Innocenti 950 Spider / 1100 S/ C (1961-1968)

Mondialement connu depuis 1923 pour avoir breveté les tubes d’acier permettant d’édifier des échafaudages pour chantiers, Ferdinando Innocenti se lance avec succès en 1947 dans la fabrication des scooters Lambretta. En 1960, son fils Luigi, le convainc de coopérer avec une firme étrangère pour construire ses voitures en Italie. (Article & Photos)

Iso Grifo (1963-1974)

Destinée à rivaliser avec les Ferrari et les Lamborghini, l’Iso Grifo était parfaitement digne de la comparaison bien qu’elle fût équipée d’un simple V8 culbuté né Chevrolet, à l’opposé des mécaniques sophistiquées de la concurrence. Ses lignes, signées Giorgetto Giugiaro pour le compte de Bertone, constituaient l’un de ses atouts majeurs. (Article, Photos & Vidéo)

Isotta-Fraschini Tipo 8/8A/8B (1919-1931)

En août 1919, Isotta-Fraschini propose une nouvelle automobile de très haut de gamme, destinée à une très riche clientèle internationale : la Tipo 8, équipée d'un moteur à 8 cylindres en ligne, le premier du genre en production en série au monde. La Tipo 8 est reconnue immédiatement comme la voiture qui représente le luxe et l'élégance automobile. (Article, Photos & Vidéos)

Isuzu Impulse/Piazza (1981-1992)

Construite par sa filiale japonaise, Isuzu, la Piazza est une tentative de General Motors de créer au début des années 1980 une voiture de sport internationale capable de rivaliser avec les japonaises à succès de l’époque telle que la Toyota Celica et la Mazda RX-7. Dessinée par l’italien Giorgetto Giugiaro, ce coupé à 3 portes portera le nom d’Impulse aux Etats-Unis. Selon la rumeur, « Piazza », aux oreilles américaines, sonnait trop « Pizza ». (Article & Photos)

Jeep Cherokee (2008-2012)

Bien qu’il ne porte plus le nom de Cherokee depuis deux générations dans son marché d’origine où il est connu sous l’appellation Liberty, le milieu de gamme Jeep se prénomme toujours Cherokee en Europe, en référence au modèle à succès des années 1980. Jumeau du Dodge Nitro, il ne s’en distingue que par la face avant. En contrepartie, il a l’exclusivité du toit ouvrant Sky Slider.  (Article & Photos)

Jeep Dallas (1981-1998)

Inspirée par la Willys MB, la célèbre Jeep du débarquement, la Dallas a été conçue en 1981 par Jean-Claude Hrubon avec la complicité de Jean-Pierre Boivent, illustrateur de talent et dessinateur de BD à ses heures. Pour sa diffusion, Jean-Claude Hrubon fonde Dallas Automobiles à Neuilly-sur-Seine. La PME sera reprise en 1984 par Jean-François Grandin, plus connu sous le nom de Frank Alamo. (Article & Photos)

Jeep Wagoneer (1962-1991)

La Jeep Wagoneer de 1962 est à l’origine de la plus grande majorité des 4x4 actuels. Ce nouveau concept de  véhicule loisir-tout terrain permettait aux familles vivant en milieu rural d’acquérir un véhicule pour leurs activités professionnelles mais aussi pour un usage familial. Pour les citadins, le moyen idéal de s'évader à la campagne. Autrement dit,  de joindre l’utile à l’agréable. (Article, Photos & Vidéos)

Jensen 541, CV-8, Interceptor (1949-1976)

Après les très réussies 541 et CV8, Jensen propose en 1967 le modèle Interceptor FF. Performante et racée, cette GT se singularise par sa supériorité technologique. Elle est en effet équipée de quatre roues motrices, bien avant la Quattro d’Audi, et d’un système d’antiblocage des freins et ce, des années avant que Mercedes-Benz en revendique la paternité. Elle est ainsi la pionnière des voitures de sport quatre-saisons. (Article & Photos)

Jensen Healey (1972-1976)

