Jaguar MK II, 240/340 (1959-1969)

 

Publié par Philippe Baron le 17 mai 2015.

 

En 1957, alors que Jaguar est à son apogée après cinq succès aux 24 Heures du Mans, l’idée de greffer le moteur XK sous le capot d’une berline voit le jour à Coventry. La Mk II est dévoilée au Salon de Londres, en octobre 1959 et commercialisée l’année suivante. Les Anglais, qui viennent d’inaugurer le premier tronçon de la M1, la surnomment la reine des bandes d’asphaltes à six voies.  

 

1961 Jaguar Mark II - Photos : Barrett-Jackson

 

Héritant de solutions éprouvées en compétition (carrosserie monocoque, quatre freins à disque), la Mk 2 se distingue par la pureté de ses lignes et son impression de fluidité. Réussite esthétique indéniable, la Mk II est tout aussi séduisante à l’intérieur. Son habitacle est généreux et d’une finition irréprochable dotée des meilleurs fleurons de la tradition britannique : noyer verni, cuir Connolly, moquette épaisse.  

 

 

Animée par l’ultime évolution du 6-cylindres XK de 3,8 litres développant en version "civile" 220 ch, la Mk 2 est aussi une vraie sportive. En dépit d’un poids frisant les 1 400 kg, elle s’offre un 201 km/h "chrono" en pointe et abat le 0 à 100 km/h en 8”6. Bien peu de sportives pures et dures sont capables de tels exploits en 1960. Ces performances exceptionnelles sont aussi parfaitement exploitables grâce à un comportement très sain et un freinage des plus efficaces. Cette sportive déguisée en berline de luxe fit longtemps référence dans sa catégorie. 

 

1964 Jaguar Mk2 3.8-Litre Saloon - Photos : Bonhams
1960 Jaguar Mark II
1963 Jaguar Mk2 3.8-Litre Sports Saloon - Photos : Bonhams

 

En septembre 1967, lorsque les ventes commencent à s’essouffler, Jaguar prolonge l’existence des MkII en les rebadgant 240 et 340. Ces deux modèles vont assurer l’intérim jusqu’à l’introduction de la XJ6 un an plus tard. Le restylage extérieur est très minime. Seuls les pare-chocs sont modifiés. Ils sont empruntés à la Type S. Par contre, les phares antibrouillard sont maintenant en option. Pour rendre ces modèles ‘relais’ plus économiques et attractifs, à l’intérieur, le cuir Connolly passe dans la liste des options. Il est remplacé par un garnissage d’ambla, une sorte de skaï lisse, censé imiter la peau. La 240 prend le relais de la Mark 2 de 2.4 litres, la 340 de la Mark 2 de 3.4 litres tandis que la Mark 2 de 3.8 litres est retirée de la gamme. La 240 voit sa puissance passer à 133 ch grâce au montage de la culasse Straight Port. La Jaguar 240 sera produite jusqu’en avril 1969 et la Jaguar 340 jusqu’en septembre 1968. 

 

 

En dix ans de carrière, la légendaire génération Mk2 aura connu une production totale, tous modèles confondus et en incorporant les dérivés Daimler, de 110 967 exemplaires, un nombre remarquable compte tenu du niveau de gamme de ces voitures et de leur prix : Jaguar Mk2 3.8 1959-1967, 30 070 exemplaires, Mk2 3.4 1959-1967, 28 660 exemplaires, Mk2 2.4 1959-1967, 2 483 exemplaires, 340 1967-1968, 2 788 exemplaires, 240 1967-1969, 4 446 exemplaires, Daimler V8/250 1962-1969, 17 620 exemplaires, Daimler S-Type 3.4 1963-1968, 9 830 exemplaires et S-Type 3.8 1963-1968, 15 070 exemplaires.

 

1961 Jaguar Mk II 3.8 Litre - Photos : Marc Vorgers
1964 Jaguar Mk II 3.4 litre - Photos : Marc Vorgers
1960 Jaguar Mk II 3.8 Litre - Photos : Marc Vorgers
1966 Jaguar Mk II 3.8 litre Primrose Yellow - Photos : Marc Vorgers
1963 Jaguar Mk II 3.8 Litre - Photos : Marc Vorgers
1965 Jaguar Mk II 3.8 Litre - Photos : Marc Vorgers
1964 Jaguar Mk II 3.8 Litre - Photos : Marc Vorgers
1967 Jaguar Mk II 3.4 Litre - Photos : Marc Vorgers
1963 Jaguar MKII 3.8 Saloon - Photos : Bonhams