Jaguar MK X & 420 G (1961-1970)

1964 Jaguar Mark X - Photos : Goodman Reed Motorcars

 

Publié par Philippe Baron le 10 mars 2015.

 

En 1961, Jaguar, qui vient tout juste de lancer la E-Type, l’icône de la voiture de sport de la décennie, crée à nouveau la surprise en remplaçant quelques mois plus tard la classique Mark IX par une limousine de très haut de gamme aux lignes modernes en totale rupture avec la précédente. Prenant logiquement le nom de Mark X (Mark Ten), cette luxueuse voiture est la plus grande Jaguar jamais produite.

 

 

La ligne basse et aérodynamique indique la tendance stylistique à venir chez le félin, à l’instar des quatre phares encadrant la calandre, nouveau trait caractéristique de la marque de Coventry. A l’intérieur, Jaguar ne cache pas ses intentions de plaire à une clientèle aisée et raffinée. Que du luxe, cuir et bois précieux, du vinyle parfois, non pas pour des raisons de coût, mais, parce qu’à cette époque, ce matériau est à la mode. Bien que destinée à séduire le marché américain, Jaguar compte aussi sur sa Mark X pour concurrencer sur son territoire les Rolls–Royce vendues trois fois plus chères.

 

 

La carrosserie de la gigantesque Jaguar de 5,10 m est autoportante et ses quatre roues sont indépendantes. Son train arrière est repris à la E-type. Il est entièrement démontable d’un bloc, avec disques de freins in-board. Le moteur 3.8 l provient également de la E-type. Avec ses 265 ch, la limousine se retrouve propulsée à une vitesse maximale de 194 km/h. Une performance à l’époque pour une voiture de deux tonnes alors qu’une DS peinait à atteindre les 150 km/h. Le comportement lui aussi impressionne : stable, équilibrée et précise, la voiture ne souffre pas des mouvements de caisse que l’on peut attendre d’une limousine de son gabarit. 

 

1964 Jaguar Mark X - Photos : RM Auctions

 

A partir de 1964, le 6-cylindres en ligne passe à 4.2 l puis en octobre 1966, à l’occasion du London Motor Show, un très léger restylage lui fait changer de nom : elle devient la Jaguar 420G. Elle se différencie par une baguette chromée venant lui souligner les flancs et une calandre plus grande, ornée d’une barre verticale qui la scinde en deux. Au même moment la S-Type est restylée avec une face avant rappelant la Mk X et devient la Jaguar 420, ce qui porte un peu à confusion.

 

Jaguar 420G 1967

 

Malgré son esthétisme, son équipement luxueux  et ses qualités routières d’exception, la MK X/420G ne parviendra pas à rencontrer la clientèle ciblée. Aux USA, les voitures sont encore plus démesurées et les muscle-cars sont au sommet de leur gloire avec des prix plus raisonnables. En Europe, à l’inverse, elle est jugée trop longue. Jaguar pensait séduire des diplomates, des chefs d’état, des vedettes de cinéma ou les nouvelles stars du rock mais la Jet Set a continué de privilégier le glamour des Rolls-Royce Silver Shadow. Un total de 24 282 exemplaires aura été produit dont 13 382 MK X 3.8, 5 137 MK X 4.2 et 5 763 modèles 420G.

 

1966 Jaguar 420 G
1968 Jaguar 420G - Photos : Classix.se