Lancia 2000 (1971-1974)

Présentée à Venise au printemps 1971, la Lancia 2000, malgré sa courte carrière, est une voiture qui marqua l’histoire du constructeur. En plus d’être la seule à ne pas avoir été baptisée par un nom, mais par un nombre faisant référence à sa cylindrée, la 2000 a surtout été la dernière Lancia à avoir été pensée et développée par le bureau d’études, avant le rachat du fabricant turinois par Fiat. (Article & Photos)

Lancia Appia (1953-1963)

La Lancia Appia est présentée au Salon de Turin d'avril 1953. Un peu à la grande surprise des observateurs, aucun carrossier n'utilise la base mécanique de la Lancia Appia pour la création de modèle "hors-série". Ce n’est qu’à la fin de l’été 1955, lors du lancement de la deuxième série, que Lancia se résout à confier un petit lot de châssis modifiés à des carrossiers triés sur le volet. (Article & Photos)

Lancia Aprilia (1937-1949)

Au milieu des années 30, Lancia retrouve avec l’Augusta les fastes et la reconnaissance de ses productions qu'il avait conquis au niveau international avec la Lancia Lambda. Cependant, Vincenzo Lancia, le fondateur de la firme, ne compte pas se reposer sur ses lauriers et met en chantier un projet plus ambitieux, celui d’une voiture encore plus révolutionnaire et anti-conventionnelle qui marquera son époque : l’Aprilia. (Article & Photos)

Lancia Astura (1931-1939)

En 1931, Lancia propose l’Astura, du nom d’un château historique situé près de Nettuno. Sa renommée mondiale doit beaucoup aux carrossiers indépendants. L’Astura est en effet destinée à une clientèle privilégiée qui ne pourrait se satisfaire d’un modèle de série et qui exige que l’automobile reflète la personnalité de son propriétaire. (Article & Photos)

Lancia Augusta (1933-1936)

A Paris en 1932, la Lancia Augusta reçoit toute l’attention de la presse spécialisée car sa conception dépasse de loin les standards de l’époque. Elle est en effet la première conduite intérieure du monde dotée d’une caisse monocoque, c’est-à-dire que sa carrosserie est entièrement soudée avec un châssis plate-forme en acier. Elle est aussi assemblée en France mais sous le nom de Belna. (Article & Photos)

Lancia Aurelia B20 GT (1951-1958)

Considérée comme la première GT de l’histoire, la Lancia Aurelia B20 GT fait craquer de nombreuses stars du cinéma au début des années 50. Hergé invite l’exubérant Signor Cartofolli à son volant dans Tintin et l’Affaire Tournesol. En 1951, une Aurelia B20 GT entre dans la légende en participant in extremis aux 24 Heures du Mans et en remportant la victoire dans sa classe.  (Article & Photos)

Lancia Aurelia B24 Spider / B24 Convertible (1955-1958)

Après la réussite de son coupé sportif Aurelia B20, Lancia compte profiter de son succès en présentant une version spider dont raffolent les riches Américains. Exploitant la technique sophistiquée du coupé, cette voiture ouverte bénéficiera du talent de Pinin Farina qui réalisera l’une de ses créations stylistiques les plus séduisantes et des plus admirées. (Article, Photos & Vidéo)

Lancia Aurelia B52 PF200 (1952-1955)

L’influence de l’aéronautique sur le style automobile s’installe aux Etats-Unis dès le début des années 1950 et ne tarde pas à traverser l’Atlantique. Au Salon de Turin de 1952, Pininfarina s’empare de ce phénomène de mode en présentant un concept-car bâti sur le châssis d’une Lancia Aurélia et dont la calandre circulaire entourée de chrome rappelle le jet F86 Sabre. (Article & Photos)

Lancia Aurelia B56 Florida (1955)

La Lancia Aurelia présentée pour la première fois en 1950 était l’une des automobiles les plus innovatrices de son temps. À côté de la version standard, des châssis longs ont été produits et confiés à de célèbres carrossiers italiens pour réaliser des modèles exclusifs dont la "Florida" de Pinin Farina en 1955. (Article & Photos)

Lancia Belna Cabriolet (1934-1937)

