Lotus Elite (1958-1963)

1959 Lotus Elite - Photos Silverstone Auctions

 

Publié par Philippe Baron le 6 janvier 2014.

 

L’histoire de Colin Chapman et de sa marque Lotus est l’un des plus beaux chapitres du livre de photos et de légendes du miracle économique. Son écurie de Formule 1 devait le rendre célèbre, sa production de voitures de sport faire sa fortune. L’Elite est la première Lotus à vocation routière, une GT à usage quotidien mais aussi et surtout sportif.


 

 

Colin Chapman avait construit sa première voiture lorsqu’il était encore étudiant en 1948, alors qu’il était âgé de 19 ans. Et, tandis qu’il gagnait son argent dans un premier emploi d’ingénieur, il commençait peu à peu à constituer son indépendance. Sous le nom de marque de Lotus, il produisait et vendait des kitcars, petites voitures livrées en kit et qui devaient être montées par le client lui-même.


 

L’Elite ou Type 14 fut la première Lotus à toit rigide. Chapman la présenta lors du London Motor Show de 1959. Dessinée par Peter Kirwann-Taylor, avec le concours de l’aérodynamicien Frank Costin (futur créateur de Cosworth après son association avec Keith Duckworth), l’Elite est fluide, basse, dotée d’un empattement généreux et d’un arrière tronqué. Le public et le monde spécialisé furent parallèlement impressionnés par cette construction pleine de race. La seule exception que connut l’Elite au début des années soixante ne découlait pas des caractéristiques de construction, mais de son prix : en 1963, la version de 95 ch coûtait aussi cher qu’une berline de luxe !


 

Pour cette respectable somme d’argent, l’Elite, longue de 3.06 m seulement et ne pesant que 670 kilos, dévoilait manifestement une super technique à l’état pur : freins à disque sur les quatre roues, suspension indépendante (triangle avant à jambes élastiques, barre longitudinale arrière à jambes élastiques) et une carrosserie en matière plastique à deux places fermement fixée au châssis tubulaire.


 

Cette voiture incroyablement maniable offrait des performances qui étaient tout simplement sensationnelles à l’époque. La transmission se faisait sur les roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte à 4 rapports d’origine MG. Le quatre-cylindres de 1.2 litre seulement, qui provenait curieusement de chez Coventry Climax, firme réputée pour ses chariots élévateurs et moteurs industriels, délivrait entre 75 et 95 ch selon les carburateurs, et la version la plus puissante permettait à l’Elite de rouler à 185 km/h et d’accélérer en dix secondes de 0 à 100 km/h.


 

Jusqu’en 1963, Lotus put immatriculer 1 030 exemplaires de l’Elite. Durant sa carrière sportive, l’Elite s’est couverte de gloire notamment aux 24 Heures du Mans. En 1962, la n°44 s’est classée 8ème à la distance, en couvrant 3 847,066 km à la moyenne de 160, 295 km/h, s’adjugeant le classement à l’indice énergétique, mettant en valeur la consommation et la moyenne réalisées. L’Elite fut menée par de grands champions. Jim Clark, le plus célèbre, obtint à son volant neuf succès entre 1958 et 1963.