Mazda 6 (2002-2012)

 

Publié par Philippe Baron le 28 janvier 2014.

 

Avec la Mazda 6, commercialisée en 2002, Mazda a trouvé la bonne recette pour séduire les européens avec un modèle qui met l’accent sur le plaisir de conduite. Cette berline familiale à la ligne élancée et dynamique, qui sera la première Mazda dans l’histoire de la marque nippone à franchir le plus rapidement le cap du million d’exemplaires vendus, n’appelle que des éloges pour son comportement routier rigoureux plutôt typé sport et ses mécaniques diesel.

 

 

Produite au Japon à Hofu-Nishinoura sous le nom de Mazda Atenza, la Mazda 6 est l’atout majeur du nouveau concept « zoom-zoom » qui incarne l’essence et l’esprit de la marque Mazda pour le IIIème millénaire. Elle inaugure une toute nouvelle plate-forme. D’un caractère plus affirmé que la classique 626 qu’elle remplace, elle revendique élégance et dynamisme. Dès son introduction au premier semestre 2002, elle est disponible en carrosserie quatre et cinq portes, tandis que le break n’est commercialisé qu’à partir de septembre. Les trois modèles proposent un habitacle spacieux et généreux quelle que soit la carrosserie. Ils présentent la même largeur d’1,78 m tandis que les longueurs différent ; 4.75 m pour la berline 4 portes, 4.67 m pour la version avec hayon et 4.69 m pour le break.


 

Quatre livrées de finition sont proposées : Harmonie, Elégance, Elégance Pack et Performance. La première propose déjà l’ABS, l’ESP, six airbags et la climatisation manuelle. La seconde ajoute une climatisation automatique, des vitres arrière électriques et des jantes alu de 16 pouces. L’Elégance Pack comporte, en plus, des sièges en cuir (chauffants à l’avant), un système audio Bose avec six haut-parleurs et chargeur CD. Enfin, la Performance se distingue par des phares au xénon et un GPS avec DVD. En ce qui concerne les motorisations, l’atout de la Mazda 6 pour l’Europe est son véloce 2.0 turbodiesel MRR-CD proposé en 120 et 136 ch. Côté essence, le 1.8 de 120 ch constitue l’offre de base, suivi par un 2.0 de 141 ch et un 2.3 de 166 ch.  A noter que la version break 2.0, baptisée Fastwagon, est disponible à quatre roues motrices.


2005 Mazda 6

 

Pour rendre son modèle encore plus attrayant, seulement trois ans après son lancement, Mazda lui offre un restylage avec une calandre redessinée, les boucliers avant et arrière modifiés. A l’intérieur, les compteurs adoptent un cerclage de chrome, et la planche de bord, des matériaux plus actuels. Un travail a été effectué sur le châssis (retouche des suspensions avant et arrière) pour le rendre encore plus sportif. Les moteurs ne changent pas mais les boîtes de vitesse passent à six rapports. L’équipement progresse avec capteur de pluie, allumage automatique des phares, système d’accès à bord sans clé et clé rétractable avec condamnation générale.


2005 Mazda 6 FastWagon

 

Lors de ce restylage, Mazda en profite pour simplifier la gamme de la 6. Exit ainsi, la version 4 portes avec coffre. La 6 se décline désormais uniquement en version Sport Wagon, break de chasse façon Mazda, et en 5 portes. Cette disparition s'explique facilement. En France, 17 % des véhicules immatriculés étaient des breaks et 83 % des berlines. Les ventes du modèle 4 portes peu prisé dans l'hexagone étaient devenues anecdotiques. Les Français lui préférant sa jumelle à hayon. De même, autre changement de taille, les Mazda 6 break ne sont désormais disponibles qu'en diesel, quant à l'ancienne version 4 roues motrices, elle disparait du catalogue français. La véritable nouveauté 2005 est la version sportive baptisée MPS, qui reçoit la transmission intégrale et un moteur de 2.3 turbo fort de 260 ch. Sa calandre originale lui est spécifique ainsi que ses jantes alliage de 18 pouces et ses boucliers.


2006 Mazda 6 MPS

 

Présentée au Salon de Francfort à l’automne 2007, la deuxième génération de Mazda 6 est commercialisée dès le printemps 2008. Elle conserve de son héritière sa forte personnalité avec une certaine sobriété au niveau de la carrosserie allongée de 7 cm qui se distingue par des détails repris au coupé RX-8 et au 4X4 CX-7, dont le dessin des ailes avant est plus marqué. Elle est disponible en version cinq portes et en break et bénéficie d’une nouvelle plate-forme, toujours 100 % Mazda. A noter que la variante trois volumes à malle apparente est non importée en France.


2011 Mazda 6

 

A l’instar de la petite Mazda 2, la 6, au Cx de 0.27 pour la berline, fait appel à l’utilisation intensive d’acier à haute élasticité, à la fois léger et résistant. Résultat, la japonaise pèse environ 50 kg de moins que sa devancière et réussit le tour de force d’être l’une des plus imposantes de sa catégorie tout en étant une des plus légères. De facture classique, l’habitacle est spacieux et ergonomique. Pratique, la banquette se replie très facilement. Quant aux motorisations, elles sont au nombre de trois, en essence : les 1.8 MZR de 120 ch, 2.0 MZR de 147 ch et 2.5 MZR de 170 ch. Un seul diesel est disponible au lancement, le 2.0 MZR-CD de 140 ch (MZR pour Mazda Responsive Engine indique les moteurs sont faits maison) avant l’arrivée du tout nouveau 2.2 MZR-CD décliné en 125, 163 et 185 ch.


2011 Mazda 6 Fastwagon

 

A peine âgée de cinq ans, la deuxième génération arrive en fin de carrière. Produite au Japon, mais aussi aux Etats-Unis dans le Michigan et en Chine à Changchun, la Mazda 6 venait de dépasser la barre des deux millions d’exemplaires en août 2010 depuis son lancement en 2002. La nouvelle Mazda 6, commercialisée au premier trimestre 2013, s’inspirera du concept Takeri, dévoilé à Tokyo en 2011.


2011 Mazda Takeri Concept