Pegaso Z 102 (1951-1958)

1954 Pegaso Z-102 Saoutchik Coupe (Photo Dirk de Jager)

Publié par Philippe Baron le 29 mars 2014.

 

Présentée au Salon de Paris 1951, la Pegaso Z 102 est la première voiture de l’après-guerre conçue et entièrement fabriquée en Espagne. Sa conception d’avant-garde relève de la technique sophistiquée de compétition mise au point par Wilfredo Ricart. L’ingénieur barcelonais tire ainsi profit de son expérience acquise chez Alfa Roméo à la fin des années 30. L’auto la plus chère du Grand Palais deviendra aussi en 1952 la voiture commercialisée la plus rapide au monde avec la Ferrari 340 America.


 

En 1919, l’espagnol Wifredo Ricart, âgé de 22 ans, s’associe et fonde la marque Ricart et Perez. Il conçoit alors des voitures de course et de tourisme qui impressionneront Ugo Gobbato, ancien haut responsable de la Fiat, devenu le patron d’Alfa Romeo. Lorsque la marque au trèfle se lance dans un programme course intégré à l’entreprise, l’italien fait appel, non pas à Enzo Ferrari alors en charge de l’écurie de course rattachée à la marque, mais à Wilfredo Ricart qui dessinera la fameuse Tipo 512 à moteur central 12-cylindres de Grand Prix en 1940. De retour en Espagne après la guerre, l’INI (Institudo Nacional de Industria) lui propose de participer au plan de réorganisation de l’industrie automobile du pays. Une nouvelle entité est créée, l’ENASA (Empressa Nacional de Autocamiones) pour relancer en priorité la fabrique de camions et de bus sous la marque Pegaso. Parallèlement, Franco autorise à Ricart la création du CETA (Centro Technicos de Automocion) pour le projet d’une voiture de Grand Tourisme. C’est ainsi que nait le projet de la Z-102 (Z prononcé céta en espagnol) en référence au CETA et 102 pour deuxième projet.


1955 Pegaso Z 102 Touring (Bonhams)

 

La Pegaso Z-102 se révèle comme une routière aux caractéristiques mécaniques relevant de la compétition. D'une conception d'avant-garde, le V8 de 2.5 litres en aluminium est doté de soupapes d'échappement creuses au sodium (plus vite refroidies), de pistons en aluminium forgé, d'un graissage à carter sec et d’une distribution qui se fait par quatre arbres à cames en tête entraînés par pignons. La Pegaso reçoit selon le choix du client un ou deux carburateurs. Avec des cotes super carrées (75 x 70 mm), le V8 donne une cylindrée de 2 475 cm3 pour une puissance maximale de 165 ch à 6 500 tr/min.



1953 Pegaso Z 102 Touring (Photo : Concept Carz)

 

Le châssis conçu par Ricart est particulièrement original. En fait, il s’agit d’une plateforme semi monocoque constituée de plusieurs caissons en tôle d'acier emboutie et soudés entre eux.  Pour la transmission, la Pegaso Z-102 adopte une boîte 5 rapports accolée au pont et recevant un différentiel à glissement limité. Les suspensions avant sont indépendantes par triangles superposés, les barres de torsion aux quatre roues, l'essieu arrière de Dion, les tambours de frein arrière accolés au pont et la colonne de direction télescopique réglable. 


Pegaso Z 102 Saoutchik (Photo: forocoches.com)

 

Après quelques prototypes, la production des premières berlinettes Z102 démarre véritablement en 1952. Les voitures subissent de notables modifications techniques et esthétiques. La calandre arbore le blason de la marque dessiné en 1947 par Wifredo Ricart. Le moteur est proposé en trois variantes de cylindrée, 2,5 litres, 2,8 litres et 3,2 litres et en plusieurs taux de compression (7,8, 8,2 ou 8,8 à 1). Elle peut être également alimentée par un, deux ou quatre carburateurs Weber. Les puissances développées sont : 142 ch à 6000 tr/mn avec un carburateur Weber double corps pour le moteur 2,5 litres, 160 ch avec un Weber et 172 ch avec quatre Weber pour le 2,8 litres, 210 ch pour le moteur de 3,2 litres (couple de 25 mkg à 3500 tr/mn). Les Pegaso peuvent même recevoir un compresseur de type Roots, qui permet au V8 d’offrir plus de 280 ch (type Z102 BS). La vitesse atteint 200 km/h à 260 km/h selon la motorisation et le rapport de pont choisis, ce qui fait de la Pegaso la voiture commercialisée la plus rapide du monde avec la Ferrari 340 America. 



Une Pegaso Z 102 Bisiluro préparée en septembre 1953 pour battre le record du kilomètre et du mile sur la célèbre autoroute belge près de Jabbeke.

 

La Z-102 est réalisée en coupé deux places et en spider. Sur les 86 exemplaires de Pegaso produits, 22 ont été construits par l’usine ENASA dont les deux Bisiluro, 41 par Touring de Milan dont 25 berlinettes, 18 par Saoutchik de Paris et 5 par Serra de Barcelone. Touring est l’auteur d’un modèle expérimental et unique, la Thrill, à la ligne aérodynamique, présentée au Salon de Turin en 1953. En 1954, la marque espagnole expose au salon de Paris une Z102 à la carrosserie transparente réalisée en plexiglas sur base de coupé Touring. Présentée en 1955 aux Salons de Turin et de Paris, la Pegaso Z 103 Panoramica Touring est dotée d’un V8 16 soupapes de 3 178 cm3. Avec compresseur, la voiture atteint les 260 km/h.

 

 

Les coupés à caisse Superleggera de Touring étaient aussi les plus chers, vendus en quantité limitée aux plus fortunés et certains chefs d'Etat dont le Shah d'Iran, le président Craveiro Lopes du Portugal et le général Trujillo en République Dominicaine. A titre de comparaison, en 1956, une Pegaso Z 103  Panoramica coûtait environ 23 000 $ contre 3 500 $ pour une Chevrolet Corvette ou 6 000 $ pour une Cadillac Eldorado Biarritz.


1956 Pegaso Z 103 Panoramica - Photos : Julia LaPalme
1953 Pegaso Z 102 'Thrill' Touring.
Pegaso Z 102 Cabriolet Saoutchik