Fiat 500 (1957-1975)

En 1957, pour un prix défiant toute concurrence, Fiat présente la plus petite voiture au monde construite en grande série. Ses solutions techniques sont certes des plus modestes mais elles offrent une garantie de robustesse éprouvée et de maintenance simplifiée. Maniable et vive, cette citadine « passe-partout » à la bouille bien sympathique nommée 500 devient immédiatement populaire et symbole de la démocratisation automobile en Italie. (Article & Photos)

Renault 16 (1965-1980)

En 1965, Renault fait preuve d’une réelle inventivité en présentant une berline bourgeoise avec un hayon largement vitré. Tout d’abord surpris et sceptique, le public l’adopte rapidement et la Renault 16 décroche le titre de « voiture de l’année 1966 ». En 1968, Renault développe pour la TS un nouveau moteur de 1 565 cm3 qui lui permet d’entrer dans la catégorie des autos routières capables de dépasser les 160 km/h. (Article & Photos)

Volkswagen Typ 3 (1500 – 1600) (1961-1973)

En 1960, Volkswagen est le premier constructeur allemand. Il est aussi le premier exportateur allemand. Près de 50 % des voitures allemandes exportées portent l’emblème de Wolfsburg. Pourtant, sous cette apparence rassurante, VW est considéré par beaucoup de spécialistes comme un colosse aux pieds d’argile, du fait de sa monoculture reposant sur la Coccinelle, qui représente quasiment la totalité de la production. En 1961, VW ne prend pas trop de risques en proposant la plus bourgeoise Typ 3 1500. (Article & Photos)

Saab 93 (1955-1960)

En décembre 1955, la Saab 93 prend la succession de la 92, qui commercialisée en 1950, fut la première Saab de l’histoire créée par la société aéronautique Svenska Aeroplan Aktiebolaget dans le but de réorienter après-guerre ses activités dans l’automobile. La Saab 93 remporte grâce à Erik Carlsson le Rallye des 1000 Lacs en 1957. Exploit que le pilote réitère en 1959 avec le Rallye de Suède et celui d’Allemagne. (Article & Photos)

Chevrolet Corvette Nomad (1954)

Dès 1949, General Motors lance les Motorama, de grandes expositions à travers les USA à la gloire des marques du groupe. Au fil de ses sept éditions, pas moins de vingt concept-cars sont dévoilés dont la Corvette en 1953 sous la forme d’une étude de style. Un an plus tard, GM imaginait le développement d’une gamme avec un break Corvette nommé Nomad, un coupé et une version hard-top. (Article & Photos)

Mercedes-Benz Classe S W108 (1965-1973)

Présentées au mois d’août 1965, les berlines de la nouvelle classe S de Mercedes dessinées par Paul Bracq sont extérieurement différenciables des précédentes nommées ‘Heckflosse’ par une carrosserie plus élancée, de taille plus réduite et des surfaces vitrées plus importantes. En plus d'un confort exceptionnel et de finitions intérieures luxueuses, les performances suivant les modèles rivalisent également avec celles d'une voiture de sport. (Article & Photos)

Salmson S4 E/61 (1937-1951)

En 1936, la France est paralysée par des grèves. Les "Accords de Matignon" permettent la reprise de l'activité. Le coût de la main-d'œuvre augmente considérablement ce qui pénalise toutes les entreprises artisanales comme Salmson, où chaque véhicule est encore assemblé à la main. Les ventes chutent vertigineusement mais les nouvelles S4 E et S4 61 sont prêtes à relever le défi. (Article & Photos)

Ford Escort (1980-1990)

Best-seller des années 1980, l’Escort en deux générations Mark III et IV s’est vendue à plus de 7 millions d’exemplaires en neuf années. Ford la présentait comme le symbole de la ‘voiture mondiale’. Son succès était à la fois dû à un rapport prix-équipements très satisfaisant, à une fiabilité rassurante mais surtout à une offre des plus diversifiées, qu’il s’agisse de ses carrosseries ou de ses motorisations. (Article & Photos)

