Lancia Flaminia (1957-1970)

1963 Lancia Flaminia Berlina

 

Publié par Philippe Baron le 6 mars 2016.

 

La grande berline haut de gamme, Flaminia, lancée en 1957, représente le symbole de l'automobile italienne de luxe et de représentation de la production Lancia d'après-guerre. Elle vise une clientèle très aisée à travers une technologie avancée. Déclinée en coupé, en GT et en cabriolet, elle donne naissance à des dérivés sportifs, les Flaminia Sport et Super Sport, qui, phénomène peu courant, auront plus de succès que la berline.

 

 

Héritière désignée de l’Aurelia, la Flaminia fait ses débuts en public au Salon de Turin 1957 sous forme de prototype. Dans son étude, l’ingénieur Fessia reprend le moteur 6-cylindres  de 2 458 cm3  et 102 ch de l’Aurelia et adopte pour la suspension avant : ressorts hélicoïdaux, barre stabilisatrice et parallélogrammes transversaux et, à l’arrière, un essieu De Dion portant l’embrayage et la boîte-pont avec tambours de frein accolés au différentiel.

 

1962 Lancia Flaminia Berlina

 

La carrosserie reprend les lignes de la Florida que Pinin Farina a construite sur la plate-forme de l’Aurelia et qu’il a exposée dans plusieurs salons où elle a rencontré un grand succès. Si cette forme, d’une part, ne respecte pas la mode du moment sous l’influence du style américain, de l’autre, elle ne peut s’empêcher d’afficher des amorces d’ailerons arrière et une certaine quantité d’ornements chromés. Plus significatif est la disparition de l’écusson de calandre qui a distingué les Lancia pendant des années, mais cette suppression a aussi pour but de souligner un choix esthétique privé de tout lien avec les modèles du passé.

 

1963 Lancia Flaminia 3B Coupe

 

Les intérieurs, très luxueusement traités et riches d’équipements, offrent une habitabilité optimale pour que six personnes puissent voyager confortablement et font de la Flaminia un des modèles de prestige le plus vendu. La production totale jusqu’en 1961 s’élève à 2 695 exemplaires. Pinin Farina réalise en 1961 quatre exemplaires d’une version spéciale sur plate-forme allongée et en version totalement décapotable destinée à la Présidence de la République italienne, voitures qui sont encore utilisées au début du XXIe siècle.

 

1959 Lancia Flaminia GT

 

En 1962, la deuxième série introduit certaines modifications mécaniques comme un arbre de transmission sans palier central et un moteur dont la puissance portée à 110 ch à 5 200 tr/mn confère à la voiture une vitesse de 167 km/h. Les retouches esthétiques sont en revanche limitées : ajout d’un feu de recul et nouvelle planche de bord. Cette version est produite à 649 exemplaires. La dernière série, présentée au Salon de Francfort 1963, offre sous des carrosseries identiques un nouveau moteur de 2 775 cm3 de 129 ch. Cette série 3 restera inchangée jusqu’en 1970, année de l’abandon du modèle produit depuis 1957 à 3 943 exemplaires.

 

1963 Lancia Flaminia GT 3C

 

La Flaminia Coupé, présentée au Salon de Turin 1958, reprend les lignes générales de la berline sur empattement raccourci de 120 mm. La longueur passe de 4.85 m à 4.68 m, la largeur d’1.75 m à 1.74 m. La puissance du moteur est portée à 119 ch par augmentation du rapport volumétrique et la vitesse atteint 170 km/h. Pour la première fois sur une Lancia, le freinage est assuré par quatre disques. A l’automne 1962, apparaît la version 3B dotée d’un carburateur Solex triple corps qui élève la puissance à 128 ch à 5 600 tr/mn. En 1963, le coupé adopte le moteur 2.8 litres de la berline. La production du modèle cesse en 1967 avec 5 226 exemplaires construits.

 

Photo : Autodrome

 

Au Salon de Turin 1958 est également présentée par Lancia et Touring une version GT (Gran Turismo) de la Flaminia. Construite sur un empattement réduit de 2 870 à 2 520 cm, elle est une réalisation typique Superleggera de Touring avec une carcasse de petits tubes d’acier habillée d’aluminium. L’habitacle est très lumineux grâce à une vaste lunette arrière. L’instrumentation est identique à celle de la berline, mais le volant est à trois branches et jante en bois. L’élégante sellerie en cuir se distingue par le dessin des dossiers à trois larges côtes dits « en trèfle ». Le moteur est le même V6 à 60° de 119 ch à 5 100 tr/mn qui propulse la GT à 180 km/h.

 

Lancia Flaminia Cabriolet Touring et Marcello Mastroianni

 

En janvier 1962, apparaît la version 3C, extérieurement identique, mais dotée de trois carburateurs, d’une puissance de 140 ch à 5 800 tr/mn qui lui permet de dépasser les 190 km/h. A l’automne, la 3C GTL, grâce à son empattement porté à 2 600 mm, permet de créer deux petites places d’appoint. A la fin de l’année 1963, les GT et GTL reçoivent le nouveau moteur de 2 775 cm3. La production arrêtée en 1965 est actée à 2 016 exemplaires.

 

 

En 1960, Touring réalise la version décapotable avec un toit rigide amovible optionnel qui la rend pratiquement identique au coupé. Elle possède la même mécanique et bénéficie des améliorations apportées au coupé. Elle sera produite à 667 exemplaires jusqu’en 1964.

 

Photos : Mitchell Motors