Maybach (2002-2013)

2002 Maybach 57

 

Publié par Philippe Baron le 16 novembre 2014.

 

En 2002, pour contrer Bentley et Rolls-Royce dans le très grand luxe, Mercedes relance la marque de prestige Maybach, fondée en 1919 et disparue au début des années 40, avec une limousine au raffinement extrême et équipée selon les desiderata des clients. Ces fortunés peuvent choisir parmi une offre pléthorique de boiseries, de pierres naturelles, d’étoffes précieuses et de cuirs.

 

 

L'ingénieur Wilhelm Maybach (9 août 1846 - 20 décembre 1929) travailla longtemps avec Gottlieb Daimler et participa au développement de tous les premiers moteurs Daimler. Après un différend avec Daimler, il s'associe en 1907 avec Ferdinand von Zeppelin pour développer des moteurs de dirigeables. Tous les dirigeables Zeppelin (jusqu'au Graf von Zeppelin) seront équipés en exclusivité de moteurs Maybach. Près de 2 000 moteurs sont construits durant la Première Guerre mondiale. Le traité de Versailles interdit à la République de Weimar, l'Allemagne d'après-guerre, la fabrication de dirigeables. Maybach se tourne vers l'automobile, sous la dénomination de Maybach Motorenbau et présente son premier modèle W1 dès 1921, puis la W3 à moteur 6 cylindres (1922), toutes fabriquées à Friedrichshafen près du lac de Constance. Rapidement, la marque monte en gamme avec la W5, puis en 1928 sont lancés les premiers modèles de très grand luxe Zeppelin, avec moteur V12.

 

1930 Maybach Zeppelin DS8

 

Karl Maybach, fils du fondateur, qui secondait son père depuis plusieurs années reprend le flambeau à sa mort en 1929. Il lance des modèles 6 cylindres de la série SW en 1936. La production se poursuit jusqu'en 1941 pour atteindre 1 800 exemplaires au total (dont près de 200 "Zeppelin"). Durant la Seconde Guerre mondiale, Maybach était le principal fournisseur de moteurs pour les chars allemands. Après le conflit, la production d’automobile est abandonnée. La firme, rebaptisée MTU Friedrichshafen, et rachetée en 1960 par le groupe Daimler-Benz, produit alors essentiellement des modèles hors-séries, construits à la main, sur la base de Mercedes W 108 ou W 116 qui conservent cependant le badge à l’Etoile.

 

2002 Maybach 62

 

En mars 2002, au Salon de Genève, DaimlerChrysler lève partiellement le voile sur la limousine avant de le faire définitivement au Mondial de Paris à l’automne. Produite en Allemagne, à Sindelfingen, la Maybach est disponible en version ‘courte’ « 57 » avec tout de même 5.73 m de longueur, tandis que la version « 62 » à 6.16 m est plus réservée aux propriétaires disposant d’un chauffeur. Chaque Maybach est unique, les possibilités d’équipement étant infinies. Ainsi, en option, le toit en verre à cristaux liquides peut s’obscurcir à la demande et pour 180 000 €, vous êtes à l’abri des balles. Sur la « 62 », les passagers disposent de sièges individuels avec repose-pieds. Idéal pour regarder la télévision sur deux écrans plats.

 

2002 Maybach 62

 

La Maybach, construite sur mesure et bénéficiant d’une assistance permanente d’un PLM (Personal Liaison Manager), offre un confort absolu et des performances d’exception à un prix évidemment pharaonique (de 375 000 à 435 000 €). Sous le capot, le V12 de 5.5 l biturbo développe quelque 550 ch et affiche un couple phénoménal de 900 Nm. La limousine est dotée d’une suspension pneumatique à gestion électronique et d’un nouveau système de freinage électro-hydraulique. 

 

2005 Maybach 57 S

 

En 2005, la gamme est enrichie avec la 57 S (S pour Spezial), qui reçoit, sous l’immense capot une version musclée du V12 6.0 turbo de 612 chevaux préparée par AMG. Extérieurement, deux teintes sont au choix : noir ou argent. Ce nouveau vaisseau amiral se distingue par une face avant légèrement retouchée au niveau des phares, la jupe arrière redessinée avec une double sortie d’échappement et des jantes de 20 pouces. La 62 S ne sera disponible que l'année suivante.

 

2007 Maybach 62 S
2005 Maybach Exelero

 

En mai 2005, à Berlin, est présenté le concept-car Exelero mesurant près de 6 mètres de long avec une largeur de 2.14 m. Cette supercar, dont le développement a coûté 8 millions de dollars, a été faite à la demande du manufacturier Fulda, qui voulait une voiture exceptionnelle pour lancer sa nouvelle gamme de pneumatiques hautes performances. Le V12 biturbo de 700 ch propulse l’engin de 2.7 tonnes à 351,45 km/h. Cette vitesse de pointe a été établie sur l’anneau à haute vitesse du circuit de Nardo, en Italie, obtenant ainsi le record du monde de vitesse pour une limousine chaussée de pneu de série. 

 

 

Equipée de jantes signées Ronal et pneus en 23 pouces, l’Exelero repose sur une plate-forme technique de Maybach 57. La réalisation est signée Stola, un petit carrossier italien bien connu pour ses concept-cars et son travail sur les prototypes roulants. Pour Maybach, c’est aussi un retour aux sources car le constructeur germanique avait construit un prototype en 1939 qui disposait d’un 6-cylindres de 140 ch et affichait un remarquable Cx pour l’époque de 0.25. Concept-car unique, l’Exelero, n’est pas entré en production mais sert d’ambassadrice aux marques Maybach et Fulda à travers le monde.

 

 

Réponses à Volkswagen pour sa reprise de Bentley et BMW pour Rolls-Royce, les Maybach de Mercedes sont encore plus exclusives comme le Landaulet (mi- limousine pour le chauffeur, mi-décapotable pour les passagers) lancé en 2008, basé sur la 62 S et coûtant un peu plus d’un million d’euros.

 

 

En avril 2010, les Maybach sont subtilement restylées au niveau des boucliers, des optiques (feux de jour à diodes) et calandre. Néanmoins, le groupe Daimler annonce fin 2011 la fin de la production des deux modèles existants dans le courant de l'année 2013. Bien que gagnant de l'argent sur chaque voiture produite, le groupe reconnaît ainsi que la marque Maybach n'a pu s'imposer face à Bentley et Rolls-Royce. Loin du millier d’exemplaires, que Mercedes, la maison mère, souhaitait écouler par an, la limousine n’a été produite qu’à 2 700 depuis sa commercialisation en 2002. En Novembre 2014, Daimler annonce cependant le retour de Maybach avec la marque Mercedes-Maybach et une version ultra luxueuse de la Mercedes Classe-S, sous le nom de Mercedes-Maybach S600.

 

2010 Maybach 62