Hudson Hornet (1951-1956)

1953 Hudson Hornet Convertible - Photo : Kimballstock

 

Publié par Philippe Baron le 21 avril 2013.

 

De 1951 à 1954, la firme Hudson remporta quatre victoires consécutives dans les courses américaines de stock-car. Son secret avait pour nom Hornet – le frelon. Grâce à son moteur 6-cylindres, à sa robustesse et à ses performances brillantes, la Hudson écrasa non seulement la concurrence d’innombrables V8 mais également tous les meilleurs spécialistes de l’époque.

 

1952 Hudson Hornet Convertible de Steve McQueen

 

Avant le début de la saison 1951, le pilote de NASCAR Marshall Teague visita sans invitation l'usine de Hudson. La Compagnie était si impressionnée de son intérêt qu'on lui offrit le volant d'une Hudson Hornet. Il travailla avec les ingénieurs d'Hudson pour améliorer les performances du moteur six cylindres en ligne. On augmente l'alésage des cylindres, on lui met de plus grosses soupapes, on polit et rehausse la chambre à combustion dont on augmente le taux de compression, on change l'arbre à cames, on met un double échappement et un carburateur double. Ceci augmente la puissance de 75 ch de celle de base chez Hudson et forme le kit mentionné précédemment. Ce moteur combiné au plus faible poids de l'auto et à son centre de gravité plus bas, par sa construction nommé "Step Down" où le plancher était plus bas que le châssis, permettaient à la Hornet de battre des voitures plus puissantes. Cette version spéciale de la Hornet sera appelée Fabulous Hudson Hornet par Teague.

 

Fabulous Hudson Hornet - Photo by Bob Krueger

 

D'autres coureurs adoptent également la Hornet : Herb Thomas, Dick Rathman, Fonty Flock, Tim Flock, Jack McGrath, Rebel Frank Mundy et Lou Figaro. Ensemble, ils totalisent à travers les différentes catégories de NASCAR : 13 victoires en 1951, 49 victoires en 1952 et 46 victoires en 1953. La Fabulous Hudson Hornet de Teague, remporte 14 victoires à elle seule dans la catégorie AAA de NASCAR et durant l'année 1952, les Hornet pilotées par Marshall Teague, Herb Thomas, Tim Flock (et les autres) remportent 27 des 34 courses majeures de NASCAR sous les couleurs de l'équipe Hudson.

 

1951 Hudson Hornet Club Coupe - Photos : Bonhams

 

En course, mais également sur les highways, la Hornet parvient à enthousiasmer. Présentée en 1951, elle recèle de qualités uniques, dues surtout à son centre de gravité fort bas. La carrosserie est ainsi montée selon un système baptisé « step-down », cette structure autoporteuse étant soutenue par un châssis extrêmement bas, qui a ceci de particulier que les supports longitudinaux se situent à l’extérieur des roues et sont donc recouverts par les ailes. Le comportement routier profite lui aussi notablement de cette solide construction. Les parties latérales aérodynamiques, avec leurs roues arrière masquées, sont l’un des signes particuliers de la Hornet.

 

1953 Hudson Hornet Four-Door Sedan - Photo : Gooding & Company

 

Outre cette construction exceptionnelle, le moteur massif de 5 litres contribue aussi aux bonnes performances. Développant 146 ch SAE, c’est alors le 6-cylindres le plus puissant produit aux Etats-Unis. Grâce aux succès rencontrés en course, les Hornet sont livrables dès 1952 en version « Twin-H-Power » qui, grâce au double carburateur, dispose désormais de 162 ch et atteint un maximum de 160 km/h pour un passage de 0 à 100 km/h en 15 secondes.

 

1951 Hudson Hornet Convertible

 

La Hornet est vendue à 46 656 unités en 1951, 35 921 unités en 1952, 27 208 unités en 1953 et 24 833 Hornet en 1954. C’est en 1954, que l’ère de la Hornet 6 s’achève chez Hudson, bien que, à l’instar des deux années précédentes,  elle fut son modèle le plus vendu. Ayant même gagné 30 centimètres, ainsi qu’un 6-cylindres porté à 167 ch, elle atteignait désormais une vitesse de pointe de 180 km/h.

 

1953 Hudson Hornet Sedan - Photos : RM Auctions

 

Le problème toutefois ne résidait pas dans la puissance, mais dans le design : la très séduisante idée de départ du step-down ne parvenait plus du tout à suivre les canons des goûts de l’époque. Et les coûts de transformation auraient été beaucoup trop élevés pour créer une nouvelle forme. Le glas sonna donc une année plus tard pour la Hudson Car Company fondée en 1909 à Detroit.

 

1955 Hudson Hornet Custom Sedan

 

Sous les couleurs du fabricant American Motors Corporation (AMC), la Hornet est de nouveau fabriquée pendant 3 ans, à Kenosha (Wisconsin). Bien qu'elle conserve le même style, elle est désormais basée sur les précédents modèles de Nash Motors et motorisée par un V8. Au passage, la version coupé cabriolet disparaît du catalogue. En 1956, AMC décide de donner davantage de caractère au modèle, et lui applique le fameux V-Line Styling, qui lui confère l'un des looks les plus uniques des années 1950. Le style se fonde sur le traditionnel triangle en V du logo de la marque Hudson, et met en exergue ce V de toutes les manières imaginables à l'intérieur et à l'extérieur du véhicule. En combinaison avec une peinture trois tons, le look de la voiture est unique et immédiatement reconnaissable.

 

1956 AMC Hudson Hornet Photo : amcrc.com

 

Cependant, le modèle n'emballe pas les foules, et les ventes chutent de 13 130 à 8 152 exemplaires. Une nouvelle retouche du style les fait même tomber à 3 108 exemplaires, entraînant la fin de la production de la Hornet le 25 juin 1957.

 

1956 AMC Hudson Hornet - Photo :classiccar
1957 Hudson Hornet Super Hollywood Hardtop Coupe
1952 Hudson Hornet Four-Door Sedan - Photos : Gooding & Company