Peugeot 404 (1960-1975)

 

Publié par Philippe Baron le 20 septembre 2014.

 

Présentée le 9 mai 1960, la ‘404’ signa pour Peugeot l’un de ses plus grands succès commerciaux. Très vite, elle se constitua une gamme complète étagée sur plusieurs marchés. Moins avant-gardiste que sa rivale la Citroën DS, la ‘404’ correspondait à la clientèle Peugeot qui restait de toute façon conservatrice. Le constructeur sochalien osa tout de même une étonnante teinte ‘rouge Tango’ sur les premiers exemplaires.

 

 

L’étude de la future 404 débute immédiatement après le lancement de la 403 en 1955. Il faut dire que la révolutionnaire DS Citroën venait de démoder toutes ses rivales du moment et même les plus récentes comme la 403. Lors de sa présentation officielle le 9 mai 1960, la Peugeot 404 s’affirme comme une berline de gamme moyenne aux dimensions européennes, 4.44 en longueur et 1,62 m de large. Le style élégant et rectiligne, dessiné par Pininfarina, s'oppose aux rondeurs de la massive 403, s'inspire de ceux des Austin A55 Cambridge/Morris Oxford et Fiat 1800/2100 de 1959, elles aussi dessinées par Pininfarina.

 

 

La carrosserie de la 404 intègre les derniers éléments de style en vogue aux États-Unis : le pare-brise panoramique (avec retour sur les côtés) et l'aileron arrière, tous deux traités avec une grande sobriété par le designer italien. Les vitres latérales sont encore plates (elles ne deviendront bombées que sur la 504) et la surface vitrée totale est privilégiée grâce aux fins entourages plats des vitres (que l'on retrouvera sur toutes les futures Peugeot jusqu'à la 305). Hors un surprenant rouge tango, couleur de lancement, les premiers modèles se reconnaissent à des entourages de vitres chromés et à des jantes peintes de la même teinte que la carrosserie. Comme d'autres autos de cette période, les butoirs de pare-chocs inox se garniront par la suite de caoutchouc. La trappe d’accès au bouchon de remplissage de carburant est astucieusement dissimulée derrière la plaque d’immatriculation arrière.

 

 

Dérivé du moteur de la Peugeot 403, son quatre-cylindres de 1 618 cm3 développe 72 ch SAE et permet à la voiture de franchir le cap des 140 km/h. Toutefois, cette mécanique se distingue de sa devancière par des différences significatives. Incliné de 45° vers la droite, le moteur a été renforcé au niveau du vilebrequin et de l’embiellage et la nouvelle culasse dispose de chambres de combustion en forme de calotte sphérique décalée. La boîte de vitesses à quatre rapports synchronisés possède une quatrième en prise directe. Quant à la suspension, elle abandonne le ressort transversal à l’avant pour quatre ressorts hélicoïdaux. Mais le train arrière reste toujours rigide.  

 

Photo : RN7

 

Robuste et peu gourmand, le quatre-cylindres va également se révéler une excellente base de développement en recevant en 1961 un système à injection. Une grande première pour une berline de moins de deux litres et une certaine audace de la part de Peugeot, car à l'époque, bien peu de constructeurs généralistes osent l'injection sur des modèles de grande diffusion.  

 

 

Lors du salon de Paris 1961, qui se tient pour la dernière fois au Grand Palais avant de s’installer l'année suivante à la Porte de Versailles, Peugeot révèle le cabriolet 404, également dessiné par Pininfarina, et premier modèle Peugeot à porter le logo Pininfarina. La voiture est assemblée dans les ateliers du carrossier à Turin. Superbe, sa silhouette rappelle les cabriolets Fiat 1500 et 1600 S. Contrairement à son homologue 403, le cabriolet 404 ne présente aucun embouti commun avec la berline. Dès le salon de Genève 1962, il recevra le 1,6 litre à injection Kugelfischer révélé au même salon un an plus tôt et qui offre 13 ch supplémentaires (160 km/h).

 

Photo : Mike Tippett
1966 Peugeot 404 cabriolet - Photos : Marc Vorgers
Photo : Willem Alink

 

En 1962, la Peugeot 404 se voit épaulée par une version mieux finie, dite Super Luxe, qui inclut notamment la peinture métallisée et des enjoliveurs de roues identiques à ceux du cabriolet. Peugeot s’avère fidèle à sa politique de déclinaison de gamme, qui lui fait lancer d’abord la berline, puis le cabriolet, enfin la familiale et la commerciale (sur empattement allongé). Ainsi, naissent en 1963 les Peugeot 404 familiale et commerciale. La première est motorisée au choix par le 1,6 litre à carburateurs ou le diesel Indénor XD 85 de 1,8 litre et 55 ch SAE et la seconde reçoit le moteur 1500 de la 403 ou le diesel.

