Plymouth (1928-1942)

1928 Plymouth Model Q Touring

 

Publié par Philippe Baron le 13 septembre 2015.

 

Le 7 juillet 1928, au Madison Square Garden à New York, Chrysler présente avec faste sa nouvelle marque Plymouth dont la marraine est la célèbre aviatrice Amelia Earhart. La voiture est bon marché, robuste par excellence, dans le sillage de Ford et de Chevrolet. Faite sur mesure pour les acheteurs les plus modestes, la gamme Plymouth prend rapidement une place prépondérante pour devenir l’une des marques les plus populaires des Etats-Unis.

 

1932 Plymouth PA Convertible

 

Walter P. Chrysler baptisa sa nouvelle marque du nom de Plymouth pour rendre hommage à ce port anglais d’où partirent les premiers colons pour l’Amérique. « Ces courageux pionniers étaient déterminés dans la réussite de leur entreprise visant à une plus grande liberté hors des carcans étouffants d’une civilisation trop conventionnelle ».

 

1932 Plymouth PB Convertible

 

La presse, dès sa sortie, se passionne pour la Plymouth qui n’est pas une voiture révolutionnaire mais une voiture moderne. Classique, elle est un dérivé, redessiné, de la Chrysler 52, elle-même issue de la vénérable mais défunte Maxwell. Elle offre, contrairement aux Ford et aux Chevrolet, des caractéristiques en avance : freins hydrauliques sur les quatre roues, moteur lubrifié sous pression, pistons en aluminium, frein à main mécanique indépendant, dix ans avant que Ford et Chevrolet adoptent pareille modernité.

 

1935 Plymouth DeLuxe Model PJ Rumble Seat Coupe

 

Le succès Plymouth tient tout entier à la personnalité de Walter P. Chrysler qui insuffla à son réseau un esprit de gagneur jusque dans les usines où il s’y rendait en personne pour expliquer aux ouvriers les actions qu’il menait. Peu après la sortie de la Plymouth, Chrysler monte de toutes pièces, en trois mois seulement, une nouvelle usine d’assemblage à Detroit. Pour aller vite, Walter P. Chrysler imagine un système de construction inédit : une équipe à chaque bout et une troisième au milieu.

 

1936 Plymouth DeLuxe Model P2 Touring Sedan

 

La première année de fabrication voit l’arrivée sur le marché, inondé d’environ un demi-million d’automobiles Ford et un million de Chevrolet, 50 000 Plymouth. En 1931, Plymouth sort pour la première fois plus de 100 000 voitures et prend la place de Buick à la troisième position des constructeurs américains. Cette année-là, une Plymouth PA prise au hasard sur la chaîne de Detroit est expédiée à San Francisco. Pilotée par Louis B. Miller, et son co-pilote Louis Pribek, la voiture prend le départ de San Francisco pour rejoindre New York et retour en 5 jours, 12 heures et 9 minutes, cassant le dernier record de 9 heures et demie. La distance couverte est de 9 287 miles à la vitesse de 47.52 mph. Ils devaient être félicités à l’arrivée par Walter P. Chrysler en personne mais leur avance était telle qu’après une heure et quart d’attente, tout en faisant réviser leur voiture, les deux conducteurs repartiront pour la fin de leur raid pour ne pas prendre trop de retard, sans avoir rencontré le constructeur.

 

1936 Plymouth DeLuxe Model P2 Touring Sedan

 

Le succès de la Plymouth model PA n’est sans doute pas étranger au fait que sa mécanique soit montée avec le tout nouveau système «Floating Power» qui révolutionne la notion de confort. Ce moteur flottant, qui rend la voiture exempte de toutes vibrations, est monté sur quatre points d’attache en caoutchouc le long de son centre de gravité. La publicité appuiera sur la «douceur d’une 6-cylindres avec l’économie d’une 4-cylindres ». Modèle unique de la marque, la PA est déclinée en 12 types de carrosseries avec son moteur 4-cylindres de 3.21 litres de 56 ch à 2 800 tr/mn. Elle est la première Plymouth à avoir une mascotte de radiateur qui représente une Flying Lady. Toutes les voitures sortent d’usine pré-équipées avec une antenne de radio et une ligne complète d’accessoires que l’on trouve généralement en option chez les autres constructeurs.

