Jaguar 420 (1966-1968)

En 1966, Jaguar présente au Salon de Genève la ‘420’, qui est une déclinaison supérieure de la S-Type, elle-même variante luxueuse de la berline phare de Jaguar, la Mark 2. Esthétiquement, la 420 reprend l'allure générale de la plus grande routière Mark X. Techniquement, son 6-cylindres en ligne de 4,2 litres développe pas moins de 245 ch et une vitesse de 200 km/h en pointe. (Article & Photos)

Jaguar FT Bertone 420 Coupe (1966)

En 1966, Jaguar présente au Salon de Genève la ‘420’ Saloon. Giorgio Tarchini, importateur de la marque britannique pour le Nord de l’Italie, commissionne la légendaire Carrosserie Bertone pour réaliser un rêve qui le hante : un dérivé coupé de la 420. Exclusif, il ne sera produit qu’à deux exemplaires et dessiné de main de maître par Marcello Gandini. (Article & Photos)

Jaguar MK II, 240/340 (1959-1969)

En 1957, alors que Jaguar est à son apogée après cinq succès aux 24 Heures du Mans, l’idée de greffer le moteur XK sous le capot d’une berline voit le jour à Coventry. La Mk II est dévoilée au Salon de Londres, en octobre 1959. Les Anglais, qui viennent d’inaugurer le premier tronçon de la M1, la surnomment la reine des bandes d’asphaltes à six voies. (Article & Photos)

Jaguar Mark IV (1935-1948)

En 1935, William Lyons de la marque SS (SS pour Standard Swallow) présente une berline au dessin gracieux. Les regards admiratifs se posent sur sa qualité de fabrication et de finition qui rivalise avec les standards prestigieux exhibés par ses contemporaines Rolls-Royce et Bentley. Sous le capot de ce modèle nommé Jaguar, se cache un performant 6-cylindres de 2.5 l. (Article & Photos)

Jaguar Mark V (1948-1951)

Au Salon de l’Automobile d’Earls Court 1948 à Londres, Jaguar présente aux côtés de la légendaire sportive XK une berline spacieuse lancée sous le nom de Mark V. Par son allure et sa ligne donnée par des ailes se prolongeant jusqu’aux marchepieds, elle rappelle les années 1930 mais sa technologie est des plus modernes. (Article & Photos)

Jaguar MK X & 420 G (1961-1970)

En 1961, Jaguar, qui vient tout juste de lancer la E-Type, l’icône de la voiture de sport de la décennie, crée à nouveau la surprise en remplaçant quelques mois plus tard la classique Mark IX par une limousine de très haut de gamme aux lignes modernes en totale rupture avec la précédente. Prenant logiquement le nom de Mark X (Mark Ten), cette luxueuse voiture est la plus grande Jaguar jamais produite. (Article & Photos)

Jaguar SS 100 (1936-1941)

Au début des années 30, William Lyons, dirigeant de la firme britannique SS Cars (SS pour Swallow Sidecar Company), envisage un avenir automobile plus ambitieux que celui qui consistait alors à recarrosser de modestes Austin Seven. En septembre 1935, il présente le roadster SS100 2.5l, qui comme la berline lancée au même moment, porte le nom de Jaguar et qui sera à l’origine d’une lignée prestigieuse, des XK à la XJS. (Article & Photos)

Jaguar Type C & D (1951-1957)

Les résultats flatteurs des XK120 engagées aux 24 Heures du Mans de 1950 incitent Jaguar à créer une version compétition. Contrairement à ce que son appellation laisse suggérer, cette XK120-C ou Type C n’a presque plus aucun rapport avec celle qui lui a donné naissance. La C-Type devient la reine des épreuves remportant les 24 Heures du Mans en 1951 et 1953. (Article & Photos)

Jaguar Type E Série I (1961-1967)

Lorsqu’elle apparaît en 1961, la Jaguar E fait sensation. Époustouflante, rapide, au look sensuel, la Type E devient un des symboles des swinging sixties comme les Beatles ou la mini-jupe. Couronnant l’influence de la culture britannique sur l’Europe, elle permet d’accéder à un authentique plaisir automobile pour un prix relativement peu élevé en se mettant à la portée d’un grand nombre. (Article & Photos). 

