Peugeot Bébé (1912-1916)

Peugeot Bébé (1912-1916) 1914 Peugeot Bébé Two-Seat Roadster - Photo : Gooding & Company

Publié par Philippe Baron le 12  août 2012.

 

L’année 1912 marque une étape importante dans l’histoire de Peugeot. Non loin du canal Rhin-Rhône, le site de Sochaux voit le jour pour devenir le cœur de l’activité automobile du Lion. 1912 est aussi une rencontre entre Robert Peugeot, nouveau capitaine de la Société anonyme des automobiles et cycles Peugeot, et un jeune constructeur du voisinage à l’aube d’une incroyable carrière, Ettore Bugatti.

En 1909, après avoir travaillé pour le Baron de Dietrich en Alsace Allemande, Ettore Bugatti, alors âgé de 28 ans, s’était installé à son propre compte à Molsheim, un petit village à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg. Dans une ancienne teinturerie désaffectée, il produit un modèle unique, proposé en trois empattements qui feront les types 13, 15 et 17. En 1911, il dessine une petite voiture, la Bugatti Type 19, qu’il aimerait produire mais son entreprise manque de moyens et ce projet n’intéresse pas le constructeur allemand Wanderer.

De son côté, Robert Peugeot cherchait à mettre sur le marché une petite voiture populaire. Il avait déjà acquis une solide expérience dans ce domaine avec ses Lion-Peugeot en 1905 ou encore la Bébé de la même année, première du nom, Type 69, le premier grand succès d’Armand Peugeot. Aussi, il est très séduit par le projet d’Ettore Bugatti qu’il en achète la licence. La voiture est peu coûteuse à produire, son prix de vente sera donc relativement peu élevé à produire. Les châssis seront construits dans l’usine de Beaulieu avant que celle-ci ne soit réservée exclusivement aux cycles et à la moto.

Présentée au salon de l’automobile de Paris d’octobre 1912, la Bébé Peugeot, deuxième du nom est proposée en torpédo stricte deux places de 2.60 m de long et ne dépassant pas les 350 kilos. Quelques rares petites conduites intérieures seront produites par la suite. Sous le capot est disposé un petit quatre-cylindres monobloc de 855 cm3 développant 6 ch, doté d’une culasse en T, capable de propulser la Bébé à 60 km/h Les soupapes latérales sont disposées de part et d’autre des cylindres avec deux arbres à cames dans le carter. La torpédo est construite avec une boîte à deux vitesses (puis trois en 1913). La transmission est assurée par cardan. La suspension arrière est à demi-ressorts, appelée également demi-cantilever, marque de fabrique de Bugatti, telle qu’on la retrouvera sur toutes les voitures du bientôt célèbre constructeur.

Présentée au salon de l’automobile de Paris d’octobre 1912, la Bébé Peugeot, deuxième du nom est proposée en torpédo stricte deux places de 2.60 m de long et ne dépassant pas les 350 kilos. Quelques r 1913 Bébé Peugeot au Mont Ventoux

La Bébé participera à quelques courses, notamment au Mont Ventoux en 1913, où elle remportera sa catégorie. Sa carrière sera couronnée de succès. La voiture sera produite jusqu’en 1916 à 3095 exemplaires.