Mercedes-Benz 170 (W136) (W191) (1936-1955)

Présentée au Salon de Berlin en février 1936, la Mercedes-Benz 170 V est déjà assurée d’un succès qui ne se démentira pas pendant près de 20 ans. Voiture économique, vendue à un prix très intéressant, elle est solide comme un char d’assaut et son architecture spécifique lui autorise une diversité de modèles convenants à tous les goûts avec des formes de carrosseries très différentes. (Article & Photos)

Peugeot 207 (2006-2014)

Lancée en avril 2006, la Peugeot 207 séduit immédiatement le public avec sa bouille dynamique, sa large bouche d’aération, ses ailes musclées, son comportement routier de référence et sa gamme étendue de moteurs, dont certains sont nés de l’alliance entre BMW et PSA. Son rayon d’action est vite élargi avec ses déclinaisons CC et SW. Résultat, la Peugeot 207 est en 2007 la voiture la plus vendue en Europe et la plus vendue en France de 2007 à 2010. (Article & Photos)

Ford Consul 315 (1961-1963)

Au Salon de l’Automobile de Paris 1961, la filiale anglaise de Ford présente la Consul 315, une version revisitée de la populaire Anglia en plus cossue et américanisée avec ses doubles optiques. La version De Luxe se distingue par sa calandre ornée de cinq étoiles chromées qui semblent flotter dans la surface. Appelée Consul Classic dans son pays, la berline de Dagenham reprend aussi de l’Anglia son gimmick esthétique de la lunette inversée, cette forme originale en Z baptisée ‘Scotch’ par le constructeur. (Article & Photos)

Ford Taunus 17M (P3) (1960–1964)

In extremis, deux jours avant la fermeture du Salon de Paris 1960, Ford-Cologne présente la nouvelle Taunus au style novateur à bien des points de vue. Grâce à cette génération P 3, la Taunus à la ligne « Coup de vent » s’imposera sur le marché européen des voitures de moyenne cylindrée. En France, elle sera même la voiture étrangère de sa catégorie la plus vendue en 1961-62. (Article & Photos)

Volkswagen Passat (1988-1993)

Dès 1945, Volkswagen entreprend son escalade vers les sommets de l’industrie allemande avec son unique modèle, la Coccinelle. Dans les années 1970, la Coccinelle continue à faire de la résistance, mais toute une gamme moderne est venue s’articuler autour d’elle. La première représentante de cette nouvelle génération de Volkswagen est un haut de gamme, qui, en mai 1973, est dévoilé sous le nom de Passat. (Article & Photos)

Volvo S60 (2000-2009)

Apparue en 2000, La Volvo S60, véritable réussite esthétique, est la réplique à une échelle légèrement réduite de la grande berline S80. Elle en reprend les épaulements accentués, la ligne de caisse en pente douce et les grands blocs de feux arrière. Sa particularité, elle la doit à son pavillon très arrondi et à son habitacle avancé qui contribuent à lui donner un faux air de coupé et qui ne sont pas étrangers à son charme. (Article & Photos)

Oldsmobile Series 60, 70 & 90 (1946-1948)

La grande innovation technologique des années 30 est lancée en 1939 par Oldsmobile avec sa transmission Hydramatic. Pour la première fois, une voiture reçoit une boîte entièrement automatique. Après-guerre, Oldsmobile lance le programme Valiant, qui, pour accommoder les soldats et les vétérans, consiste à construire des voitures sur mesure pour faciliter la conduite de ceux qui présentent des handicaps physiques. (Article & Photos)

Meyers Manx (1964-1971)

