Mercedes 230/250/280 SL « Pagode » (1963-1971)

 

Publié par Philippe Baron le 25 février 2014.

 

Présentée au Salon de Genève en mars 1963, la nouvelle Mercedes 230 SL, magnifiquement dessinée par le Français Paul Bracq, est caractérisée par la configuration inédite de son toit en forme de pagode réalisé par celui qui est considéré aujourd’hui comme le père de la sécurité passive, Béla Barényi. L’originalité de son hard-top fera date dans l’histoire de la marque et deviendra le surnom de la voiture. 


 

 

A la fin des années 50, Karl Wilfert, à la tête du bureau d’études, s’entoure d’une nouvelle équipe comprenant le français Paul Bracq, l’italien Bruno Sacco et l’austro-hongrois Béla Barényi, pour renouveler la gamme Mercedes-Benz dont le style ponton commençait à dater. En août 1959, la berline 220 (W111) est présentée et rencontre d’emblée un vif succès. Elle est suivie dès l’automne suivant par les dérivés « coupé » et « cabriolet ». Pour le roadster, Karl Wilfert désire un modèle unique pour remplacer en même temps la mythique et élitiste 300 SL et son dérivé, la 230 SL, coûtant la moitié du prix du premier.



 

Le jeune Paul Bracq, qui venait de rejoindre Mercedes-Benz en 1957, est désigné à la tête du projet. Il dessine un superbe cabriolet deux places aux lignes tendues sur lequel il greffe le toit « Pagode » conçu par son collègue, Béla Barényi. Ce pionnier de la sécurité est aussi l’un des inventeurs les plus prolifiques de son époque avec plus de 2 000 brevets déposés, le double d’un Thomas Edison, dont celui d’une ceinture de sécurité pour passager, le 23 janvier 1951. Le toit ‘Pagode’ permettait d’améliorer la visibilité extérieure grâce à des montants très fins, et des vitres plus hautes et de faciliter l’accès des passagers. Une clé était utilisée pour le verrouillage. Par contre, la manipulation du hard-top demandait deux personnes pour faciliter les manœuvres de pose et dépose.



 

La deuxième originalité du nouveau modèle est plutôt amusante car elle est apparue de façon bien involontaire de la part des concepteurs de la voiture. Il s’agit de ses énormes roues. En effet, le bureau d’études avait oublié de donner les nouvelles dimensions des pneus au bureau de style et au moment de la pose de la carrosserie au châssis, les roues dépassaient. Finalement, cet effet a bien plus à Karl Wilfert au point de l’adopter définitivement.


 

La face avant de la 230 SL est une calandre retravaillée des 190 et 300 SL avec l’imposante étoile et des inédits blocs optiques verticaux à profil d’arche qui intègrent les phares, les feux de croisement et les projecteurs antibrouillard. La 230 SL (type W113) repose sur un solide cadre-plancher sur lequel est soudée la carrosserie. L’empattement est de 2.40 m, la longueur de 4.28 m, la largeur d’1.76 m et la hauteur 1.30 m. Sous le capot, le moteur M127, spécifique au modèle, est dérivé du bloc de la 220 SE. Ce 6-cylindres en ligne, après augmentation de l’alésage, est passé à 2 306 cm3, développant 150 ch avec un couple de 20 m.kg à 4 200 tr/min et une vitesse de pointe frôlant les 190 km/h. Bien que la 230 SL n’eut jamais d’ambition sportive, dès son arrivée en compétition, elle remporta le Marathon de la route, conduite de main de maître par Eugen Bohringer et son coéquipier Klaus Kaiser. 


 

La Pagode suivra, tout au long de sa carrière, l'évolution des motorisations de la Classe S. En décembre 1966, la 230 SL est remplacée par la quasi-identique 250 SL (type W113A): 2496 cm3, à la puissance et aux performances inchangées, mais avec un couple de 22 mkg à 4.200 tr/min. Elle y gagne des freins à disque aux quatre roues étant dotée auparavant de tambours à l’arrière. En fin d'année 1967, présentation de la 280 SL (type W113 E28): 2770 cm3, (86.5x78.8 mm), 170 ch Din à 5.750 tr/min, 24.5 mkg à 4.500 tr/min, performances inchangées sauf un 0 à 100 km/h en 10 secondes. La production prendra fin en mars 1971 avec l’apparition de la 350 SL (type W107) au style entièrement refondu et équipée d’un V8.


 

Au total, jusqu’à la fin mars 1971, 48 912 exemplaires des trois types ont été produits sur une durée de huit ans : 34 215 exportées hors d’Allemagne, 19 440 pour les USA soit 40 % de la production. La répartition est la suivante : 230 SL : 19 831 – 250 SL : 5 196 – 280 SL : 23 882.


1966 Mercedes-Benz 230 SL - Photos : Bonhams