Pontiac Firebird (1967-1969)

1969 Pontiac Firebird 400 - Photo : Future Classics

 

Publié par Philippe Baron le 27 octobre 2014.

 

Le 23 février 1967, Pontiac, division bourgeoise de General Motors, présente son « oiseau de feu », la Firebird, basée sur la Chevrolet Camaro sortie six mois plus tôt. Comme sa quasi sœur jumelle, la muscle car bénéficie des canons esthétiques de son époque avec une ligne typique « Coke-Bottle ». Elles se partagent de nombreuses pièces de carrosserie et possèdent le même intérieur à quelques détails près. Cependant, pour encore quelques temps, chaque branche conçoit et produit ses propres moteurs.

 

1967 Pontiac Firebird - Photo : Future Classics
1968 Pontiac Firebird Convertible - Photo : Barrett-Jackson

 

Chez General Motors, le nom de Firebird est pour la première fois utilisé en 1954, lors de la mise au point du dream car GMC XP-21 Firebird I fortement inspiré de l'aviation à réaction. Sorte de petit avion sur roues, il n'a rien en commun avec la voiture de production de 1967. Même chose pour le concept Firebird II de 1956, bien que plus civilisé. En 1964, Pontiac prépare un autre prototype, la Banshee. Nom de code du projet : XP-883. Elle était prévue comme une alternative à la Chevrolet Corvette. D'ailleurs, elle a une certaine ressemblance avec la future Corvette C3. Sur la Banshee, on reconnait les feux arrière ressemblant à ceux de la future Firebird de production, de même que la calandre. John DeLorean, à l'époque à la tête de Pontiac, avait de grands espoirs dans cette voiture qui était alors prête à être produite pour concurrencer la Mustang. Malheureusement, General Motors craignait qu'elle puisse concurrencer aussi la Chevrolet Corvette. Elle était d'ailleurs plus performante (250 kg de moins, plus puissante,...). Le développement de la Banshee cessa définitivement en 1966.

 

1968 Pontiac Firebird 400 - Photos : Auctions America

 

Pour Pontiac, il fallait trouver une autre concurrente à la Ford Mustang sur le marché des pony cars puis des muscle-cars, et face au succès de la Camaro, GM décida d'utiliser cette dernière comme base à la Firebird avec le châssis de type « F-Body ». Sur les cinq moteurs proposés dans les Firebird de 1967, celui qui retient l'attention est le L6 OHC à arbre à cames en tête. Sorti pour la Pontiac Tempest de 1966, ce 230 ci (3,8 L) développe environ 165 ch avec un seul carburateur simple corps. La version « Sprint » dispose du même moteur mais équipé d'un carburateur quatre corps et d'un taux de compression plus élevé lui permettant de développer 215 ch cette fois. Le L6 OHC peut être équipé d'une boîte manuelle trois ou quatre vitesses, ou encore d'une boîte automatique deux vitesses de type « Powerglide ».

 

1968 Pontiac Firebird 350 - Photo : Future Classics

 

Cependant, la plupart des acheteurs en 1967 optèrent pour la puissance du V8. Les V8 Pontiac étaient appréciés, car ils bénéficiaient de performances légèrement supérieures à leurs homologues Chevrolet. Le V8 basique était le 326 ci de 250 ch doté d'un carburateur double-corps. Ce même moteur avait un carburateur quatre corps (4bbl) dans sa version « Hi-Output », lui permettant d'émettre 285 ch. Le haut de la liste se composait du V8 400 ci à carburateur 4 corps de 325 ch, et de son dérivé « Ram Air » qui bénéficiait d'une meilleure arrivée d'air froid grâce aux deux entrées d'air fonctionnelles du capot ce qui augmentait le nombre de tours par minute du moteur. Cette option qui coûtait tout de même 600 dollars fut très peu demandée. Les V8 avaient les mêmes transmissions que les L6, mais à celles-ci s'ajoutait la boîte automatique « TurboHydramatic » à trois vitesses. Pour l’époque, la Pontiac Firebird 400 avec son option Sprint avait des performances étonnantes ; le 0 à 100 km/h est effectué en 6,5 secondes avec un 400 mètres départ arrêté en 14,3 secondes.

 

1969 Pontiac Firebird 350 Convertible - Photos : Future Classics

 

1968 n'apporte que peu de changements esthétiques à la Firebird, si l'on exclut la suppression des demi-fenêtres de portes grâce à l'arrivée du système « Astro Ventilation » et l'ajout de marqueurs latéraux sous le pare-chocs avant comme requis par les lois fédérales. Sous le capot, le 6-cylindres conserve la  même cylindrée (230 ci, soit 3,8 L) mais la puissance augmente de 10 chevaux, passant à 175 chevaux. Le V8 326 ci est remplacé par le 350 ci toujours produit par Pontiac. Comme son prédécesseur, il laisse le choix entre carburateurs deux ou quatre corps leur permettant de développer respectivement 265 ch et 320 ch. Deux nouvelles versions du V8 400 ci s'ajoutent à celles de 1968 : le « Hi-Output » de 335 ch qui remplace le « Ram Air » mais qui lui est identique et le « Ram Air II » de 340 ch. Le 400 ci de base gagne 5 chevaux. La dernière modification importante concerne l'utilisation de ressort à plusieurs lames à l'arrière.

 

 

Parallèlement à la Camaro, tout en conservant sa structure, le modèle 1969 reçoit un restylage presque intégral. Les ailes adoptent une jolie « trainée » au-dessus des arcs de roues. La calandre est réduite en largeur et est séparée des phares, à présent au nombre de quatre. Le V8 350 « Hi-Output » gagne à son tour 5 chevaux pour un total de 325 ch et aux moteurs haut de gamme s'ajoutent les « Ram Air III » de 340 ch et « Ram Air IV » de 345 ch.

 

1969 Pontiac Firebird

 

Mais en 1969, l'évènement qui marquera à jamais l'histoire de la Firebird est la sortie du modèle Trans Am. Ce n'était pas la puissance qui rendait la Trans Am unique, mais plutôt son look ravageur et sa maniabilité exemplaire. Pour courir dans la course Trans-Am, Pontiac dut équiper ses voitures de V8 303 ci spécialement conçus. Anecdote amusante, Pontiac dut payer 5 dollars à l'organisation de la course pour chaque Trans Am vendue car le nom était déposé. Esthétiquement, la Trans Am se reconnait par ses deux entrées d'air sur le capot (différentes des capots « Ram Air »), d'un aileron sur le coffre, d'extracteurs d'air sur les ailes avant et d’une peinture blanche où sont collées deux bandes bleues. Avec ses suspensions rabaissées, ses énormes barres anti rapprochement, ses pneus plus larges et les nouveaux moteurs « Ram Air III » et « Ram Air IV », elle était probablement la voiture américaine la plus perfectionnée et la plus performante de son temps. Sortie en mars 1969, seulement 698 Trans Am sortirent des chaînes de production dont huit cabriolets.

 

1969 Pontiac Firebird 400 Convertible - Photos : RM Auctions
Le compteur-tours sur le capot !

 

Production des Firebird de 1re génération :

 

1967 : 67 032 Coupé et 15 528 Cabriolets.

1968 : 90 152 Coupé et 16 960 Cabriolets.

1969 : 74 673 Coupés, 11 641 Cabriolets, 689 Trans Am, et 8 Cabriolets Trans Am.

 

1969 Pontiac Firebird Trans Am
1969 Pontiac Firebird Convertible - Photos : Auctions America