Opel Rekord (1953-1963)

1962 Opel Rekord P2 - Photo : Tobias Rauschen

Publié par Philippe Baron le 30 avril 2014.

 

La Saga des Opel Rekord débute en avril 1953 au Salon de Francfort, bien que le nom Rekord soit encore à cet instant associé au modèle Olympia pour designer sa finition supérieure. Cette voiture robuste, qui reprenait à ses débuts le style des Chevrolet contemporaines en réduction, signera en plusieurs générations et trente-trois années le plus grand succès commercial de l’après-guerre avec près de 7 millions d’unités produites.


1950 Opel Olympia

 

En 1928, Opel était le premier constructeur d’Allemagne et fabriquait près de 43 000 voitures par an. En 1929, au cœur de la Grande Dépression, les frères Opel décident de céder 80 % de leurs actions Opel à General Motors. Un an plus tard, GM acquiert les 20 % restants. En 1939, 82 000 voitures sortaient des usines de montage du constructeur au Blitz à la veille du second conflit mondial. Sévèrement bombardées durant la guerre, les usines de Rüsselsheim sont en ruines tandis que celles de Brandeburg sont aux mains des Russes. L’activité ne reprendra qu’en 1946 pour la production des camions dans un premier temps. Pour ce qui concerne les voitures de tourisme, Opel est privé de l’une de ses stars d’avant-guerre, la Kadett. L’Union Soviétique obtint en effet en supplément du Gouvernement Militaire Allié de se faire remettre les plans et tout le matériel de fabrication de la voiture, qui réapparaitra quelques temps plus tard sous le nom de Moskvitch 400 du nom de la ville qui la produira.


1950 Opel Olympia

 

La firme Opel ne désarme pas d’autant plus qu’elle est soutenue par la maison mère américaine. La cylindrée des véhicules étant limitée à 1.5 litre par le gouvernement militaire, la première Opel à réapparaître est l’Olympia, pratiquement identique au modèle d’avant-guerre, suivie de la Kapitän. Les clients impatients et demandant du nouveau durent attendre le mois de mars 1953 pour découvrir la première véritable nouveauté d’après-guerre qui se dévoile au Salon de Francfort sous le nom d’Opel Olympia Rekord.


1953 Opel Olympia Rekord - Scan : Martin Van Duijn

 

L’Olympia Rekord adopte la ligne ponton avec les ailes et les phares intégrés à la carrosserie. Longue de 4.24 m et large de 1.63 m, elle gagne vingt centimètres en longueur sur sa devancière, notamment au profit du coffre à bagages et six centimètres en largeur. La cylindrée du 4-cylindres de 1 488 cm3 reste identique bien que la puissance du moteur passe de 39 à 45 chevaux. La vitesse de pointe est de l’ordre de 125 km/h. Dans la gamme, la berline se trouve épaulée de la version découvrable appelée « cabrio-limousine », du break Caravan et des versions commerciales. La berline n’est proposée qu’en deux portes ce qui était une tradition en Allemagne, les glaces arrière s’entrebâillant. Dès sa première année, le succès est au rendez-vous avec près de 80 000 unités produites. Ce succès dépasse largement les frontières allemandes puisque la Suisse, la Belgique et les pays d’Europe du Nord l’adoptent et en font une de leurs voitures favorites.


Oops ! - Scan : Michiel V

 

En 1955, l’Olympia Rekord reçoit son premier face-lift avec une calandre grillagée, les pare-chocs abandonnant leurs crosses, les feux arrière s’intégrant à l’aile légèrement allongée pour la circonstance. A peine un an plus tard, adoptant la mode américaine qui consistait à modifier le modèle chaque année, l’Olympia Rekord arbore une calandre encore élargie à bandes verticales avec une bande horizontale et des ailes avant légèrement allongées par des petites visières entourant les phares. Les ailes arrière sont aussi retouchées avec le même effet de casquette. C’est dans ce style que prend fin la première génération, un réel succès commercial avec 558 452 unités produites.


Scan : Martin Van Duijn

 

La nouvelle Olympia Rekord dévoilée en juillet 1957 aura le privilège d’être la première Opel importée officiellement aux Etats-Unis, et ce dès le mois de septembre 1957 au sein des concessions Buick. Elle arbore une toute nouvelle carrosserie plus longue (4.43 m), très américanisée dans son style avec sa peinture bi-ton, l’adoption d’un pare-brise et d’une lunette arrière panoramiques qui donnent à la Rekord son P pour Panorama. La gamme se compose de l’Olympia deux portes, la version luxuriante deux portes Olympia Rekord, le break 3 portes Caravan et une camionnette basée sur la berline. Le moteur est toujours le 1 488 cm3 de 50 ch. 


1957 Opel Rekord P1 - Scan : Martin Van Duijn
Photo : Ralf Kunkel Christian

 

En 1959, la gamme s’enrichit d’une berline 4 portes, d’un coupé et d’un cabriolet, mais aussi d’une version dotée d’un moteur plus puissant, la 1700, avec un 1 680 cm3 développant 55 ch. 1959 est aussi l’année où disparaît le nom Olympia, lorsque la berline de base est remplacée par la version 1200. Elle rencontrera un succès d’estime puisque ses 30 000 exemplaires ne représenteront pas beaucoup par rapport aux 214 000 unités du modèle classique dont la diffusion sur ses trois années de commercialisation atteindra 788 000 exemplaires en fin de carrière. 


Scan : Martin Van Duijn
Photos : Phil R

 

La Rekord P1 laisse rapidement place à la Rekord P2 en 1960. Elle gagne 9 cm en longueur et 1 cm en largeur. La nouvelle calandre court sur toute la largeur de la voiture, surplombée de deux gros projecteurs saillants. Les deux cylindrées précédentes sont reprises tout comme la gamme bien que les rares versions coupé et cabriolet ne seront reprises qu’en 1961. La Rekord P2 sera très appréciée par sa robustesse, sa qualité de finition et son équipement qui surpassait bien des voitures avec les essuie-glaces à deux vitesses, la climatisation en option, l’avertisseur à deux tons, le totalisateur hectométrique, le pavillon vinyle et la carrosserie en deux tons en option.


1960 Opel Rekord Caravan

 

Le succès sera à nouveau au rendez-vous avec 300 000 unités produites dès la première année. Après 750 000 exemplaires, la Rekord P2 prend déjà sa retraite en 1963  pour une nouvelle génération entièrement refondue, la Rekord A, qui abattra de nouveaux records.


Photo : HelveTiki
Scan : Martin Van Duijn
Photo : Regtur