Hillman Imp, Singer Chamois, Sunbeam Imp Sport (1963-1976)

Singer Chamois Sport - Photo : kilmara

 

Publié par Philippe Baron le 10 octobre 2015.

 

En 1963, Hillman du groupe Rootes propose une étonnante petite voiture économique d’une technique très intelligente et esthétiquement innovante. Son nom ‘Imp’ signifie ‘lutin’ en anglais. Produite dans une nouvelle usine installée à Linwood, près de Glasgow, l’écossaise ambitionne de concurrencer la Mini 850, mais avec des armes opposées étant une propulsion au moteur tout alu implanté à l’arrière.

 

Photo : Dave Young

 

Au début des années 1960, le groupe Rootes, dirigé par Lord William Rootes, est constitué des marques Hillman pour les voitures populaires, Singer pour les versions plus luxueuses, Humber pour celles de prestiges, Sunbeam-Talbot pour les sportives et Commer pour les  utilitaires. Avec l’Imp, Rootes s’attaque à la catégorie des petites voitures. Dessinée par Bod Saward, l’Imp offre un habitacle spacieux et lumineux malgré sa longueur de 3.58 m.

 

1964 Singer Chamois

 

La société Coventry Climax, plus connue pour ses quatre cylindres destinés à un usage marin ou pour des pompes à incendie, est à l’origine du moteur de l’Imp. Les ingénieurs de Rootes ont retravaillé un quatre cylindres de 741 cm3 avec arbre à cames en tête pour porter son volume à 875 cm3 avec une puissance à 42 ch. En alliage léger, ce moteur, associé à une boîte à quatre vitesses synchronisées, est placé à l’arrière.

 

Hillman Imp - Photo : wheelsnwings2007/Mike

 

Malheureusement, le début de la production s’avère très laborieux et les innovations comme l’accélérateur pneumatique ou le starter automatique sont abandonnées. Mal préparée, l’Imp doit attendre trois ans à gommer ses défauts de jeunesse. La situation étant devenue difficilement gérable, les ventes ne décollèrent jamais. De mai à décembre 1963, l'usine ne put produire que 15 000 voitures au lieu des 12 000 voitures par mois. Les finances du groupe ayant beaucoup souffert, la société familiale animée par Lord William Rootes et son frère Sir Reginald trouve le soutien de Chrysler en lui cédant en 1964 des parts de son capital, une aubaine pour le groupe américain qui cherchait à s'implanter durablement en Europe, à l'image de la General Motors via Opel et Vauxhall, et du groupe Ford.

 

1966 Sunbeam Imp Sport

 

En octobre 1964, Rootes présente un nouveau modèle baptisé Chamois, de présentation plus luxueuse, proposé sous la marque Singer. Elle est reconnaissable à sa fausse calandre chromée avant et à son habitacle mieux fini. En France, où seule la marque Sunbeam était un peu connue en raison de son passé sportif, les Singer Chamois devenaient des Sunbeam Chamois.

 

1967 Hillman Imp Californian - Photos :David Christie

 

Une gamme se développe avec l’arrivée en octobre 1966 de la Sunbeam Imp Sport dont le moteur conserve sa cylindrée de 875 cm3 mais avec une puissance retravaillée à 51 ch. Suivent sur le marché en 1967, le fourgon Commer Imp Van et le break Hillman Husky, ainsi que la Singer Chamois Sport. En parallèle du coach, une nouvelle carrosserie de type coupé est proposée sous les désignations Hillman Imp California et Singer Chamois California, puis à partir d'octobre 1967 sous le nom de Sunbeam Stiletto.

 

1967 Singer Chamois - Photos : Roy McBride
Singer Chamois - Photo : Allen

 

Au final, les volumes de vente par modèle se montrent largement insuffisants pour assurer la pérennité de toute la gamme. La première à disparaître est la Singer Chamois en avril  1970 (la marque disparaissait avec la voiture), suivie par le break Husky et le van Commer. En 1972, la Stiletto est à son tour abandonnée. Seules, l’Hillman Imp et la Sunbeam Imp Sport font de la résistance et restent au catalogue jusqu'en 1976. Au total, toutes carrosseries confondues, 440 032 Imp ont été produites.

 

1969 Singer Chamois - Photo : Drive
Hillman Imp - Photos : Classic Motoring
1971 Sunbeam Imp Sport Convertible - Photo : André Ritzinger
Hillman Imp - Photos : Alan Brodie