MG Midget : Génération T (1936-1955)

1949 MG TC, the first car road raced by Carroll Shelby. Photos courtesy Barrett-Jackson

 

Publié par Philippe Baron le 12 décembre 2014.

 

Créée en 1928, la MG Car Company (MG pour Morris Garage) devient une filiale à part entière du puissant groupe britannique Morris Motors. Cecil Kimber, qui avait réussi à donner de l’ampleur à la petite concession Morris d’Oxford depuis 1922, est nommé Directeur général de l’usine d’Abingdon, petite localité située à une quinzaine de kilomètres d’Oxford. Avec la confiance de William Morris, Cecil Kimber doit s’employer à développer une gamme à forte connotation sportive.

 

1936 MG TA "Airline" Coupe Allingham

 

Au fil des ans, le catalogue MG va s’étoffer avec dès 1928, la petite Midget type M, un petit roadster de 847 cm3 et 20 chevaux pouvant atteindre 100 km/h en vitesse de pointe. Avec ses performances  très élevées pour l’époque et un prix de vente modéré, la petite MG attire très vite une clientèle jeune et avide de sensations fortes. Succès en compétition aidant, la Midget continue d’évoluer avec des motorisations plus puissantes tout en restant populaire et économique.

 

 

Mais vers le milieu des années 30, chahutées par la crise économique, les ventes de la marque au célèbre emblème octogone s’essoufflent et chutent. Une réorganisation s’avère nécessaire et William Morris, anobli, devenu Lord Nuffield en 1934, nomme Leonard Lord à la tête de MG. Le coûteux programme de compétition est suspendu et les différentes voitures du groupe Morris Motors doivent désormais partager le maximum d’éléments mécaniques. C’est dans ce contexte d’austérité que la nouvelle Midget, la TA, est présentée au printemps 1936.

 

 

La TA, remplaçante de la PB, adopte un empattement plus conséquent, passant de 2.22 m à 2.38 m. La variante quatre places, quelque peu boudée par la clientèle, est supprimée du catalogue. Sous le capot, la TA profite du moteur quatre cylindres 1 252 cm3 de la Wolseley 10/40. Sa cylindrée lui offre de remarquables performances pour l’époque avec une puissance de 50 chevaux à 4 500 tr/min et une vitesse maximale qui frôle les 130 km/h. A côté du roadster, MG propose également un cabriolet (Drophead Coupe) plus cossu, réalisé chez le carrossier Tickford. Plus facile à vivre, le modèle T rencontre un succès commercial mérité et 3 003 exemplaires toutes versions confondues auront trouvé acquéreurs lorsque la TA quitte la scène au printemps 1939.

 

MG TA

 

La TB prend ensuite le relais, conservant l’allure générale de la précédente, mais gagnant sept centimètres en largeur, la longueur de 3.54 m, elle, restant inchangée. Pour sa motorisation, elle étrenne un bloc-moteur inédit de 1 250 cm3, plus à l’aise dans les hauts régimes, donnant 54.4 chevaux à 5 200 tr/min pour une vitesse de pointe toujours de 130 km/h. Mais lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, la production est interrompue pour se consacrer à l’effort de guerre. Seules, 379 unités de TB seront tombées des chaînes.

 

1939 MG TB Tickford

 

Lors du retour à la paix en 1945, La Midget paraît bien obsolète. Peu de développement technique et peu de recherche ont été entrepris dans la construction automobile pendant les années de guerre. Bien que le pays soit épuisé, on pense de nouveau à faire des voitures. La demande en transport individuel est forte mais la conjoncture ne s’y prête pas avec des matières premières en quantités limitées et contrôlées par le gouvernement. Cependant pour MG, l’engouement des soldats américains tombés sous le charme des petites anglaises, va s’avérer providentiel et permettre au constructeur anglais d’écouler sa production à hauteur de 80 à 90 % outre-Atlantique. La priorité gouvernementale étant de donner des matières premières aux entreprises exportatrices, les chaînes de production redémarrent en septembre 1945.

 

1945 MG TC

 

La MG TB devient la MG TC. Elles sont à quelques détails près identiques et utilisent le même moteur. La TC est seulement 10 cm plus large à l'arrière, procurant plus d'espace aux passagers. Aucune évolution notoire interviendra jusqu’à la fin de sa production à l’automne 1949. 10 000 exemplaires ont été assemblés pour des fervents admirateurs, pour la plupart d’anciens GI’s rentrés au pays. La TC compte parmi ses illustres propriétaires Clark Gable, le jeune et prometteur acteur James Dean ainsi que le pilote légendaire Carroll Shelby qui fera ses débuts en course au volant d’une TC équipée d’un compresseur.

 

1945 MG TC
1949 MG TC
MG TC 1949 - Photo : Branson Auctions

 

Pour le millésime 1950, la Midget devient TD. Pour la première fois, elle se décline en conduite à gauche pour les marchés d’exportation. Esthétiquement, peu de changement, les ailes sont un peu plus basses pour mettre davantage en relief le long capot rectangulaire. Techniquement, elle reprend le nouveau châssis de la berline type Y avec un cadre plus réactif et plus rigide. La TD adopte des roues de 15 pouces en acier à la place des 19 pouces à rayons. Pour la première fois, une MG est équipée de pare-chocs avant et arrière. La TD devient plus confortable et semble s’embourgeoiser. Elle reçoit un succès mérité. Elle partage même la vedette dans le film Monkey Business d’Howard Hawks en 1952 avec Cary Grant, Marilyn Monroe et Ginger Rodgers. Cependant, après deux millésimes, les ventes commencent à fléchir, le modèle vieillissant finit sa carrière en août 1953  après 29 664 exemplaires produits.

 

1951 MG TD - Photos : Bonhams

 

En 1952, le groupe Nuffield fusionne avec Austin, donnant naissance à la BMC pour British Motor Corporation. Le groupe comprend désormais les marques Morris, Austin, Riley, Wolseley et MG. Leonard Lord, qui avait quitté le groupe Nuffield à la fin des années trente pour Austin, n’affectionne pas MG d’autant plus qu’il vient de signer un accord avec Donald Healey pour la commercialisation de l’Austin Healey 100, plus véloce et moderne que la Midget. De ce fait, il retarde la mise en production du prototype EX 175 pour éviter une concurrence fratricide. 

 

1953 MG TD - Photos : Barrett-Jackson

 

MG se retrouve contrait à redessiner le modèle existant. Finalement, grâce au talent du designer Syd Enever aidé d’un tôlier-formeur, celle qui devient la TF est très réussie, dans un style plus moderne avec sa calandre inclinée, ses ailes enveloppantes et ses phares encastrés à l’avant. Elle est présentée officiellement à l’automne 1953 mais il faut attendre l’été 1954 pour qu’un nouveau moteur lui soit alloué. Ce moteur de 1 466 cm3 délivre 63 ch à 4 600 tr/min et propulse les 875 kg de l’engin à près de 140 km/h. La carrière de la TF s’arrêtera au printemps 1955 avec une production de 9 600 exemplaires en à peine deux ans, pour s’effacer devant sa remplaçante la MG A, une autre recette à succès.

 

1954 MG TF - Photos : RM Auctions
MG Midget TF 1954 - Photo : Marc Vorgers
MG Midget TF 1955
1955 MG TF 1500 - Photo : Gooding & Company