Panhard Panoramique (1934-1937)

 

Publié par Philippe Baron le 7 janvier 2012.

 

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, Panhard et Levassor bénéficia d'une image de constructeur d'automobiles de standing, créateur de voitures confortables à la finition exemplaire. Elle réduit le nombre de ses modèles mais en même temps la montée de gamme continue avec des puissances de 6 ou 8 cylindres.

 

 

En 1934, Panhard & Levassor présente la Panoramique, un tout nouveau concept de carrosserie à visibilité intégrale. Cette gamme de carrosserie renouvelle et modernise la ligne des prestigieuses 6 et 8 cylindres CS et DS. Imaginé par Louis Bionier, ce type de carrosserie étendu à toute la gamme Panhard est caractérisé par de petites fenêtres verticales bombées de chaque côté du pare-brise. Elles sont censées améliorer la visibilité en éliminant l'angle mort du montant de pare-brise. Mais il s'agit plus d'un argument commercial et esthétique que d'un vrai progrès, vu les déformations engendrées par la courbure de la vitre. Les lignes des Panhard sont très élégantes et les carrosseries d'usine, réalisées à Orléans, rivalisent avec les œuvres des carrossiers indépendants dans les concours d'élégance des années trente. La gamme des Panoramiques surbaissées CS et DS va encore perdurer jusqu'en 1937, un an après l'apparition de la Dynamic.

 

Panhard 6CS Panoramique, 1933

Dans le domaine mécanique, Panhard reste, avec Voisin, la seule marque française à conserver un type de distribution dit "sans soupapes" par fourreaux coulissants en acier mince, une technologie d'un étonnant silence de fonctionnement et d'une grande souplesse d'utilisation, mais complexe d'entretien et d'un coût de fabrication très élevé. Toutes les Panhard, y compris les 6 cylindres 23 CV ou 27 CV des séries 6 DS et l'impressionnant 8 cylindres en ligne 29 CV du Type 8 DS, intègrent cette disposition. Les suspensions sont à essieu rigide à l'avant et à l'arrière, le freinage est assuré par un système mécanique et le volant se place à droite, comme le veut la tradition sur un certain nombre d'automobiles haut de gamme de l'époque.


Responsable de l'allure princière des Panhard, Louis Bionier est un homme d'une nature discrète mais d'un talent visionnaire, qui dirige avec autorité depuis 1921 le département carrosserie de la maison. Une calandre verticale cintrée en son milieu, faite de lamelles chromées verticales, accueille un logotype "PL" encadré des lettres SS pour "Sans Soupapes". Placées à faible hauteur sur un pied au-dessus des longerons du châssis, les optiques s'abritent entre les ailes très enveloppantes et étirées vers l'avant. Les fentes latérales de ventilation situées sur les flancs du capot et le dessin des pare-chocs relèvent d'une inspiration très art-déco, un mouvement fortement apprécié par Louis Bionier. Mais la toute nouvelle innovation réside dans l'étude d'une meilleure vision vers l'extérieur par une tentative de réduction de l'épaisseur des montants de pare-brise, toujours source de gêne. Louis Bionier pense donc à insérer dans cet espace une glace bombée coincée entre deux piliers minces en acier extrêmement rigide.


1936 Panhard Panoramique vendue 39 050 dollars aux enchères à Fort Lauderdale en Mars 2012

Le dispositif baptisé "panoramique" donne une réelle personnalité aux carrosseries des Panhard, mais seules les configurations berline, limousine et coupé s'enrichissent de cette nouveauté stylistique, proposée dès le printemps 1934 contre un supplément de 6.500 francs. A l'arrière, deux possibilités existent pour transporter les bagages : une malle proéminente en tôle d'acier parfaitement étanche, sur laquelle se plaque la roue de secours, ou une grille en acier rabattable peinte de la teinte de la caisse. Souvent livrée d'une couleur contrastée à celle de la carrosserie, les roues à bâtons se transforment en fines roues à rayons sur les modèles coupé et coach Type RL 2 Court, accentuant le caractère sportif de cette proposition aux châssis d'une longueur plus modeste.


 

Le catalogue Panhard de 1934 inclut deux modèles qui complètent les 6 CS RL : un coupé et un coach baptisés 6 CS RL2 Court, car la cote de l'empattement du châssis est ramené à 280 cm, et le poids à 1.500 kg. La mécanique 6 cylindres 14 CV demeure identique, mais bien entendu, compte tenu de ces modifications à la baisse, la vitesse maximale augmente légèrement à 120 km/h.

 

1934 Panhard X72 Panoramique berline - Photo : Artcurial

 

En 1934, la 8-cylindres subsiste, malgré la crise. Comme les autres modèles, elle reçoit les carrosseries type "Panoramique". Produite au compte-gouttes, la 8 DS figure au catalogue jusqu'en 1937, après avoir reçu une roue libre et un embrayage automatique de série. Mais une nouvelle génération de modèles, les Dynamic, apparaît au Salon 1936. Ce sont des monocoques et il n'y a pas de version à 8 cylindres.

 

1935 Panhard Panoramique 6-cylindres

 

Le talentueux styliste, Louis Bionier, fut à l'origine du style Panhard. Cet autodidacte né en 1898 travailla d'abord chez Voisin, avant d'entrer chez Panhard en 1921. En plus des Panoramiques de 1934 et Dynamic de 1936, on lui doit aussi le concept-car Dynavia de 1948. Il collabora également à la mise au point des Panhard CD de Charles Deutsch en 1962. Bionier est décédé en 1973, six ans après la fin de Panhard.

 

1936 Panhard Panoramique