Mercedes R129 SL (1989-2001)

Publié par Philippe Baron le 19 novembre 2012.

 

En 1989, Mercedes présente la R129, le SL (pour Sport Leicht ou Sport Léger) des années 90 qui prolonge la noble lignée apparue en 1957 avec la 190 SL, lui-même décliné du mythique 300 SL Coupé et ses fameuses portes papillon. La R129 de 1989 respecte la recette habituelle des anciennes générations avec une ligne sportive et classique. Mais pour s’assurer de la qualité de l’aérodynamique et d’une sécurité optimisée, les concepteurs n’ont pas hésité à utiliser l’informatique.


 

La ligne générale du nouveau SL, qui demeurera inchangée durant toute sa carrière, a été tracée par Bruno Sacco, responsable du design chez Mercedes-Benz. Construit à Brême, le SL est né dans l’ère électronique. Quelques innovations sont proposées en série, comme la capote en toile entièrement électrique ou le hard-top en aluminium qui se fixe tout seul grâce à un système hydraulique complètement automatique. Pour la sécurité, les ingénieurs ont mis au point un arceau de sécurité escamotable qui sort automatiquement en trois dixièmes de secondes lorsque l’ordinateur détecte un risque de retournement à partir des informations qui lui sont communiquées par des capteurs d'accélération (inclinaison de la caisse ou débattements des roues arrière).

 

 

La technologie embarquée est impressionnante avec l’airbag conducteur monté en série, l’ABS, climatisation automatique, direction assistée, sièges en cuir à réglages électriques et mémoires, jantes alu de 15’, lave-phares, peinture métallisée, une radio Becker avec 10 HP, rétroviseurs électriques dégivrants, vitres électriques. Mercedes-Benz introduit également l’ASD qui adapte la dureté des amortisseurs aux conditions de roulage et réalise aussi une correction d'assiette. 4 possibilités d'amortissement sélectionnées sont ainsi choisies par un ordinateur en fonction de 5 paramètres. Le système anti-blocage des roues (ABS) est complété par l’ASD, un différentiel à blocage automatique qui empêche le patinage des roues motrices et facilite aussi le démarrage sur chaussée glissante. ASD est lui-même complété par l’ASR, un système anti-patinage qui régule le glissement des roues motrices le plus rapidement à la valeur optimale.

 

En dépit de son appellation, le SL n’est pas aussi « sport léger » que cela ! Sa structure monocoque en acier ainsi que l’électronique embarquée en sont les fautives. Les entrées de gamme approchent les 1800 kg, tandis que le SL 500 totalise 1815 kg sur la balance. Le roadster mesure 4m 447 de long et sa largeur de 1m81. L’offre moteur est vaste avec en entrée de gamme le 6 cylindres de 231 ch (300 SL) puis le V8 de 5 litres développant 326 ch, uniquement accouplé en boîte auto 4 rapports, il permet au SL d’atteindre les 250 km/h. En 1992, Mercedes complète la gamme vers le haut avec le 600 SL et son V12 de 6 litres développant 395 ch. A partir de ce bloc, le préparateur AMG proposera une version redoutable, avec un V12 7.3 de 525 ch ! En 1998, arrive une nouvelle version, le SL 280 de 204 ch disponible aussi avec une boîte mécanique à 5 rapports, tandis que le SL 300 devient SL 320 à travers un nouveau 6-cylindres 3.2 de 224 ch. La cylindrée du SL 500 diminue légèrement à 4966 cm3, sa puissance tombe à 306 ch mais son couple grimpe de 45 à 46,9 Mkg. 

 

Mercedes-Benz 500 SL R129 -1992 - Crédit Photo : Uusi tuttavuus

 

La carrière du roadster R129 prend fin en 2001 avec une production totale de 204 940 exemplaires. La cote du modèle est très variable en fonction du kilométrage moyen et de l’historique clair du véhicule, aussi l’échelle se situe entre 8 et 20 000 €. La R129 est remplacée en février 2002 par la R230, encore plus sportive que sa devancière.

 

Crédit Photos : mbz.mwusa.net - Photo prise dans le Colorado