Honda S800 (1966-1970)

Photo : Marc Vorgers

 

Publié par Philippe Baron le 12 septembre 2014.

 

Après les S500 et S600, Honda place la barre beaucoup plus haut en 1966 avec la S800. La petite japonaise est capable de délivrer sa puissance maximale à un incroyable 8 000 tr/min. Le constructeur nippon n’était certes pas un inconnu avec ses motos qui écumaient les victoires en Grand Prix et ses Formules 1 à moteur V12 aux débuts assez brillants. Mais la S800 contribua à faire de Honda une marque d’envergure mondiale.

 

 

Dérivée des S500 et S600, la S800 présente un moteur plus costaud, mais tout aussi adepte des hauts régimes. Le style est resté globalement similaire mais la transmission par chaîne et les roues arrière indépendantes sont abandonnées. Techniquement, si le châssis est des plus classiques, avec un essieu arrière rigide et des freins à disques avant, le moteur est radicalement opposé aux classiques moteurs tout en fonte et à arbre à cames latéral de la concurrence.

 

Photo : Chester49

 

Stricte deux places, la Honda S800 est déclinée en coupé et en cabriolet. Son petit gabarit de 3.33 m de longueur attire la sympathie. La ligne est sportive avec un bossage de capot évocateur. L’habitacle, conçu pour des personnes de petite taille, est accueillant avec sièges baquets, volant à trois branches métalliques cerclé de bois, des petits cadrans cerclés de chrome et un compte-tours à la zone rouge comprise entre… 8.500 et 11.000 tr/min !

 

Photo : Sébastien Morlière

 

Le moteur, quatre-cylindres de 791 cm3 développant 70 ch DIN, est élaboré à partir des technologies motos, il frise les 10 000 tr/min avec une zone rouge à 8 500 tr/min. Grâce à ses 4 carburateurs Keihin, on obtient une puissance proche des 100 ch par litre. Ce moteur sportif possède un rendement exceptionnel qui finalement offre des performances similaires à celles d'un moteur de 1300-1500 cm3. Ce moteur permet des accélérations franches avec une sonorité digne d'une monoplace jusqu’à 160 km/h, pour une consommation moyenne de 8 litres aux 100 km.

 

 

Présentée au salon de Tokyo en 1965, la S800 est introduite sur le marché européen en 1966 et poursuivra sa carrière jusqu’en mai 1970, avec à son actif 11.523 exemplaires produits dont un quart vendu en France car elle était capable de se confronter à la R8 Gordini tout en étant moins chère. Très à la mode, il était alors le coupé le moins cher du marché, moins de 10 000 francs,  moins cher qu’une Mini Cooper ou une Triumph Spitfire, tout en étant le plus performant avec un très bon rapport poids/puissance. 

 

 

La S800 sera victime des fameuses normes antipollution américaines qu’elle ne pourra satisfaire et qui lui barreront la route de la large diffusion internationale. Sans l’apport du marché d’outre-Atlantique, les dirigeants de Honda décidèrent en 1970 de mettre un terme à la carrière de la S800. 

 

 

La Honda S800 marqua son époque et se retrouva la voiture personnelle de Spirou, dessinée sous tous les angles par André Franquin et surtout Jean-Claude Fournier, dans « Spirou et Fantasio, Panache à Champignac » en 1969. Il faudra attendre pratiquement trente ans pour que Honda produise une nouvelle S avec la S2000 en 1999.