Jaguar Type E Série 2 (1968–1970)

En 1967, la législation américaine s’acharne sur la Type E. La Jaguar n'est plus homologable sur son plus important marché, les USA. C'est pourquoi, en 1968, apparaît la série II découlant de la série non officielle appelée Série 1,5. Maintenant « convenable », avec en prime l’air conditionné, la Type E Série 2 répond aux exigences antipollution et aux normes de sécurité des États-Unis. (Article & Photos)

Jaguar Type E Série 3 V12 (1971-1975)

Après une décennie à succès et deux séries, Jaguar relance la carrière de sa Type E avec un nouveau moteur pour rivaliser avec les muscle-cars en pleine vogue aux USA au début des années 1970. Sous le capot, en remplacement du 6-cylindres, se loge un V12, plus puissant, plus souple et moins polluant pour répondre à une législation américaine plus sévère. (Article & Photos)

Jaguar X-Type (2001-2009)

Première « petite » Jaguar de l’Histoire, la X-Type est en 2003 le premier véhicule de la marque britannique fondée en 1922 à recevoir un moteur diesel. Nouvelle révolution en 2004. Pour gagner encore de nouveaux clients, Jaguar propose avec la X-Type Estate son premier break. La X-Type permet ainsi au constructeur premium d’élargir pour la première fois sa gamme vers le bas. (Article & Photos)

Jaguar XJ6 - XJ12 (1968-1992)

En septembre 1968 au Salon de Londres, Jaguar dévoile sa très élégante berline haut de gamme XJ 6. Alliant modernité et classicisme, elle est aussi saluée pour son allure racée et dynamique. Cette sportive en robe de soirée offre une ambiance raffinée et des prestations routières de premier plan, tout en respectant un tarif attractif. Elle s’envole d’emblée vers le succès et connaîtra une longévité peu commune. (Article & Photos)

Jaguar XJ (X300-X308) (1994-2002) 

Comme toutes les Jaguar, la XJ et ses dérivées cultivent luxe et raffinement. En septembre 1994, la XJ40 est remplacée par la X300, qui sera la dernière des grandes Jaguar à recevoir un 6-cylindres en ligne. La X308 qui lui succède en octobre 1997 est équipée d’un V8 et s’affirme désormais comme l’un des plus savoureux hauts de gamme du marché aux côtés des Mercedes Classe S et autre BMW Série 7. (Article & Photos)

Jaguar XJ220 (1992-1994)

Suite à sa victoire aux 24 Heures du Mans 1988 et au prestige retrouvé, Jaguar se décide à rejoindre le cercle très fermé des créateurs de supercars. La marque anglaise a dans sa ligne de mire la Ferrari F40, qui règne sur les supercars à l'époque. La dénomination de cette future Jaguar est des plus claires : XJ220 pour 220 miles per hour (mph), soit près de 350 km/h ! (Article & Photos)

Jaguar XJS (1975-1996)

Très différente de la mythique Type E qu’elle remplace, la Jaguar XJ-S est décriée par les puristes de la marque lors de sa sortie en 1975. Effectivement, cette GT abandonne la tradition en faveur d’un caractère glamour qui séduit cependant les producteurs de télévision. Peu à peu, elle est acceptée sur les parkings des country-clubs. Aujourd’hui, elle est une digne représentante de son époque et très prisée par les collectionneurs. (Article & Photos)

Jaguar XK (1996-2014)

Incarnation du renouveau de Jaguar sous l’ère Ford, la XK8 doit ses lignes empreintes d’une grande élégance à l’équipe de Geoff Lawson. Evoquant la Type E des années 1960, bien équipée et dotée d’un V8 performant, la XK8, découverte au Salon de Genève en mars 1996, est commercialisée en coupé 2+2 à l’automne devançant le cabriolet au début de l’année 1997. (Article & Photos)

Jaguar XK 120 (1948-1954)

Lors de sa présentation au premier Salon de Londres de l’après-guerre en octobre 1948, la Jaguar XK 120 n’est qu’un prototype en forme de roadster destiné à tester les moteurs des futures grosses berlines de la marque. William Lyons, patron de Jaguar et créateur de ce joyau, ignore à ce moment qu’il détient là le premier maillon d’une prestigieuse lignée de voitures de sport qui va révolutionner le monde de l’automobile sportive. (Article & Photos)

Jaguar XK 140 (1954-1957)

Pour le millésime 1955, la Jaguar XK 140 succède à la XK 120. Son bel aspect dynamique et sa sculpturale beauté restent inchangés mais en prime de nombreuses améliorations pour son confort et l’agrément de sa conduite. Cette évolution visait essentiellement à embourgeoiser une voiture qui n’était à sa conception qu’une voiture de sport, rapide et puissante. (Article & Photos)

Jaguar XK 150 (1957-1961)

En mai 1957, la Jaguar XK 150 est la troisième et ultime évolution de la série XK débutée par la XK 120 en 1948 et la XK 140 en 1954. Sous une robe subtilement modernisée, la XK 150 bénéficie d’une mécanique plus sophistiquée et reste toujours une référence sur le marché des voitures de sport de la fin des années 1950 avec des chiffres de performance élogieux. (Article & Photos)