Honda S360 - S500 – S600 (1962-1966)

1962 Honda S360

 

Publié par Philippe Baron le 7 septembre 2014.

 

En 1960, Honda est le premier fabricant mondial de deux-roues. Deux ans plus tard, le géant se lance dans l’’automobile avec une filiation motocycliste évidente et présente une série de petites voitures, encore rustiques avec leur transmission par chaîne mais déjà pleines de caractères grâce à leur moteur de moto.

 

1963 Honda S500

 

Avant de s’attaquer sérieusement à l’automobile, Honda avait produit de nombreuses keijidosha, voiturettes ultracompactes équipées de petits moteurs et bénéficiant d’une fiscalité allégée. La première véritable Honda à quatre roues est le petit cabriolet S360, une voiture de sport miniature à la technologie sophistiquée, dérivée du minuscule utilitaire T360. Accouplé à une boîte de vitesses à cinq rapports, son quatre-cylindres double arbre de 354 cm3 développe 33 ch au régime incroyable de 9 000 tr/mn. Présentée en tant que prototype au salon de Tokyo de 1962, cette S360 est suivie en 1963 par la S500 (492 cm3, puis 531 cm3) qui sera la première automobile Honda vraiment produite. 

 

1964 Honda S600

 

La S500 est également motorisée par un quatre cylindres double arbre en aluminium dont le vilebrequin est monté sur des roulements à billes. Gavé par quatre carburateurs Keihin comme sur les motos de course de la marque, il offre 44 ch à 8 000 tr/mn et permet à la voiture de flirter avec les 130 km/h. La boîte possède quatre vitesses. La S500 sera remplacée rapidement par la S600.

 

 

Présentée en mars 1964, la S600 en version cabriolet est la première automobile Honda exportée et, un an plus tard, la nouvelle société Honda France l’expose au salon de Paris. La voiture est animée par un 606 cm3 de 57 ch tournant au régime de 8 500 tr/mn, qui la propulse à 145 km/h. Comme celles qui l’ont précédée, la transmission est assurée par des chaînes, dont les carters servent également de bras à la suspension arrière indépendante.

 

1965 Honda S600 Coupé

 

Première Honda Sports à être offerte en deux versions, coupé fastback depuis mars 1965 et cabriolet, la S600 s’attaque au marché des petits roadsters britanniques MG Midget et Austin Healey Sprite, mais avec une vraie mécanique de compétition. Contrairement à la S500 produite confidentiellement à 1 363 exemplaires, la S600 connaîtra une assez large diffusion (11 284 cabriolets et 1 800 coupés) en attendant la commercialisation de la décapante S800  dès la saison 1966.