Mini (2001-2013)

2001 Mini Cooper

 

Publié par Philippe Baron le 9 décembre 2014.

 

En 2001, BMW prend le pari osé de créer une citadine de luxe branchée et amusante en ressuscitant la mythique Mini. Respectueusement traitée par le design néo-rétro de Frank Stephenson, à l’instar de sa devancière de 1959, la Mini du XXIe siècle est à la fois un phénomène commercial et social dès son lancement. Grâce à une gamme multipliée, la Minimania bat son plein. Belle récompense pour un projet qui, pourtant, faillit ne jamais voir le jour.

 

 

En 1993, le groupe Rover commence l’étude d’une remplaçante de la Mini. Lorsque BMW rachète Rover l’année suivante, la firme bavaroise donne priorité au nouveau projet Mini code R59 qu’elle place sous la responsabilité britannique. Cependant, il apparaît bientôt que les deux parties ont des conceptions très différentes de ce que doit être la prochaine Mini. L’approche trop radicale de l’équipe britannique ( Concept Mini Spiritual ) est trop éloignée de la vision des responsables de BMW qui voient la Mini plus proche d’une compacte d’allure branchée et sportive. Finalement, ils vont décider de faire évoluer l’esquisse de Frank Stephenson, à l’époque responsable du design chez BMW, pour aboutir à un concept-car qui sera présenté au Salon de Francfort en 1997.

 

1997 Concept Mini Spiritual Too

 

Lors de la présentation du concept-car rouge à toit blanc, les réactions sont très partagées. Les enthousiastes aiment le côté rétro et la sportivité de la voiture, tandis que les puristes admirateurs de l’architecture de la Mini originelle créée par Alec Issigonis déplorent ses dimensions extravagantes, 57 cm de plus que son ancêtre. Nombreux sont aussi les sceptiques qui soutiennent que le nombre d’acheteurs potentiels susceptibles de payer le prix d’une berline moyenne pour une petite auto au coffre minuscule et au confort moyen, à un prix bien plus élevé que la logique ne le voudrait, ne sera pas suffisant pour assurer la viabilité du projet.

 

1997 Concept Mini Millennium

 

En 2000, suite à une décision éclair, BMW se sépare de Rover mais décide de conserver la marque Mini. Ce choix entraîne une interversion des sites de production, la Mini passant de Longbridge près de Birmingham, où Rover doit rester, à Cowley près d’Oxford, que BMW conserve et rebaptise Plant Oxford. Finalement, la Mini est lancée à l’été 2001 et les sceptiques sont muselés par le nombre de commandes qui déferlent et qui sont presque trois fois supérieures aux prévisions initiales. L’usine de Cowley multiplie ses équipes pour répondre à la demande et les planificateurs de Munich, qui ne prévoyaient pas d’autres variantes et qu’une production de quatre années, commencent à penser aux futures évolutions.

 

2001 Mini Cooper

 

Trois éléments déterminants assurent à la Mini un accueil des plus favorables quel que soit le marché où elle est proposée : la garantie supplémentaire de la marque BMW, l’affection toujours portée à l’ancienne Mini, et l’invention de l’art de la personnalisation à base de bandes décoratives, de teintes, d’intérieurs et roues en option qui permettent à chaque acheteur de composer sa Mini personnelle et, bien entendu, de dépenser chez le concessionnaire beaucoup plus d’argent qu’il n’en avait l’intention au départ.

 

2002 Mini Cooper S

 

A peine plus courte qu’une Renault Clio, la Mini de 3.65 m en longueur et 1.69 m en largeur, est une deux-portes et quatre-places au look craquant et inimitable, tout en rondeurs, avec des phares sphériques et une ceinture vitrée ininterrompue. Ce qui surprend dans ce véhicule décalé, non pas, loin de là son habilité, mais la gaieté de son intérieur avec ce gros cadran de vitesse inséré au centre du tableau de bord, original à défaut d’être ergonomique. 

 

 

La Mini One, version de base, est animée par le 4-cylindres 1.6 16S de 90 ch d’origine Chrysler. En série, elle possède l’ABS avec répartiteur et contrôle de courbe, quatre airbags, une fonction alerte de la pression des pneus, radiocassette, des jantes en tôle 15 pouces et le volant réglable. Un peu plus d’équipement est possible avec la version Pack.

 

 

Plus sportive, la Cooper reçoit le moteur de la Mini One, mais il développe alors 115 ch. Ces deux versions peuvent bénéficier d’une boîte à variation continue avec passage manuel de six rapports. La Cooper ajoute à la dotation de base les jantes alliage 15 pouces, la climatisation manuelle, le siège conducteur réglable en hauteur, le volant cuir, le compteur-tours.

 

2004 Mini Cooper

 

L’événement du début 2002 est l’arrivée de la Cooper S, avec toujours le même moteur, mais suralimenté par un compresseur qui porte la puissance à 163 ch. Elle est dotée d’une boîte mécanique six vitesses et pointe à 218 km/h. On la reconnait à son toit et à ses rétroviseurs blancs (idem pour la Cooper) mais aussi à ses boucliers spécifiques, sa prise d’air sur le capot, ses jantes 16 pouces montées de pneus qui autorisent le roulage à plat et à sa double sortie d’échappement chromée et centrale. A l’intérieur, elle se distingue de la Cooper par ses sièges avant sport et la radio CD. Au catalogue des options, figurent la peinture métal, le toit ouvrant électrique, l’antipatinage, le contrôle de stabilité, les airbags de tête, les phares xénon, le GPS, la sellerie cuir ou les jantes 17 pouces.