Des drôles d’engins apparaissent sur les plages de Californie au début des années 1960. Surnommées « dune buggies » pour leur capacité à dévaler des dunes de sable, ces vieilles Jeep dépouillées de toute carrosserie inspirent l’ingénieur et surfeur Bruce Meyers. Dès 1964, son Manx va acquérir une réputation légendaire, devenant un symbole de pleine liberté à une époque où les plages sauvages n’ont pas encore été envahies par le tourisme. (Article & Photos)

Mercedes-Benz GLK (2008-2015)

Absent de la catégorie SUV compact, Mercedes corrige le tir fin 2008 en commercialisant le GLK. Bien que ressemblant à l’imposant 4X4 GL, ce concurrent des BMW X3 et Audi Q5 est de la famille de la Classe C. Version définitive du concept car GLK Vision, le GLK, sophistiqué et raffiné, avec une carrosserie taillée à la serpe, se montre très civilisé et très à l’aise sur la route. Mais il est aussi capable de faire du tout-terrain grâce à un pack Offroad optionnel. (Article & Photos)

Rover SD1 (1976-1986)

Présentée au public britannique le 30 juin 1976, la Rover 3500 est issue d’une étude de Pininfarina datant de 1966, gardée dans les cartons de la British Motor Corporation devenue British Leyland et retravaillée par David Bache. Première déclinaison de la Série SD ‘Specialist Division’ initiée par BL pour ces modèles haut de gamme, la Rover 3500 reçoit en 1977 le titre honorifique de Voiture de l’Année. (Article & Photos)

Amphicar 770 (1961-1968)

Dans la créativité et l’originalité jubilatoires des années 1950 et 1960, naquirent des automobiles extraordinaires. Parmi ces rares véhicules insolites qui furent fabriquées en série : l’Amphicar 770, un cabriolet amphibie à quatre places créé en Allemagne par l’ingénieur Hans Trippel. Pur produit germanique, à l'exception de son moteur anglais Triumph, l’Amphicar permettait de rouler sur route et de voguer sur les flots de lacs ou de rivières. (Article & Photos)

Renault Laguna 2 (2001-2007)

En 2001, la Laguna deuxième génération installe de nouvelles références dans la catégorie berline familiale en matière de tenue de route, de technologie et un excellent niveau de sécurité passive. Cette Renault est la première voiture au monde à obtenir cinq étoiles aux crash-tests EuroNCAP. Avec ses qualités routières et sa large gamme de moteurs, la Laguna rencontre un vif succès, en France, ainsi que dans les autres pays européens. (Article & Photos)

Morris/Austin 1100/1300 (1963-1974)

Après le projet ADO 15 (Amalgamated Drawing Office) qui donna naissance à la Mini, la BMC plancha sur le nouveau projet ADO 16. Cette fois-ci, il s’agissait pour l’équipe d'Alec Issigonis de transposer le concept de la Mini sur une voiture plus spacieuse, plus volumineuse. Le résultat est la Morris 1100 présentée en octobre 1963 qui se distingue du point de vue technique par sa suspension originale. (Article & Photos)

Mercedes-Benz Ponton W120/W121 (1953-1962)

En août 1953, Mercedes-Benz lance la W120 modèle 180 en rupture formelle et technique avec les traditions d'avant-guerre incarnées par les modèles 170, 220 et 300. Berline tricorps avec sa carrosserie Ponton et sa structure autoportante, la nouvelle voiture présente un aspect novateur qui marque la renaissance de Mercedes-Benz et son retour au firmament des marques automobiles. (Article & Photos)

Peugeot 306 (1993-2002)

Tantôt chic, tantôt sportive, tantôt économe, la Peugeot 306 présente de multiples facettes. De 1993 à 2001, « le bon numéro » du Lion a connu aussi bien en berline avec hayon ou coffre, break ou cabriolet, autant de motorisations que de finitions et de séries spéciales. De quoi répondre à tous les styles et de rendre le luxe accessible sur la route en grande tenue « Cashmere » ou sur le court central « Roland Garros ». (Article & Photos)

Rinspeed sQuba (2008)

