Rolls-Royce Silver Ghost 40/50 HP (1907-1926)

Au London Motor Show de 1906, la « Silver Ghost » allait établir la réputation d’élite de la jeune marque Rolls-Royce. Baptisée à l'origine 40/50 HP, la voiture est surnommée Silver Ghost : Fantôme d’argent. Fantôme pour le silence, elle semble glisser dans l'air comme un fantôme - Argent car la carrosserie est en aluminium et les accessoires sont en argent. (Article & Photos)

Packard Caribbean (1953-1956)

Dérivé du concept-car Pan American, la Packard Caribbean de 1953 s’adressait à de riches amateurs de conduite en plein air. Produite uniquement en cabriolet au début de sa commercialisation, la Packard Caribbean ambitionnait de contrer la diffusion de la prestigieuse Cadillac Eldorado et de repositionner à nouveau la marque réputée avant-guerre au sommet du marché du luxe américain. (Article & Photos)

Buick Streamliner by Norman E. Timbs (1948)

Avec ses courbes qui inspirent poésie et sensualité, la Buick Streamliner est un modèle d’exposition de 1948, imaginé et conçu par l’ingénieur Norman E. Timbs. En 2002, la voiture est retrouvée dans un hangar, en plein désert, presque intacte. David Crouze la restaure entièrement pour la présenter en 2010 au Concours d’Elégance d’Amélia Island . (Article & Photos)

Saab 9000 (1985-1998)

En 1979, Saab et Fiat signent un accord limité uniquement au développement d’un modèle haut de gamme. Ce projet donne naissance en Italie à la Fiat Croma et en suède à la Saab 9000, qui, toutes deux, bénéficient de la même plate-forme. Mais au final, la scandinave se révèle une toute autre voiture avec les qualités propres à la marque nordique au niveau de la fabrication, de la sécurité passive pointue, et de la puissance du turbo. (Article, Photos & Vidéos)

Peugeot 605 (1989-1999)

Aboutissement d’une politique technique, industrielle et commerciale, ambitieuse menée d’une main de maître pendant les années 80, la 605 marquait le retour de Peugeot dans le créneau des berlines haut de gamme. Pourtant, avec ses déboires techniques, la ‘605’ faillit mettre à mal l’image même de sérieux et de fiabilité de la firme sochalienne. Mais finalement, après une opération de « remise à niveau », elle réussira à redorer le blason du Lion. (Article, Photos & Vidéo)

Alfa Romeo « Disco Volante » Tipo C52 (1952-1953)

Malgré sa dominance en Grand prix et en F1, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Alfa Romeo annonce son retrait de la compétition automobile à la fin de la saison 1951. Les efforts des d’ingénieurs et des techniciens sont maintenant concentrés sur la catégorie sport. En 1952, apparaît la première tentative de cette nouvelle aventure, la Tipo C52 « Disco Volante » ainsi appelée en raison de sa forme aérodynamique lenticulaire. (Article & Photos)

Rolls-Royce Twenty (1922-1929)

En 1922, Rolls-Royce lance la petite ‘Twenty’, qui répond à la demande de clients désireux de conduire eux-mêmes leur véhicule et non plus leur chauffeur. La ‘Twenty’ conserve toutes les qualités traditionnelles de la firme et se révèle bien adaptée à un usage urbain, tout en ayant toutes les aptitudes pour se lancer quand nécessaire dans un voyage longue distance. (Article & Photos)

Daimler 40/50 Double Six Sport (1926-1935)

On raconte que les britanniques soulevaient respectueusement leur chapeau dès qu’une Daimler se présentait devant eux. Ces voitures, en effet, pour la plupart, appartenaient à la Couronne. Seuls les nantis ou la noblesse pouvaient se l’offrir. En 1926, Daimler introduit la Double Six dont les dimensions extérieures faisaient de l’ombre sur pratiquement tout ce qui existait à l’époque. (Article & Photos)

BMW M1 (1978-1981)

Un formidable trio de géniteurs réalisa la BMW M1, présentée au Salon de Paris en 1978. Pour la première fois, Ital Design de Giugiaro assurait le montage de la carrosserie qu’il venait de créer sur un châssis en provenance de Lamborghini, grand spécialiste des voitures à moteur central. Quant à BMW, son savoir-faire en matière de moteurs n’était plus à démontrer. (Article & Photos)

Rolls-Royce Phantom II (1929-1935)

En septembre 1929, l’arrivée de la Rolls-Royce Phantom II, fait rebaptiser la New Phantom, Phantom I. Cette fois, les innovations concernent le châssis et la suspension. Cette évolution reflétait la politique de Rolls-Royce qui tendait à introduire des changements par paliers sans procéder à un renouvellement total du moteur et du châssis en même temps. (Article & Photos)

Renault 19 / 19 Chamade (1988-1997)

La 19 a permis à Renault de s’imposer comme premier importateur européen en Allemagne où elle sera la voiture étrangère la plus vendue en 1989 et 1990. Avec la Renault 19, la Qualité n’est plus seulement un concept abstrait, une philosophie d’entreprise, mais une réalité. Reconnue pour sa robustesse, sa fiabilité, son sérieux et son grand classicisme, la Renault 19 réussit à préserver une image très positive tout au long de sa carrière. (Article, Photos & Vidéo)

Lamborghini Countach (1974-1990)

Quand Ferrucio Lamborghini se lance dans la construction automobile, il adopte le Taureau comme emblème et donne à ses voitures des patronymes de ces bêtes de combat. A toutes, sauf une, qui emprunte un mot d’argot piémontais, Countach, une expression généralement lâchée à la vue d’une très belle fille dans la rue. Telle fût l’exclamation de Bertone en voyant le prototype sortir des ateliers en 1971. (Article, Photos & Vidéos)