De 1934 à 1937, sous le nom de Belna, la Lancia Augusta fut fabriquée en France, dans une usine construite et équipée par l'outillage Lancia à Bonneuil-sur-Marne près de Paris. Sur un terrain de deux hectares, Lancia France Automobiles fabriquait pour le marché français les voitures Lancia pour ne plus importer celles produites en Italie en raison des droits de douane prohibitifs. (Article & Photos)

Lancia Beta (1972-1984)

Au Salon de Turin 1972, Lancia présente la berline Beta, premier nouveau modèle produit après le passage de la firme sous le contrôle du groupe Fiat, et qui s'inscrit dans la tradition Lancia consistant à développer toute une gamme de modèles sportifs à partir d'une berline. La famille Beta, d’une richesse exceptionnelle, se composera d’une berline, d’un coupé, d’un spider, de la HPE et de la célèbre Montecarlo de Pininfarina. (Article & Photos)

Lancia Beta Montecarlo (1975-1981)

A partir de 1970, Fiat développe conjointement les projets X 1/9 et X 1/8 destinés à remplacer le spider 850 et la 124 Sport. Pininfarina se voit confier l’intégralité de la conception de la X 1/8. Le voile est enfin levé à Genève en 1975 chez Lancia.  Rattachée à la gamme Beta, elle est baptisée Montecarlo pour célébrer la victoire de la Stratos au rallye de Monte-Carlo. (Article, Photos & Vidéo)

Lancia Delta (1979-2000)

Dessinée par Giorgetto Giugiaro, la Lancia Delta fait sensation lors de sa présentation officielle au Salon de Francfort 1979. Elle plaît au public et à la critique au point de remporter en 1980 le titre prestigieux de ‘Voiture de l’année’ décerné par 52 journalistes spécialisés européens. La Delta permet la relance de Lancia en termes de vente et d’image au début des années 1980 mais aussi de signer des résultats époustouflants en compétition. (Article & Photos)

Lancia Flaminia (1957-1970)

La grande berline haut de gamme, Flaminia, lancée en 1957, représente le symbole de l'automobile italienne de luxe et de représentation de la production Lancia d'après-guerre. Elle vise une clientèle très aisée à travers une technologie avancée. Déclinée en coupé, en GT et en cabriolet, elle donne naissance à des dérivés sportifs, les Flaminia Sport et Super Sport, qui, phénomène peu courant, auront plus de succès que la berline. (Article & Photos)

Lancia Flaminia Sport (1959-1963)

Au Salon de Turin 1958, Lancia introduit une prestigieuse machine sportive dérivée de la Flaminia : la Sport. Elle débute simultanément avec la Flaminia Coupé de Pinin Farina et la GT de Touring. Comparativement à ces deux dernières, l’interprétation par Zagato est plus sportive. La carrosserie est plus arrondie, notamment la partie arrière, et le toit présente le typique double bulbe maison. (Article & Photos)

Lancia Flaminia Super Sport Zagato (1964-67)

Dans les années 60, Lancia faisait partie de l’aristocratie automobile. Avec un superbe concentré de design et d’ingénierie, la marque italienne produisait peu de voitures mais offrait un large choix de carrosseries et de finitions, exécutées par des renommés carrossiers. La Lancia Zagato coupé SuperSport est l'un de ces modèles les plus rares et recherchés. Elle coûtait trois fois le prix d'une DS, et plus chère qu'une Jaguar ou qu'une Mercedes. (Article & Photos)

Lancia Flavia Sport (1962-1967)

La version la plus sportive de la Lancia Flavia sortie en 1960 est réalisée par Zagato qui présente au Salon de Genève 1962 un prototype, exposé de nouveau mais cette fois sous une forme définitive au Salon de Turin le 31 octobre de la même année. Ce modèle est chargé de remplacer la Lancia Appia Sport sur les chaînes de production de la nouvelle usine de Terrazzano di Rho. (Article & Photos)

Lancia Fulvia (1963-1972)

Petite berline de luxe, la Lancia Fulvia est dévoilée au Salon de Genève en mars 1963. Classique, sobre mais moderne, sa carrosserie signée Piero Castagnero présente des formes carrées aux angles arrondies très en vogue au début des années soixante. Elle gagne en personnalité grâce à sa calandre trapézoïdale et à ses projecteurs doubles. Avec la Fulvia, Lancia continue sur la voie de la traction avant tracée par la Flavia trois ans plus tôt. (Article & Photos)