 

1939 Plymouth Road King Business Coupe - Photos : Darin Schnabel, RM Auctions

 

La PB de 1932 est le dernier 4 cylindres de la marque jusqu’à 1971. En 1933, Plymouth présente son premier 6-cylindres avec son prix bas aligné sur ceux des 4-cylindres de l’année précédente. Contre toute attente, le modèle ne rencontre pas la faveur du public qui le juge trop proche d’une 4-cylindres. Aussi un vaste programme d’urgence est mis en place pour sortir une version DeLuxe et sauver la saison. La mécanique est inchangée mais les carrosseries sont restylées de façon significative avec des accessoires chromés et un raffinement intérieur supérieur. En 1933, Chevrolet règne avec 438 888 unités, suivi par Ford et ses 271 994 unités, talonné par Plymouth et ses 218 419 unités. Une voiture sur quatre est une Plymouth et une Plymouth sur deux est une DeLuxe.

 

1939 Plymouth Road King Business Coupe

 

Mme Irma Brandt est la première femme pilote à courir le Rallye de Monte-Carlo avec une Plymouth PC Coach en 1934. Elle gagne dans sa catégorie pilotant sa voiture d’Oslo en Norvège à Monte-Carlo. La voiture restera en sa possession jusqu’à la guerre. Pour éviter les réquisitions allemandes, elle cachera les roues, le démarreur et d’autres organes vitaux. Sa voiture sera entièrement restaurée en 1984.

 

 

A un prix raisonnable et pour la première fois un constructeur américain offre sur un modèle  une suspension à ressort indépendante à l’avant. Avec un moteur plus puissant de 77 ch, la Plymouth DeLuxe dépasse toutes les prévisions de vente. Une ligne « Business » est également proposée en coupé et en Tudor, sans le moindre accessoire en option, sans embrayage à dépression, ni roues libres. Malgré cela, les ventes de ce modèle low cost ne seront pas négligeables.

 

1939 Plymouth DeLuxe Sedan

En 1934, la 1 000 000e automobile Plymouth sort des chaînes au mois d’août. Elle est conduite hors de l’usine par Walter P. Chrysler lui-même. La voiture est vendue à Mme Ethel Miller de Turlock, Californie. Mme Miller est une cliente privilégiée car elle fut la première cliente de la marque en 1928. Elle acheta la première Plymouth jamais vendue et la conservera jusqu’à ce qu’elle prenne le volant de la millionième Plymouth. Son ancienne voiture fut exposée lors de l’Exposition Mondiale de Chicago. Plymouth sort sa millionième voiture après 6 ans d’activités alors qu’il fallut 12 ans à Henry Ford et 9 ans à Chevrolet pour atteindre ce chiffre.

 

1939 Plymouth DeLuxe Convertible - Photos : Darin Schnabel, RM Auctions

 

En 1935, la gamme est entièrement nouvelle avec des formes rondes aérodynamisées. Le châssis est en X, la carrosserie boulonnée à ce châssis verticalement et horizontalement en 46 points différents. Ces lignes douces et arrondies correspondent au type de construction dit «Unit Frame & Body Construction». En 1936, la 2 000 000 ème Plymouth tombe des chaînes. Elle est vendue, bien évidemment à Mme Ethel Miller. En 1940, alors que Plymouth occupe toujours la troisième place des constructeurs américains, Walter P. Chrysler meurt au mois d’août, à l’âge de 65 ans, d’une hémorragie cérébrale. 

 

Ethel Miller with Turlock, California Plymouth dealer Frank Stierlen -- and the Two Millionth Plymouth
1939 Plymouth DeLuxe Convertible
1940 Plymouth DeLuxe Station Wagon
1940 Plymouth DeLuxe Convertible

 

La 4 000 000e Plymouth est construite en 1941. L’acteur Mickey Rooney peint sur ce cabriolet les numéros symboliques dans l’usine de Los Angeles. En 1942, l’usine se transforme pour la production de matériel de guerre, de plus en plus de voitures se retrouvent avec les parties qui devaient être chromées peintes en couleur de la caisse. On appelle ces modèles « Black Out ». L’armée réquisitionne les dernières voitures produites, Plymouth en livre même aux militaires avec des pare-chocs en bois !

 

1940 Plymouth DeLuxe Coupe - Photos : Darin Schnabel, RM Auctions
1941 Plymouth Special DeLuxe Convertible Coupe
1941 Plymouth Special DeLuxe Convertible
1941 Plymouth Special DeLuxe Station Wagon
1941 Plymouth Special DeLuxe Station Wagon