 

Dimensions (L x l x h) : 4.42 x 1.62 x 1.45 m - Poids : 1 088 kg

 

Toujours en 1963, Sochaux dévoile le coupé Peugeot 404 à ligne très réussie due à Pininfarina. Il est uniquement proposé avec le moteur injection de 85 ch. En même temps, la berline Super Luxe profite de cette mécanique. La berline Peugeot 404 se dote du moteur diesel en 1964, mais dans une définition plus puissante, l’Indénor XD 88 de 1,9 litre et 68 ch SAE. La technologie Peugeot de l’huile lourde appliquée à l’automobile réalise de réels progrès en matière de bruit et d’odeur et, en juin 1965, la marque s’adjuge quarante records internationaux à Montlhéry avec un cabriolet 404 diesel carrossé en monoplace.

 

Photos : Jan Sluijter

 

Au cours des années suivantes, Sochaux va apporter à son modèle phare de nombreuses améliorations mécaniques. Le moteur essence bénéficiera d’un vilebrequin à cinq paliers au lieu de trois précédemment, avant de gagner quatre chevaux dans sa version à carburateurs, l’injection passant pour sa part à 96 ch. Ainsi "dopée" à 96 ch, la 404 s'offre des pointes à près de 160 km/h et s'impose comme la plus sérieuse rivale de la DS en lui contestant le monopole de la "file de gauche" sur autoroute. Les freins recevront également un dispositif d’assistance. Une véritable gamme dans la gamme Peugeot et un succès commercial qui ne se dément pas. En 1966, avec 200 000 exemplaires vendus, la 404 prend la seconde place sur le marché français derrière la fameuse "4L".

 

 

La puissance continue de monter en 1967 (80 ch SAE pour le 1,6 litre à carburateurs) et la voiture est proposée en option avec une transmission automatique ZF. Il faut attendre 1969 pour que la 404 dispose de freins à disque à l’avant. Puis à partir de 1970, avec l’apparition de la Peugeot 504, le modèle se trouve réduit à une gamme limitée qui n’a plus droit à l’injection par exemple. Son bloc de 1 468 cm3 (8CV) au lieu de 1 618 cm3 lui fait perdre 14 ch et une grande partie de son intérêt. Malgré cela la production sera maintenue encore cinq ans.

 

 

En octobre 1975, la dernière berline 404 sort de la chaîne de Montbéliard après une production de 2 885 377 exemplaires (toutes versions confondues) (coupés et cabriolets : 17 223 exemplaires).   La camionnette 404 restera commercialisée en France jusqu'en 1979. La production s'est prolongée pendant plusieurs années à l'étranger : les dernières 404 étaient des utilitaires assemblés en 1989 à l'usine de Mombassa (Kenya).

 

 

Très vite, la 404 s’édifie un palmarès sportif : la digne berline des notaires de province se déride sous les Tropiques. Elle remportera l’East African Safary à plusieurs reprises, en 1963, 1966, 1967, et 1968. Elle s’illustrera en Argentine où elle remporta le Gran Premio Internacional de Turismo en 1965. Elle termina victorieuse au Rallye d’Ouganda en 1962 et 1964 et aux 1 000 Miles du Tanganyika en 1964.

 

1965 Peugeot 404 Diesel Record Car

 

En 1965, un prototype basé sur le cabriolet est développé pour battre des records du monde avec un moteur diesel. La voiture enchaînera quarante records sur l'anneau de vitesse de Montlhéry. Peugeot concurrencera ainsi Mercedes Benz avec une motorisation alors peu connue du grand public et non-usitée en Europe sinon par ces deux seuls constructeurs. Aujourd'hui cet exemplaire unique est conservé au musée de l'Aventure Peugeot à Sochaux. Principaux records : 5 000 km en 31 heures à 160 km/h de moyenne en juin (moteur 2 163 cm³) et 11 000 km en 72 heures à 161 km/h de moyenne en juillet (moteur 1 948 cm³).

 

 

Un extrait de l'âge ingrat de 1964 dans lequel Jean Gabin et Fernandel ont une discussion philosophique sur la 404 et la DS.

 

Bataille et ses cascadeurs 1960 -1970