Le constructeur suisse Rinspeed, aussi préparateur de Porsche et fabricant de pièces pour l’automobile, est un grand spécialiste des coups de communication. Au Salon de Genève 2008, il présente le concept sQuba, premier sous-marin automobile. Ce roadster à moteur électrique sur route, capable de plonger dans l’eau jusqu’à dix mètres de profondeur, devient un sous-marin dont les deux hélices sont animées par cette même énergie. (Article & Photos)

BMW Série 8 (E31) (1989-1999)

En 1989, BMW présente la Série 8 composée de coupés haut-de-gamme aux prestations et équipements comparables à ceux de la berline Série 7 en termes de luxe et de confort. La 850i V12 sera pendant un temps la seule déclinaison. Puis en 1992, une version plus sportive préparée par Motorsport, la 850CSi, complète l'offre, suivie l’année suivante par la 840Ci à moteur V8, moins onéreuse pour rendre la Série 8 plus accessible. (Article & Photos)

Citroën C-Cactus Concept (2007)

Lauréate du Trophée du design de « l’Automobile Magazine », la C-Cactus, présentée au Salon de Francfort en 2007, démontre une vision ambitieuse et réaliste de la part de Citroën. Ce concept jovial incarne le véhicule économique et écologique de demain qui, avec son originalité et son ingéniosité, offre à ses occupants l’ensemble des prestations essentielles à leur bien-être. (Article & Photos)

Bristol 407-408-409-410-411 (1961-1976)

La célèbre firme aéronautique britannique Bristol créait en 1945 sa division automobile pour produire de luxueuses voitures de sport. Initialement animées par le 6-cylindres de la BMW 328, ces GT raffinées s’arment au début des années 1960 d’un coupleux V8 Chrysler. Muscle cars en robe de velours, elles comptent parmi les 4 places les plus véloces de leur époque. (Article & Photos)

Mazda MX-5 (1989-2005)

En 1989, avec la MX-5, Mazda rallume l’étincelle du cabriolet 2 places au caractère ludique, éteinte au tournant des années 1980 lors de la mise à la retraite des roadsters britanniques. La petite nippone ne manque pas d’atouts séduction. En mai 2000, elle entre dans le Guinness Book des records en décrochant le titre de cabriolet biplace le plus vendu au monde avec un score qu’elle ne cessera d’améliorer au fil de ses générations. (Article & Photos)

Riley RM (1945-1957)

Dans les années trente, la marque britannique Riley s'est bâtie une solide réputation de constructeur de voitures sportives. En 1945, Riley dévoile la RM, alliant une tenue de route de voiture de sport et le confort nécessaire à une routière. Elle est la première représentante d’une gamme de modèles se déclinant entre les lettres A et H en fonction des années, du moteur et de la carrosserie. (Article & Photos)

Renault 7 (Siete) (1974-1982)

Avec ses multiples attraits, la Renault 5 immédiatement se trouve sous le feu des projecteurs au Salon de Genève de 1972. La « petite compagne » de tous les jours promise par la publicité séduit non seulement en France mais également en Espagne. En 1974, la filiale ibérique de Renault, FASA, produit une version mieux adaptée à son marché qui ne jure que par des véhicules trois volumes : la Renault 7 avec un coffre à la capacité impressionnante. (Article & Photos)

Buick Regal Grand National (1982-1987)

Suite à ses succès dans la Grand National NASCAR Winston Cup de 1981 et 1982, Buick lance une série limitée du nom de Grand National en 1982 sur une édition spéciale de son modèle Buick Regal. Avec la Grand National, Buick réinvente le terme « muscle car ». En 1987 dans sa version GNX, elle est titrée la berline la plus puissante du marché automobile américain. (Article & Photos) 

Alfa Romeo Alfetta / GT / GTV (1972-1987)

