Phantom Corsair (1938)

 

Publié par Philippe Baron le 11 février 2012.

 

En 1938, Rust Heinz veut créer sa propre voiture. Rust Heinz est le second fils du richissime H.J Heinz de l’empire du ketchup Heinz. Sorti de l'université de Yale, avec une spécialisation en architecture navale, Rust Heinz a déjà conçu des bateaux à moteur profilés et révolutionnaires. Dès la fin des années trente, celui qui est né en 1914, est certain de détenir en lui la vision de la première supercar américaine.

 

 

A Pasadena, Californie, Rust Heinz collabore avec Christian Bohman et Maurice Schwartz, propriétaires de la célèbre carrosserie Bohman & Schwartz, pour concevoir sa voiture de rêve. Bien que sa famille fût peu disposée à financer sa vision automobile de l'avenir, sa tante quelque peu excentrique mais très riche, est heureuse de payer les factures. 

 

 

En moins d'un an, la vision de Rust Heinz est devenue une réalité avec la Phantom Corsair, en contrepartie d'un montant de 25.000 $. Basée sur un châssis de Cord 810, la Phantom Corsair est équipée d’un moteur V8 Cord d'origine, un 289 ci suralimenté à 192 chevaux par Granatelli. La carrosserie, quant à elle, a été conçue en soufflerie puis construite par Maurice Schwartz en personne. Maurice Schwartz avait travaillé avec Harley Earl, futur père du design GM alors que celui-ci dirigeait encore son entreprise de carrosserie.

 

 

Le résultat sera à la hauteur des espérances. Le coupé possède des lignes fluides très en avance sur son temps. Petite particularité, ce coupé peut accueillir six personnes malgré sa ligne de toit tombante. Il faut dire que la caisse est si large qu’elle permet d’accueillir quatre personnes côte à côte sur la banquette avant.

 

 

Le tableau de bord avait une forme insolite en style d'instrumentation aéronautique. Les autres caractéristiques, uniques, incluaient les portes à bouton-poussoir automatiques, un contrôle thermostatique de la température, des vitres de sécurité teintées, des pare-chocs hydrauliques et un habillage intérieur dénommé "Anti-crash", car rembourré d'une épaisse couche de liège et de caoutchouc en isolation.  

 

 

Le voyage d'essai inaugural a révélé quelques problèmes : les persiennes de la face avant, en lieu et place d'une calandre classique, limitaient le refroidissement du moteur Cord-Lycoming de 4,7 L qui, de ce fait, surchauffait fréquemment en ville et ne pouvait permettre  le potentiel de 200 km/h s'exprimer.

 

 

Des entrées d'air ont alors été découpées sous le pare-chocs avant et finalement deux radiateurs de Lincoln Zephyr ont remplacé le radiateur Cord d'origine. Un autre problème est apparu. Les vitres latérales merveilleusement incurvées, le pare-brise de la taille d'une trappe de boîte aux lettres et la minuscule vitre arrière, étaient trop petits pour une bonne visibilité. Le conducteur, téméraire et inconscient, ne voyait strictement rien pour circuler normalement et pour aggraver les choses, aucun rétroviseur n'avait été installé, les changements de voie et le stationnement s'avéraient dès-lors des manœuvres pénibles, voire impossibles !

 

 

Débute alors la promotion de cette voiture extraordinaire avec une page entière publiée dans le magazine Esquire : "La voiture de demain". La voiture participera à un film Hollywoodien de 1938 "The Young at Heart" où elle était appelée "Flying Wombat" (avec Paulette Goddard et Douglas Fairbanks Jr.).  Elle sera ensuite présentée à la New York World's Fair en 1939. Destinée à être produite en nombre limité, elle affichait le prix de 12,500 $ (ce qui était une très grande fortune à l'époque, soit l'équivalent actuel d'environ 300.000 euros). Mais aucun ordre d’achat n’est venu récompenser l’infortuné Rust Heinz pour sa conception excentrique, réduisant ainsi la Phantom Corsair à une option très coûteuse. Le projet prit tragiquement fin en juillet 1939 avec la mort prématurée de Rust Heinz, décédé de graves blessures à la suite d’un accident de la route. Il n'avait que 25 ans.

 

 

La voiture a été stockée par la famille Heinz jusqu'en 1945, puis vendue et revendue de nombreuses fois. En 1951, la Phantom Corsair est acquise par le célèbre humoriste-comédien Herb Shriner, un fervent amateur de voitures qui a décidé de réaménager la Corsair en demandant à Albrecht Goertz, designer de la BMW 507, de retravailler la partie avant du véhicule, d'améliorer le refroidissement du moteur, de transformer le pare-brise pour augmenter la visibilité et dénaturation ultime, probablement en raison de l'obscurité de la cabine et pour assurer une meilleure ventilation de l'habitacle, le toit a été modifié pour former deux panneaux de toit Targa. 

 

 

Après la mort de Herb Shriner en 1970, la Phantom Corsair a ensuite été exposée au Musée Automobile de Silver Springs (Floride), avant de finir, suite à une vente aux enchères, dans les mains du célèbre propriétaire de casinos et également grand collectionneur d'automobiles, William Harrah de Reno, Nevada, qui a fait restaurer la voiture dans sa configuration d'origine, supprimant la totalité des travaux d'Albrecht Goertz (sauf le toit Targa et l'amélioration du refroidissement moteur).

 

 

Lorsque Bill Harrah est décédé, sa collection a été transformée en un musée qui se nomme maintenant : "The "National Automobile Museum". Il est situé au sud de Truckee River à Reno, Nevada et la Phantom Corsair y est toujours exposée. Elle en sort exceptionnellement pour participer à quelques manifestations majeures du monde des voitures hors normes comme pour le Festival de Goodwood 2006 (Angleterre), pour le Concours d'Elégance de Pebble Beach 2007 et pour le 14e Concours d'Elégance annuel de l'île d'Amelia, en mars 2009.