Messerschmitt KR 175 – KR 200 (1953-1964)

1952 Messerschmitt KR200

 

Publié par Philippe Baron le 8 mai 2016.

 

Au Salon de l’automobile de Genève de 1953, est présentée une voiturette à trois roues, mise au point par l’ingénieur Fritz Fend. Ce scooter à cabine, inspiré par l’aéronautique, correspond aux attentes d’une Allemagne démunie après la défaite. La KR de Messerschmitt, surnommée Karo dans le langage courant, devient très vite une voiture populaire dès son lancement et le témoin d’une Allemagne en pleine reconstruction.

 

1953 Messerschmitt KR 175

 

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la population allemande compte un très grand nombre de blessés handicapés. L'ingénieur Fritz Fend, qui avait travaillé pendant la guerre sur le premier avion de chasse à moteur à réaction, le  Messerschmitt Me 262, conçoit une série de petits véhicules pouvant être utilisés par des personnes amputées des jambes. Une première petite voiturette à une place et à trois roues, est baptisée Flitzer (fend-la-bise). Elle est commercialisée à partir de 1948 et fabriquée artisanalement à Rosenheim. Avec un moteur Victoria de 38 cm³, elle atteint 40 km/h. Après une centaine d’exemplaires vendus, Fritz Fend présente ensuite un modèle deux places qui sera fabriqué en 150 exemplaires.

 

1952 Messerschmitt KR200 - Photos : Darin Schnabel

 

Trop à l’étroit dans son atelier de Rosenheim, Fritz Fend se rapproche de son ancien patron, Willy Messerschmitt qui possède toujours son usine mais dont la reprise de la production aéronautique depuis la libération reste pour l’instant interdite. Fritz Fend peut maintenant utiliser les hangars vides de la société de Ratisbonne Stahl-und- Metallbau (RSM).

 

Messerschmitt KR 175 – KR 200 (1953-1964) 1952 Messerschmitt KR200

 

Au Salon automobile de Genève de 1953, est présenté le KR 175 car motorisé par un 175 cm3 Sachs. L'abréviation KR est tirée du terme allemand Kabinenroller (scooter à cabine). Dans le langage courant, la voiture est surnommée Karo. 11 000 exemplaires du véhicule tricycle sont ainsi produits jusqu’au lancement de la KR 200 au printemps 1955. La KR 200 reçoit évidemment un 200 cm3 de 10 ch qui permet des vitesses de pointe de 90 km/h. Avec cette version standard à bulle de plexiglas, la gamme s’élargit avec un roadster KR 201 équipé d’un tout petit saute-vent et un cabriolet plus luxueux avec une carrosserie deux tons, un intérieur plus raffiné et quelques chromes en plus. 

 

 

En janvier 1957, Messerschmitt abandonne toutes les activités non reliées à l'aéronautique pour pouvoir bénéficier des aides gouvernementales destinées à soutenir la reconstruction d'une industrie aéronautique en Allemagne. La société Fahrzeug-und-Maschinenbau Regensburg (FMR) reprend la production qui continue de se faire malgré tout sous le label Messerschmitt. 

 

1952 Messerschmitt KR200 Cabriolet

 

En septembre de cette année 1957, FMR lance un véhicule à 4 roues du nom de TG500 pour Tiger 500 cm3 et 24.5 ch qui offre des performances exceptionnelles pour l’époque avec 130 km/h. Mais son prix rebute une clientèle habituée aux voiturettes, donc défiscalisées, car la TG500 est vendue plus chère qu’une VW Coccinelle ou une NSU Prinz. 

 

1952 Messerschmitt KR200 Cabriolet

 

A la fin des années 1950, le temps n’est plus aux voiturettes. La carrière de la micro citadine s’arrête début 1964 pour cause de non-rentabilité après un très beau succès avec environ 50 000 exemplaires fabriqués. Ce succès témoignait une certaine réalité économique d’une Allemagne en pleine reconstruction. 

 

1959 FMR Messerschmitt TG500 Tiger Roadster
FMR Messerschmitt TG500 Tiger