Matra Rancho (1977-1983)

 

Publié par Philippe Baron, le 10 octobre 2016.

 

Appliquant la « recette du pain perdu » à l’automobile, Philippe Guédon réalise pour Matra un concept baroudeur inédit dans les années 1970. L’étude et la fabrication de la Rancho battent tous les records d’économie. Basée sur la version utilitaire de la Simca 1100, ce véhicule polyvalent préfigure les futurs crossovers adaptés pour circuler en milieu urbain et se libérer hors des sentiers battus.

                           

 

Les ventes de véhicules sportifs sont touchées de plein fouet lorsque survient la première crise pétrolière de 1973. La situation est d’autant plus inquiétante pour Matra dont le catalogue ne propose que la Bagheera. En fin observateur, Philippe Guédon, directeur de la branche auto, note le succès du Range Rover dont l’image suscite l’évasion et la nouvelle tendance « verte ». Il imagine un véhicule qui permettra de rouler en "tous chemins" en emportant un maximum d'objets destinés à la famille et aux loisirs. Il fait part de ses réflexions au PDG, Jean-Luc Lagardère, qui, perplexe, ne validera son projet qu’à la condition que celui ne lui coûte presque rien.

 

Photo du site : http://hd.fatboy.free.fr

 

Pour réaliser la Rancho, Philippe Guédon puise la majorité des éléments mécaniques dans la banque d’organes du partenaire Simca-Chrysler. La plate- forme allongée du pick-up Simca 1100 VF2 sert de structure de base. Pour cette raison, elle ne pourra prétendre aux quatre roues motrices. La boîte provient de la Simca 1307, le moteur est celui de la Simca-Chrysler 1308, un 4-cylindres en ligne de 1 442 cm3 développant 80 ch et revendiquant la performance de 145 km/h. La Simca 1100 TI fournit ses freins, son volant et sa planche de bord. L’équipe des stylistes menée par Antoine Volanis réussit à donner à la Rancho, sa propre personnalité avec ce module arrière très lumineux et vaste grâce à un pavillon surélevé et un hayon en deux parties. Les utilitaires Simca 1100 sortaient incomplets de l'usine de Poissy pour être acheminés  et assemblés à l'usine Matra de Romorantin.

 

Crédit Photo : Sprinteur

 

Présentée en mars 1977 au Salon de Genève, la Rancho reçoit la sympathie de la presse et un succès fulgurant auprès du public pendant ses trois premières années de production. L’effet de mode passé, la Rancho doit essuyer des reproches et des imperfections qu’elle ne peut ni ignorer ni améliorer. Son moteur est anémique. Elle n’est pas un vrai 4 X 4, seules ses roues avant sont motrices, leur capacité de franchissement est ainsi réduite sinon inexistante. Peugeot, qui digère difficilement l’absorption de Simca, n’a pas les moyens d’investir pour faire évoluer un produit qu’il trouve marginal. Après 56 457 exemplaires, la Rancho cesse d’exister en 1983. Philippe Guédon pour Matra ne désarme pas avec un rapprochement avec Renault pour un nouveau projet et un nouveau concept : l’Espace.



Longueur : 4.13 m – Largeur : 1.66 m - Hauteur : 1.73 m – Poids : 1 129 kg -

 

En 1978, Leonid Brejnev, président de l’Union Soviétique et grand amateur de voitures, était en voyage officiel en France. Lorsque l’Elysée voulut lui offrir une superbe Rancho verte, le russe invoqua que le vert portait malheur en Russie et suggéra le bleu. Or, cette couleur n’existait pas dans le nuancier de la Rancho. Le lendemain, la Rancho fraichement repeinte en bleu se présenta.