Présentée en juin 1972, la berline sportive Alfetta emprunte un nom qui fait référence au passé glorieux des Alfa Romeo de course d’avant-guerre, dont les succès internationaux perdurèrent même après-guerre. Comme le veut la tradition chez la firme milanaise, la berline est épaulée par un coupé Grand Tourisme dont la production débutera en 1974. (Article & Photos)

Chrysler Saratoga Zippo Car (1947)

En 1947, à la recherche d’une voiture publicitaire pour la promotion de ses briquets, Zippo reporta son choix sur une Chrysler Saratoga. Pour 25 000 $ de l'époque, armée de deux cheminées jumelles à néon en équilibre sur sa délicate toiture, la voiture participa largement à la notoriété de la marque Zippo dans des défilés à travers les USA de la fin des années 1940 au début des années 1950. (Article & Photos)

BMW M, M pour Motorsport (1972-2014)

En 1972, BMW, pour démontrer son savoir-faire au plus haut niveau des sports mécaniques, crée la BMW M GmbH. Initialement, cette filiale, installée sur un site à proximité de l’usine de Munich, réalise des prototypes destinés à la compétition. Puis en 1979, BMW Motorsport change son approche  en produisant des sportives sophistiquées et ultra-performantes dérivées de modèles de tourisme déjà commercialisés par la société mère. (Article & Photos)

Reliant Scimitar GT/GTE (1964-1986)

Reliant, spécialiste britannique incontesté du véhicule à trois roues, se lance en 1961 à l’assaut du marché de la voiture de sport en association avec la marque israélienne Autocars. C’est un échec, mais une rencontre avec le carrossier Ogle va changer le futur de Reliant grâce à un nouveau modèle commercialisé sous un nom qui illustrera une longue lignée : Scimitar. (Article & Photos)

Citroën Traction Cabriolet (1934-1939)

Le premier cabriolet Citroën Traction est présenté en mai 1934 quelques semaines seulement après le lancement de la berline. A côté de ce cabriolet appelé aussi roadster, figure le coupé tout aussi prestigieux que l’on nomme également faux-cabriolet. Une fois capoté, le cabriolet imite la silhouette du faux-cabriolet grâce au positionnement de sa capote. (Article & Photos)

Ogle SX1000 (1961-1963)

En 1961, David Ogle, designer industriel, crée la surprise avec sa SX1000 GT qui reprend l’essentiel de la Mini mais avec une carrosserie de coupé en fibre de verre. Grâce à son design soigné, à ses excellentes finitions et à son prix de 550 livres sterling, elle ne manque pas de client. Ce n’est bien plus tard que John Ogier, directeur d’Ogle, découvrit qu’elle coûtait bien plus cher à produire. (Article & Photos)

Volkswagen Sharan (1995-2010)

En 1991, pour concurrencer Renault, leader incontesté du monospace avec l’Espace et prendre une part significative sur ce segment de marché, Volkswagen et Ford ne lésinent pas sur les moyens en investissant 14 milliards de francs pour un projet commun au Portugal. De cette alliance naîtront les Ford Galaxy, Volkswagen Sharan et Seat Alhambra en 1995 au sein de l'imposant dispositif industriel AutoEuropa. (Article & Photos)

Chevrolet Chevelle (1967)

Présentée au public pour la première fois en 1964, la Chevelle est une Chevrolet déclinée en différents modèles, depuis la familiale, le break et le cabriolet, jusqu’à la muscle-car SS, l’une des plus puissantes jamais construites. Cette gamme constitue l’un des plus grands succès commerciaux de Chevrolet. Le modèle 1967 est le dernier représentant de la première génération. (Article & Photos)

Bentley Continental S 3 (1962-1965)

A l’automne 1962, Bentley présente la Continental S 3, une évolution du modèle précédent, mais qui se caractérise par des doubles optiques. Sur certaines versions, le carrossier Mulliner Park Ward ose même rompre la sobriété légendaire de cette voiture de luxe britannique en proposant une variante aux phares inclinés nommée « Chinese Eyes » qui témoigne de la singularité des années 1960. (Article & Photos)

