Mercedes, Naissance du Nom

Emil Jellinek aux commandes de sa Daimler Phoenix

 

Publié par Philippe Baron le 12 avril 2015.

 

La première Mercedes est née de l’insatisfaction d’un homme, Emil Jellinek, Consul d’Autriche-Hongrie à Nice. Il faisait également fonction d’agent officieux de la marque Daimler auprès de la riche société qui séjournait sur la Riviera pendant les mois d’hiver. En 1900, il avait vendu 34 voitures mais les puissantes Daimler Phoenix à quatre cylindres devenaient difficiles à vendre car elles étaient trop courtes et trop hautes pour rouler en sécurité. A la suite de nombreux accidents dont certains mortels, il se devait de réagir.

 

Le diplomate, qui avait fait fortune dans les affaires en travaillant pour une importante société d’assurance française et pour des clients fortunés des hautes sphères de la société d'alors, se rendit Emil Jellinek

Le diplomate, qui avait fait fortune dans les affaires en travaillant pour une importante société d’assurance française et pour des clients fortunés des hautes sphères de la société d'alors, se rendit à Cannstatt pour demander un modèle de voiture plus moderne et plus sûr, en promettant d’en commander un certain nombre s’il en était satisfait. Paul Daimler, dont le père Gottlieb venait de décéder, avait déjà conçu une voiture légère à moteur bicylindre, carter et boîte de vitesse fondus en une seule pièce avec accélérateur au pied. L’ingénieur en chef de la Daimler Motoren Gesellschaft, Wilhelm Maybach, améliora cette situation et ajouta un radiateur à nid d’abeilles beaucoup plus efficace que l’ancien type à tubes à ailettes qui nécessitait un réservoir d’eau séparé car la capacité des tubes était insuffisante. Le nid d’abeilles consistait en un réservoir vertical traversé par plus de 5 000 tubes à air de section carrée isolés les uns des autres par un mince courant d’eau. Ce système permettait à un gros moteur d’être convenablement refroidi par un volume d’eau relativement faible et dispensait de l’emploi d’une boîte d’eau séparée.


Wilhelm Maybach

Pour cette nouvelle voiture qui devait représenter pour l’influent Jellinek la voiture non pas de demain mais du surlendemain, le châssis en tôle emboutie remplaçait le cadre en bois armé habituellement utilisé. Un changement de vitesses à grille permettait au conducteur de sélectionner à volonté n’importe quel rapport au lieu de suivre obligatoirement la séquence entre le point mort et le rapport supérieur. A ces caractéristiques, Maybach ajouta des soupapes d’admission à commande positive et un châssis plus long et surbaissé qui conféra à la voiture une apparence complètement nouvelle. Le radiateur fut remonté pour que son contour soit noyé dans celui du capot au lieu d’être accroché entre les extrémités avant du châssis.


Mercedes 35 HP 1901
Emil Jellinek et sa fille Mercedes.

Jellinek fut très satisfait de ce nouveau modèle et passa au mois d’avril 1900, avant même que la première voiture ait été terminée, une commande d’un montant colossal pour 36 voitures. Cependant, pressentant que le nom de Daimler n’était pas bien perçu en France, il baptisa la voiture du prénom de sa fille, Mercedes, alors âgée de 13 ans. Ce nom ne devait être utilisé que pour les zones concédées exclusivement à Jellinek, soit la France, la Belgique, l’Autriche-Hongrie et les Etats-Unis. Finalement, dès 1902, Daimler décida d'adopter désormais ce nom de marque pour toutes ses voitures particulières, ne gardant le nom de Daimler que pour les véhicules utilitaires. A noter que le nom Mercedes s’écrit sans les accents français car ils n’existent pas en Allemagne.


Mercedes Jellinek

 

Le premier moteur de la Mercedes était d’une cylindrée de 5.9 litres et développait 35 HP. En 1902, il passait à 6.8 litres et 40 HP pour être complété dans la même année par le célèbre 9.2 litres de 60 HP. Doté de soupapes en tête, il pouvait emmener une voiture légèrement carrossée à 120 km/h. Le châssis était idéalement adapté au tourisme et à la compétition. Il pouvait supporter une lourde caisse de limousine comme la propre voiture de Jellinek aux allures de petit autobus à roues arrière jumelées ou en spartiate deux-places capable de disputer les courses les plus importantes. 

 

1902 Mercedes 40 HP

 

La Mercedes 60 HP plaça la firme allemande à la pointe de la mode et de la technique en établissant les nouveaux standards de l’automobile moderne. Elle est le modèle à copier pour tous les autres constructeurs dont les modèles sont devenus subitement de conception archaïque. Quant à l’exubérant Emil Jellinek, fier d’être l’instigateur de ce succès et de par le fait, fondateur de la marque Mercedes, modifia son nom en Jellinek-Mercedes.