Lancia Fulvia Coupé (1965-1976)

En 1965, Lancia présente le Coupé Fulvia qui le pousse à revenir officiellement à la compétition en choisissant le monde du rallye. Il sera continuellement retouché tant sur le plan esthétique que mécanique et marquera son époque grâce aux innombrables victoires obtenues. Rien qu’en 1972, il remporta les Rallyes de Monte-Carlo, du Maroc et de San Remo ainsi que le Championnat du Monde des marques en rallye. (Article & Photos)

Lancia Gamma (1976-1984)

En 1976, au Salon de Genève, Lancia présente la Gamma Coupé et la Gamma Berline. Le nom Gamma provient bien évidemment de l’alphabet grec selon l’antique tradition Lancia mais il est également repris d’un modèle des années 1900. Avec ces deux modèles signés Pininfarina, Lancia a l’intention de célébrer les 70 ans écoulés depuis sa fondation. (Article & Photos)

Lancia Lambda (1923-1931)

Au cours d’une croisière en mer, Vincenzo Lancia prend conscience que la structure du navire intègre l’équivalent du châssis (la quille) et de la carrosserie (la coque). L’idée lui vient alors d’appliquer ce principe avec quatre roues. En 1921, après l’étude d’un concept, le projet commence à prendre forme. Le nom donné à la voiture, Lambda, suit la tradition ‘helléniste’ de la firme. (Article & Photos)

Lancia Prisma (1982-1989)

 

Produite à 387 000 unités en six ans, la Lancia Prisma emprunte sa plate-forme à la Delta et propose trois motorisations lors de son lancement en décembre 1982 : 1300 (78 ch – 160 km/h), 1500 (85 ch – 165 km/h) et 1600 (105 ch – 178 km/h). En juin 1984, elle est la première Lancia mue par un moteur diesel, celui de la Fiat Regata (1 929 cm3 – 65 ch – 158 km/h) suralimenté en mai 1985 sur la Turbo ds (80 ch – 170 km/h). Lors du restyling d’avril 1986, la 1.6ie est dotée d’une injection électronique indirecte (108 ch) puis arrivée d'une Prisma 2.0 4WD qui deviendra Prisma Integrale au Salon de Francfort 1987. La Prisma s’efface en mars 1989, remplacée par la Dedra développée sur la plate-forme de la Fiat Tipo.

 

Lancia Stratos (1973-1976)

Véritable phénomène, la Lancia Stratos va triompher dès 1973 sur tous les terrains, des poussiéreuses pistes africaines aux glaces des rallyes du nord de l’Europe. Conçue pour la compétition, la Stratos est une voiture unique en son genre, d’une remarquable polyvalence, d’un concentré de puissance et d’un style qui fait école. (Article & Photos)

Lancia Thema (1984-1994)

Dévoilée en 1984, la Lancia Delta se présente comme une élégante berline de catégorie supérieure dont le sommet de la gamme est assuré par un modèle hors du commun, la 8.32, mûe par un V8 Ferrari de 3.0 l. Avec cette inattendue « Lancia Ferrari », le luxe atteint son paroxysme. Classique mais très sophistiquée, elle présente d’insolites appuis-tête arrière qui s’effacent lorsque le conducteur effectue une manœuvre de marche arrière. (Article & Photos)

Lancia Theta (1913-1918)

Au Salon de Londres de l’automne 1913, Lancia lance la 35 HP Theta, qui présente plusieurs avancées techniques. Universellement reconnue, comme le chef d’œuvre d’une nouvelle génération d’automobiles, la Lancia Theta par sa technique influencera immédiatement celle des autres grandes firmes européennes. (Article & Photos)

Lancia / Autobianchi Y10 (1985-1995)

L'Y10 au style très tendance au début des années 1990 est vendue lors de sa commercialisation en 1985 sous la marque Lancia en Europe du Nord et sous la marque Autobianchi en France et en Italie. Fin 1989, Autobianchi est abandonnée en France. L'Y10 devient donc officiellement une Lancia. En Italie, l'Y10 resta commercialisée sous la marque Autobianchi jusqu'à la fin de sa production en 1995. (Article & Photos)