte de vitesses à 6 rapports. De nombreux perfectionnements électroniques apparaissent également, aussi bien en ce qui concerne la gestion du moteur que les aides à la sécurité active (antipatinage, etc.). La 911 (993) est officiellement présentée au public le 9 novembre 1993, le département marketing n'ayant visiblement pas choisi cette date au hasard. À cette période, le succès de ce modèle est vital pour Porsche, car ce sera pratiquement sa seule voiture à la vente pendant 4 ans ; le Boxster ne sortira qu'en 1998. Pour le millésime 1997, la boîte de vitesses est modifiée pour rallonger les rapports et passer ainsi les nouvelles normes anti-pollution en vigueur. Pour beaucoup de porschistes, cette série 993 restera la dernière « vraie » 911, associant le design inimitable de la 911 à son fameux moteur 6 cylindres à plat refroidi par air. Cette génération 4 a été produite à 68 029 exemplaires.

 

1993 Porsche 911 Targa (993)

 

La Porsche 911 (996), dévoilée au public en 1998, est la cinquième génération. Plus lourde de l’avant, plus longue, plus large avec un pare-brise plus incliné. Techniquement, la 911 (996) marque l'apparition d'un moteur entièrement refroidi par eau, brisant ainsi la tradition des moteurs refroidis par air et par huile ; ce 6 cylindres à plat de 3 400 cm3 ne bénéficie plus par ailleurs du système à carter sec. Après des débuts difficiles dans le monde des amateurs, la 911 (996) trouve finalement sa place avec l'adoption en 2001 de nouvelles optiques sur la version Turbo — qui se sont ensuite généralisés à toute la gamme 911 — et des améliorations châssis et moteur dont la Carrera 4S est la première à bénéficier comme le passage du moteur à 3 600 cm3 renouant avec la tradition des précédentes 911 (964) et 911 (993). Délivrant une puissance de 320 ch et bénéficiant d'une sonorité plus sportive et métallique, la 911 (996) rappelle alors les générations précédentes ou encore la GT3. Cette génération 5 a été produite à 175 262 exemplaires.

 

2000 Porsche 911 Turbo (996)

 

La Porsche 911 ou Type 997, apparue dans les concessions en 2004, est la sixième génération de Porsche 911. Elle connaît le plus fort succès puisque qu'au troisième trimestre de 2007, 100 000 exemplaires sont vendus. Un record pour Porsche qui s'explique entre autres par les nombreuses déclinaisons de la 997. Les coupés Carrera et Carrera S apparaissent en juillet 2004, suivis quelques mois plus tard par leurs déclinaisons cabriolet. Les versions quatre roues motrices Carrera 4 et Carrera 4S sortent en novembre 2005, suivies par les 911 à toit ouvrant dénommées Targa 4 et Targa 4S, et les déclinaisons sportives GT3, GT3 RS et Turbo en 2006 tandis que la 997 GT2, la plus puissante n’apparaît qu'en 2007. Fin 2008, Porsche réalise des changements substantiels sur la gamme 997, incluant des retouches esthétiques mais surtout mécaniques : l'augmentation de la cylindrée des moteurs sur toutes les déclinaisons, ou, sur certaines versions, l'adoption de l'injection directe d'essence ou l'introduction de la nouvelle boîte de vitesses robotisée (PDK) en sont les exemples majeurs. En conséquence, les Porsche 911 (997) sont plus rapides et moins gourmandes en carburant à partir des modèles 2009.

 

2008 Porsche 911 Carrera S Cabriolet (997)

 

La septième génération de la 911 (991) est présentée au Salon de Francfort en septembre 2011 et  commercialisée dès décembre. Plus massive, plus musculeuse, elle repose sur une plate-forme inédite avec un empattement allongé de 10 cm, au bénéfice de la stabilité et de l’habitabilité par contre ses porte-à-faux avant et arrière raccourcissent, au bénéfice cette fois de l’agilité.  La voie avant, elle, s’est élargie de 5.2 cm. La 911 voit sa consommation baisser de 15 % en moyenne par rapport à sa devancière, grâce à un net allégement (30 kg sur la Carrera S PDK), un système Stop & Start ou encore la récupération au freinage. Et dans le même temps, les performances progressent. Sur la version Carrera S PDK, les émissions de CO2 de 205 g/km permettent d’échapper au super malus (au-delà de 230 g/km). Le point noir se situe au niveau des tarifs avec des prix d’option exorbitants : 346.84 € pour disposer d’un essuie-glace arrière. La nouvelle 911 arrive après un record de vente historique en 2011 avec près de 119 000 voitures écoulées dans le monde, un chiffre en hausse de 22 % par rapport à 2010. La success-story continue ...

 

2011 Porsche 911 (991)