Škoda Type 742 (1976-1990)

En 1976, les Skoda font peau neuve et choisissent le cadre du Salon de Paris pour faire leur grande première. Pas d’innovations techniques pour les voitures tchèques qui conservent le « tout à l’arrière ». En revanche, une nouvelle carrosserie habille la mécanique traditionnelle. Plus douces de ligne, les Skoda du type 742 (105 et 120) offrent aussi une habitabilité plus importante. (Article & Photos)

DeSoto (1961)

À la fin des années 1950, DeSoto occupe une place enviable au sein du groupe Chrysler grâce à des modèles de gamme moyenne à succès. Mais en 1958, la récession économique affecte fortement les ventes qui passent d’une production annuelle de 117 514 véhicules en 1957 à tout juste un peu plus de 26 000 en 1960. DeSoto qui quittera définitivement la scène automobile avec son modèle 1961. (Article & Photos)

NSU Sport Prinz (1959-1967)

Lancé en 1959, le coupé NSU Sport Prinz dérivé de la Prinz berline frappe par son élégance. Ce n'est guère étonnant, puisqu'il a été dessiné par Franco Scaglione, au sein des studios Bertone de Turin. Mais sur cette jolie petite voiture, la mécanique est  aussi, originale. Dérivé de la moto, où NSU a brillé pendant de longues années, le moteur est un bicylindre vertical de 583 cm3. (Article & Photos)

Peugeot SR1 Concept (2010)

Présenté le 8 janvier 2010 à l'occasion de l'introduction du nouveau design du logo lion de la marque, le spectaculaire concept-car SR1 témoigne du renouveau stylistique de Peugeot. Gilles Vidal, le nouveau directeur du style, explique que, selon lui, « une Peugeot, c’est avant tout une allure athlétique, une silhouette élégante et une précision des lignes qui est celle ressentie à la conduite. » (Article & Photos)

Buick Century (1954-1958)

Créé pour le millésime 1936, le nom Century indiquait que le modèle atteignait une vitesse de pointe de 100 miles à l’heure, ce qui était considéré comme rapide à l’époque. Abandonné en 1942, le nom Century voit sa résurgence dans la gamme Buick en 1954. Cette Serie 60, intercalée entre la Special et la Super, se décline en berline, en coupé hard-top Riviera, en cabriolet et en break Station Wagon. (Article & Photos)

Bentley Mulsanne (1980-1998)

La Mulsanne participe à la spectaculaire renaissance de la marque Bentley dans les années 80. L'événement majeur a lieu en 1982 au Salon de Genève. En lançant la Mulsanne Turbo, Bentley redécouvre les vertus de la suralimentation un demi-siècle après la "Blower". Cela lui permet de répondre à nouveau à la désignation " The Silent sports car " qui lui avait été attribuée depuis 1933. (Article & Vidéo)

Citroën LN/LNA (1976-1986)

Curieuse nouveauté que ce modèle baptisé LN exposé sur le stand Citroën du Salon de Paris 1976. Née dans des circonstances particulières, la LN peut se définir comme un coupé Peugeot 104 disposant d’un moteur Citroën 2 cylindres. Elle participe en quelque sorte à la naissance du groupe PSA Peugeot Citroën intervenue dans le courant de l’année, lorsque Peugeot SA fusionna avec Citroën SA en prenant 89.95 % du capital de Citroën. (Article & Photos)

Dolo (1947-1948)

L’existence de la marque Dolo n’aura duré que quelques mois. Pourtant ses prototypes, originaux et ultramodernes, présentés après-guerre recelaient de nombreuses innovations avec une carrosserie tout en Duralinox soudé, un profilage exceptionnel et une bulle en plexiglas, le tout nouveau matériau développé chez Alsthom pour l’aéronautique. (Article & Photos)

Sunbeam 3-Litre (1924-1930)

