Maserati 5000 GT (1959-1965)

Maserati 5000 GT Allemano

 

Publié par Philippe Baron le 27 décembre 2014.

 

En 1959, la première des Maserati 5000 GT est une commande réalisée spécialement pour le Shah d’Ira, Reza Pahlavi. Elles ne seront au total que 32 et toutes à la demande de clients aussi riches. La 5000 GT permettait à Maserati d’exploiter commercialement le 8-cylindres utilisé jusque-là  uniquement pour la compétition en raison de sa complexité et de son coût trop élevé.

 

1962 Maserati 5000 GT Allemano - Photo : Gooding & Company

 

Voiture exclusive, la Maserati 5000 GT coûte en 1960 le prix d’une Rolls-Royce Silver Cloud II. Haut de gamme absolu, elle est en premier lieu dessinée par Touring dans une forme classique caractérisée par un avant très élaboré évoquant les monospaces de Formule 1. Après la production de trois exemplaires, la partie style est confiée à divers carrossiers. Sur les 32 voitures construites, 22 ont été carrossées par Allemano (dessin de Giovanni Michelotti), 4 par Touring, 2 par Frua, 1 par Monterosa, 1 par Giorgetto Giugiaro pour Bertone, 1 par Giovanni Michelotti pour Vignale et 1 par Farina. Pour cette dernière, l’acquéreur, Giovanni Agnetti, le président de Fiat, avait demandé à Pinin Farina de retirer tout logo ou symbole faisant référence à Maserati.

 

Maserati 5000 GT Coupe Frua

 

À la fin de la saison de compétition 1957, Maserati disposait à l'usine de moteurs de 450 S non utilisés alors qu'il venait de se lancer dans la fabrication en série de la 3500 GT. L'ingénieur Giulio Alfieri eut l'idée de marier les deux, c'est-à-dire de monter dans un châssis renforcé de 3500 GT le fabuleux V8 compétition à 90°de la 450 S, avec la course des pistons  allongée pour obtenir une cylindrée de près de 5 litres et de commander à Touring une carrosserie “haute couture”. Doté de quatre arbres à cames en tête, ce superbe V8 vit sa cylindrée portée pour un usage routier de 4,5 à 4,9 litres, la puissance à 325 ch à 5 500 tr/min et le couple à près de 46 m/kg à 3 600 tours. En 1960, ce groupe fut amélioré, puis la voiture reçut l’injection Lucas et la boîte ZF à cinq rapports. La 5000 GT atteignait 250 km/h, ou 275 km/h avec un pont un peu plus long. 

 

 

Seules les trois premières voitures eurent des moteurs directement issus du 450 S de compétition. Elles conservèrent pour leur moteur le système d'échappement très “compétition”, des doubles arbres à cames en tête entraînés par une cascade de pignons et non par une chaîne triple comme sur les 5000 GT ultérieures.

 

Photos : Pawel Litwinski - Gooding & Company
Maserati 5000 GT Frua Coupe