 

 

A l’été 2003, la version turbodiesel permet d’accroître le succès de la Mini. Disponible que sur la One, ce moteur D  de 1.4 est repris à la Toyota Yaris et développe la puissance identique de 75 ch. Revu par les ingénieurs allemands, il est renforcé par une rampe commune deuxième génération et l’adoption d’un volant moteur bi-masse pour réduire les vibrations. La One D assurera plus de 40 % des ventes de Mini en France. BMW offre aussi à la petite anglaise un kit John Cooper Works sur la Cooper S. Cette option fait passer la puissance de son 1.6 compressé de 163 à 200 ch. 

 

 

Au printemps 2004, est ajoutée pour la première fois officiellement sur une Mini la variante cabriolet. De ce fait, la berline à toit devient la Hatch. Le toit en toile du cabriolet se replie en Z électriquement dans le petit coffre, qui, de ce fait, ne peut recevoir qu’un petit sac de voyage. La Mini cabriolet est la première à bénéficier du léger restylage qui touche l’ensemble de la gamme en septembre avec des boucliers au dessin adouci, des plastiques plus valorisants, et les moteurs qui héritent de boîtes à étagement revu. La Cooper S gagne, quant à elle, 7 ch supplémentaires.

 

2004 Mini Cabrio

 

Le charme fou de la Mini continue d’opérer. De ce fait, l’offre a bien du mal à suivre et les délais de livraison ne cessent de s’allonger. La gamme est renouvelée en 2006 avec la présentation de la Mini II. Très proche du modèle précédent, la berline anglo-allemande adopte une nouvelle calandre et un capot avant plus bombé. Les dimensions n’ont quasiment pas bougé, mais le châssis a été optimisé pour gagner en confort. Toutefois, la nouveauté la plus significative est la version très attendue Clubman. Reprenant la même appellation que le break de la Mini ‘historique’, le Clubman est plus long de 24 cm par rapport à la Hatch, soit 3.95 m. Il dispose de deux portes latérales du côté droit, dont une ouverture antagoniste, une seule à gauche, et de deux battants à l’arrière, comme sur une fourgonnette.

 

2007 Mini Cooper D Clubman

 

Les moteurs essence de cette Mini II ont été développés et produits en partenariat avec PSA, la One et son 1,4 de 75 et 95 ch, la Cooper et son 1.6 de 120 ch, la Cooper S, 1.6 et 175 ch et la Cooper S Works 1.6 et 211 ch. Quant à la Cooper D, son bloc diesel d’1.6 et 110 ch est d’origine PSA-Ford.

 

2006 Mini Cooper S

 

En novembre 2008, la gamme Mini est marquée par le retour du cabriolet dont la commercialisation débutera en mars 2009. Celui-ci, plus long de 7 cm, intègre mieux ses arceaux avec une capote qui se déploie électriquement en à peine 20 secondes. Le gadget qui tue est le cadran qui comptabilise le temps que vous passez en position ‘décapotée’.

 

2010 Mini Cooper S Cabrio

 

Le quatrième avatar de la Mini est présenté en janvier 2010 pour une commercialisation en septembre. Produit à Graz en Autriche, le Mini Countryman, cousin technique du BMW X1, reprend le concept à la mode du SUV. Ce 5-portes mesure plus de 4 m de long et s’offre quatre roues motrices. Le volume de son coffre peut varier de 350 à 1 170 l. La marque Mini termine l’année 2010 avec un nouveau record de ventes dont un cinquième d’entre elles partent vers les Etats-Unis. En 2011, la fête continue pour le dixième anniversaire avec une croissance de 21.7 % et la deux millionième Mini (un cabriolet) est produite au mois de septembre.

 

2010 Mini Cooper D Countryman - Photos : Uwe Fischer

 

Pour éviter de lasser ses aficionados, Mini continue d’étendre sa gamme avec deux nouvelles variantes à l’automne 2011. Le Coupé est le premier dévoilé. La forme étrange de son pavillon s’inspire d’un casque comme inauguré par le Countryman. La face avant, les feux arrière et le tableau de bord sont repris intégralement de la berline. L’astuce a consisté à réduire la hauteur de deux centimètres (soit 1.38 m), tout en inclinant le pare-brise et la lunette arrière.

 

2011 Mini John Cooper Works Coupe

 

La deuxième nouveauté de l’automne 2011 est le roadster pour séduire une clientèle qui recherche encore plus d’exclusivité. Le pavillon du coupé aux mêmes dimensions laisse place ici à une capote en toile disponible qu’en noir. Le roadster strict deux-places au look sport est équipé d’arceaux de sécurité chromés et d’un aileron électrique qui se déploie automatiquement au-delà de 80 km/h.

 

2012 Mini Cooper SD Roadster

 

En attendant l’imminent troisième opus « by BMW », la Mini continue sa brillante carrière avec de nombreuses séries spéciales et à nouveau une nouvelle variante, maintenant au nombre de sept en septembre 2012. A mi-chemin entre le Coupé et le Countryman, le Paceman hérite la ligne élancée du premier. Du second, elle profite de la garde au sol plus importante et de la transmission intégrale 4II4. Cependant, ce SUV Coupé de 4.11 m n’est disponible qu’en trois portes. 

 

2013 MINI Cooper SD Paceman All4

 

Mini pousse le concept du Clubman encore plus loin en offrant un utilitaire atypique du nom de Clubvan, qui est une déclinaison du type fourgon tôlé. La transformation a consisté à supprimer les vitrages latéraux arrière pour libérer une zone permettant d’afficher les coordonnées d’une société. 

 

2013 Mini Cooper Clubvan

 

La dernière Mini de la génération lancée en 2006 quitte les chaînes de montage d’Oxford pour laisser le champ libre à sa remplaçante en décembre 2013. Depuis la sortie du premier opus de l’ère BMW, en 2001, plus de 2.5 millions d’unités toutes versions confondues (cabriolets, coupés, SUV...) ont été produites.