La grande époque des Sunbeam commença en 1909 avec l’arrivée du très influent concepteur breton Louis Coatalen, qui venait de quitter Hillman. Il développa un programme de compétition qui contribua à donner une formidable image à la marque britannique. Les Sunbeam gagnèrent un nombre incalculable de courses sur le circuit de Brooklands et établirent de nombreux records de vitesse. (Article & Photos)

Bentley Concept Hunaudières (1999)

La Bentley Concept "Hunaudières", présentée à Genève en 1999, reprend le nom du célèbre tronçon à grande vitesse du Mans, sur lequel s'est construite la légende Bentley dans les années 1920 grâce aux cinq victoires remportées à la course des 24 Heures. Sur ce concept, Volkswagen, propriétaire de la prestigieuse firme britannique depuis un an, en profite pour implanter son flambant neuf 16-cylindres qui sera ensuite celui de la Bugatti Veyron. (Article & Photos)

Cottin-Desgouttes (1906-1932)

Face au succès de sa fabrique automobile créée deux ans plus tôt, l'ingénieur lyonnais Pierre Desgouttes fait appel en 1906 à Cyrille Cottin un riche industriel de la région, pour réaliser un programme de production plus vaste. Ainsi est nait la marque Cottin & Desgouttes. Progressivement, la firme s'oriente vers des modèles rapides, coûteux et de finition exemplaire. (Article & Photos)

Rinspeed iChange (2009)

Concept déroutant, l'iChange est la première voiture au monde dont l'habitabilité peut être modulée en fonction du nombre de passagers. Conçue par la société suisse Rinspeed et présentée au Salon de Genève en 2009, l’iChange a la particularité de recevoir une carrosserie variable pour permettre d’accueillir, au choix, entre un et trois passagers, en rehaussant la partie arrière du pavillon pour libérer de l’espace supplémentaire. (Article & Photos)

Triumph Italia 2000 (1959-1962)

Au Salon de Turin 1958, Salvatore Ruffino, importateur des automobiles britanniques Standard et Triumph en Italie, présente la Triumph Italia, une métamorphose de la petite sportive Triumph TR3 en une élégante GT italienne. Pour cette interprétation exotique, Signore Ruffino a choisi le délicat design de Giovanni Michelotti et la Carrozzeria Vignale pour la fabrication des carrosseries. (Article & Photos)

Talbot-Lago T150 C (1937-1939)

Pour la Talbot-Lago T150 C dévoilée au Salon de Paris, en octobre 1936, Figoni & Falaschi sont chargés de carrosser la majorité des châssis dont la plupart adoptent le style « Goutte d’eau ». En 1937, Talbot-Lago, lancé dans un programme sportif dynamisé par son propriétaire Anthony Lago, remporte le Grand prix de France et le Tourist Trophy. Au moment de l'entrée en guerre, en 1939, Tony Lago avait réussi à hisser la marque parmi les meilleures en Europe. (Article & Photos)

Kurtis 500 S Roadster (1953-1956)

Frank Kurtis construisait ses propres midgets, les Kurtis-Kraft, qui dominèrent les 500 Miles d’Indianapolis au début des années 1950 en remportant pas moins de cinq victoires entre 1950 et 1955. A partir de 1953, Frank Kurtis proposa une série de roadsters, nommés Kurtis 500 S, avec une carrosserie en aluminium ultra légère et une motorisation d'énormes V8 à la carte. (Article & Photos)

Ford Ka (1996-2008)

En introduisant la Ka le 11 septembre 1996, Ford copie la stratégie commerciale mise en place par Renault pour sa Twingo. Dotée d’une bouille sympathique et d’une seule motorisation, la citadine Ka inaugure le « New Edge » design du français Claude Lobo, une audace stylistique aux lignes anguleuses voulant rompre avec les rondeurs adoptées sur la plupart des autres voitures et dont la première Focus sera la représentante la plus notoire. (Article & Photos)

