Chrysler CCV (1996)

Publié par Philippe Baron le 10 décembre 2012.

 

En 1997, Chrysler ambitionne de construire un petit véhicule ultra pratique pour les pays émergents en s’inspirant du projet TPV (très petite voiture) des années 30 qui donna naissance à notre bonne 2 CV Citroën. Bob Lutz, alors président de la firme, possède une Traction Avant et connaît le développement historique de la 2 CV. Pour ce projet, il désigne son vice-président François Castaing, chargé de la conception des produits, qui se procure une 2 CV de 1958.

François Castaing

Le français a commencé sa carrière chez Renault en qualité de directeur technique des programmes de sport automobile. La Régie l’a ensuite envoyé aux Etats-Unis quand elle songeait fortement à pénétrer ce marché. Le marseillais est devenu vice-président d’AMC, la filiale américaine de Renault, jusqu'à ce que la firme soit cédée à Chrysler en 1987. Dans les années 90, le français sera pour beaucoup dans le redressement spectaculaire du constructeur américain.

Après avoir étudié la 2 CV désossée, la Chrysler CCV est présentée en 1996 au Salon de Frankfort. Elle est équipée comme son illustre aînée d'un bicylindre, d'un toit en toile, et d'un levier de vitesse au tableau de bord. Cette voiture dessinée par Bryan Nesbitt mesure le même 3.38 m de la 2 CV et pèse seize kilos de moins soit  544 kg. Elle est constituée de 1100 pièces (contre 4000 environ pour une automobile standard, soit 75 % de pièces en moins).

Initialement, CCV était pour « China Concept Vehicle ». Au début des années 90, l’état du réseau routier de la Chine ressemblait à celui de la France d’après-guerre, ce qui fit le succès de la 2 CV. Mais une étude de marketing révéla que la population chinoise, ayant assez de revenus pour l’acquisition d’une voiture, voulait un véhicule d’un certain standing et non d’un low-cost, même embarqué d’une technologie innovante.  

Un an plus tard, CCV désignait  « Composite Concept Vehicle » et joue la carte de la « voiture verte » en utilisant un matériau composite issu du recyclage des bouteilles en plastique qui polluent la planète. Mais ce projet ne connut pas de suite au niveau industriel, ni dans les pays émergents, ni dans les pays plus développés ce qui paraît maintenant surprenant avec le retour quelques années plus tard de la Mini, de la Fiat 500 et de la VW Coccinelle, sans parler de l’obsession de la voiture propre. Lorsqu’en 1998, Daimler-Benz prit le contrôle de Chrysler le projet fut enterré. Le concept de cette CCV/2CV était sans doute un peu trop en avance pour son temps.