En 1968, la marque britannique Jensen se retrouve en mauvaise posture suite à l’arrêt de l’Austin-Healey 3000. Depuis 1959, la firme de West Bromwich construisait les coques de la petite sportive pour le compte d’Austin-Healey. En 1970, lorsque Donald Healey reprend la direction de Jensen, il s’associe à l’importateur américain, Kjell Qvale pour créer conjointement une nouvelle sportive, baptisée Jensen-Healey. (Article & Photos)

Jowett Jupiter (1950-1954)

Installé dans le Yorkshire, Jowett Cars s’était lancé dans la construction automobile en 1910. En 1947, la firme britannique proposa une voiture moderne et confortable, la Javelin, dont la version sportive prit le nom de Jupiter. Ce roadster remporta le record de vitesse dans sa classe 1500 au Mans 1950. En 1951, 2 Jupiter terminèrent 1ère et 2ème de leur classe au Rallye de Monte Carlo. (Article & Photos)

Kaiser Darrin (1954)

En 1954, Howard Darrin, styliste originaire des Pays-Bas, s’associe le temps d’une voiture avec l'industriel Henry Kaiser. Outre la capote à trois positions style landau et l’intérieur plissé, la particularité de la Kaiser Darrin réside dans l’ouverture de ses portières qui coulissent dans les ailes avant. Cette caractéristique explique la longueur des ailes avant et le grand porte-à-faux arrière pour équilibrer la ligne. (Article & Photos)

Kaiser Henry J (1950-1954)

Inventeur des célèbres « Liberty Ships », Henry J. Kaiser, qui révolutionna la construction navale et qui joua un rôle majeur dans la victoire finale des Alliés contre l'Allemagne, s’attaque après-guerre à la conception d’automobiles bon marché pouvant être achetées par l’américain moyen. L’idée est de séduire des clients, alors limités aux véhicules d'occasion, avec une auto toute neuve et économique. (Article & Photos)

Kia Cee’d (2007-2011)

En 2007, Kia frappe un grand coup en proposant ce qu’aucun constructeur automobile n’avait jamais osé proposer auparavant : une garantie de sept ans. L’engagement du sud-coréen traduit ses fortes ambitions pour réussir une percée significative en Europe en s’en donnant les moyens. La Cee’d n’est en effet pas une voiture élaborée et assemblée en Corée puis importée en Europe mais un modèle conçu et fabriqué entièrement en Europe. (Article & Photos)

Kia Soul (2008-2013)

Le Kia Soul témoigne de l’évolution du genre automobile. Présenté au Salon de l'automobile de Paris en octobre 2008 et commercialisé en janvier 2009, le Soul n’appartient pas clairement à une catégorie donnée. Il se veut surtout citadin, mais sa forme cubique lui donne des allures de petit 4x4. Son nom, Soul, qui signifie âme en anglais, est en fait un lapsus du constructeur sud-coréen qui devait à l’origine lui donner le nom de la capitale de son pays : Séoul. (Article & Photos)

King Midget (1946-1970)

En 1946, les américains Claud Dry et Dale Orcutt proposent des petites voitures à un prix très bas. Ressemblant à des midgets de course, elles sont vendues en kit par correspondance par le biais de petites annonces placées dans des publications largement diffusées comme le « Popular Science » ou « Mechanix Illustrated ». Leur succès va durer près d’un quart de siècle. (Article & Photos)

Kissel 6-45 "Gold Bug" Speedster (1919-1928)

Fondée par deux frères immigrés allemands, George et Will Kissel à Hartford dans le Wisconsin, Kissel Kar commença à construire dès 1906 une quatre-cylindres de 34 ch. Après la première Guerre mondiale, la firme simplifie son nom à cause de sa consonance allemande pour n’en retenir que Kissel. Le modèle le plus emblématique de la marque est sans aucun doute la Gold Bug de 1919 avec ses strapontins extérieurs. (Article & Photos)

Kurtis 500 S Roadster (1953-1956)

Frank Kurtis construisait ses propres midgets, les Kurtis-Kraft, qui dominèrent les 500 Miles d’Indianapolis au début des années 1950 en remportant pas moins de cinq victoires entre 1950 et 1955. A partir de 1953, Frank Kurtis proposa une série de roadsters, nommés Kurtis 500 S, à la carrosserie en aluminium ultra légère et une motorisation de V8 à la carte. (Article & Photos)