Alfa Romeo 75 (1985-1993)

Présentée en mai 1985, elle porte le numéro 75 pour célébrer avec brio les 75 ans d’existence d’Alfa Romeo. Remplaçante de la Giulietta, l’Alfa 75, berline sportive et attrayante à plus d’un titre, sera la dernière propulsion de grande série produite par Alfa Romeo. Par ses performances et ses particularités mécaniques, elle est considérée par les fans de la marque comme la dernière « vraie » Alfa Romeo. (Article & Photos)

Renault Altica Concept (2006)

A Genève en mars 2006, Renault présente un véhicule conceptuel, l’Altica, qui ne revendique pas d’appartenance à un segment bien défini. Son designer, Patrick Le Quément, évoque un "équilibre entre fluidité et sportivité". La principale innovation technique de ce concept se situe au sommet de son hayon qui est doté d’un système aérodynamique aspirant et refoulant de l'air pour diminuer la traînée, donc la consommation d'essence. (Article & Photos)

Singer Nine (1932-1949)

Fondée à Coventry en Angleterre, la firme Singer conçoit son premier modèle en 1906. En 1926, la marque britannique fait sensation avec la Junior et son moteur 4-cylindres à arbre à cames en tête qui va servir de point de départ aux Nine sportives des années trente et aux moteurs Singer jusqu’à 2 litres produits pendant vingt ans. (Article & Photos)

Hyundai Nuvis HCD-11  (2009)

Présenté en 2009 au Salon de New York, le Hyundai Nuvis HCD-11 est le 11e concept car imaginé par le Design Center du constructeur à Irvine, en Californie. En plus de mettre l'accent sur les capacités de pointe de l'entreprise, la Nuvis évoque un virage conceptuel possible pour les crossovers à l'avenir, mariant les attributs d'une citadine haute sur pattes à ceux d'un SUV de prestige. (Article & Photos)

Lancia / Autobianchi Y10 (1985-1995)

L'Y10 au style très tendance au début des années 1990 est vendue lors de sa commercialisation en 1985 sous la marque Lancia en Europe du Nord et sous la marque Autobianchi en France et en Italie. Fin 1989, Autobianchi est abandonnée en France. L'Y10 devient donc officiellement une Lancia. En Italie, l'Y10 resta commercialisée sous la marque Autobianchi jusqu'à la fin de sa production en 1995. (Article & Photos)

Audi Q7 (2006-2015)

Après ses deux grands rivaux, BMW et Mercedes, Audi se met à son tour au 4x4 de luxe avec son Q7 lancé à l’automne 2006. Issu de l’étude de style Pike’s Peak, présentée en 2003 et basée sur la plate-forme des Porsche Cayenne et VW Touareg, le tout-terrain d’Audi, plus grand que ses adversaires, est davantage routier sportif que franchisseur émérite, sans toutefois négliger cet aspect. (Article & Photos)

Tatra T613 (1973-1996)

Destinée quasi exclusivement aux membres du parti communiste et aux administrations, la Tatra T613 porte cependant une carrosserie dessinée par un italien. Vignale est en effet l'auteur des lignes de cette berline de luxe pour apparatchiks. Les ingénieurs tchèques ont toutefois reconduit les techniques développées dans les années 1930 par Hans Ledwinka, le premier à miser sur l’aérodynamisme associé au tout-à-l’arrière. (Article & Photos)

Renault Kangoo (1997-2007)

Utilitaire de conception mais véhicule de loisirs dans l’esprit, le Renault Kangoo révolutionne la catégorie des ludospaces dès sa sortie en octobre 1997. Il détrône les Berlingo et Partner de PSA des ventes européennes grâce à son unique troisième porte coulissante, accentuant l'aspect pratique de la voiture. PSA a alors incorporé une troisième porte à ses deux ludospaces, au moment où Renault équipait le Kangoo d'une quatrième porte. (Article & Photos)